vendredi 6 mai 2011

ça y est, cette fois c'est cuit !


Je répercute cette info du scientifique Jean Pierre Petit qui dans un récent article nous parle de la raison d'être du plutonium, il s'agit tout d'abord de faire des profits, cela se chiffre en milliards, cela permet aussi de fabriquer des milliers de bombes atomiques.

La véritable raison d'être du nucléaire n'est donc pas sa présumée rentabilité mais la production de déchets ultra toxiques. Je rappelle que le plutonium est la substance la plus dangereuse de l'univers et qu'une seule particule suffit à tuer quelqu'un.

Areva a vendu du combustible nucléaire à base de plutonium aux japonais quelques semaines avant le tsunami, ce plutonium s'est envolé et s'est dispersé. On en aurait retrouvé en Amérique, en tout cas c'est Jean Pierre Petit qui le dit.
Chaque personne qui inhalera du plutonium développera un cancer et en mourra, ce n'est pas une question de radioactivité mais de toxicité.





Tout le monde commence à connaître l'extrême dangerosité de cette substance qui a une grande propension à se fixer dans les tissus humains, après inhalation ou ingestion de poussières. Les corps humain est alors incapable d'éliminer celles-ci, le temps caractéristique de son rejet par les tissus humains étant de 50 années. Ces particules sont hautement cancérigènes, à 100%.
Il ne s'agit pas d'une irradiation, mais d'une contamination, indétectable par un instrument de mesure. Cette contamination pourrait se produire en cas d'accident nucléaire, avec rejet de débris d'assemblages de combustible. Ceci s'est produit, et continue, depuis l'explosion du réacteur numéro 3 de Fukushima, qui était chargé au MOX.
Des poussières de plutonium ont été retrouvée aux Etats-Unis. Cette dissémination frappera l'ensemble de la planète et certains spécialistes estiment quelle sera la cause d'un million de cancers.
Pour stopper cette dissémination en provenance du réacteur numéro 3 il faudrait pouvoir extraire ses barres combustibles et, pour le moins, les immerger dans une piscine spécialement conçue à cet effet. Or l'accès à ces éléments reste impossible, et on ne voit pas quand cet accès pourrait s'avérer possible, dans un avenir proche ou lointain.
Il est nécessaire de continuer de refroidir les éléments cImbustible de ce réacteur "arrêté" dont le coeur, en grande partie fondu, dégage plusieurs mégawatts d'énergie thermique. Une circulation d'eau, en circuit fermé, couplée à un échangeur, pourrait permettre d'évacuer ces calories. Mais l'état de détérioration du réacteur rend cela impossible. Les Japonais sont donc contraints de mettre en oeuvre un refroidissement "en circuit ouvert", par injection ou aspersion d'eau douce. Celle-ci, circulant dans le coeur endommagé, se charge de débris issus des éléments combustibles qui se sont échappés des tubes de zirconium qui les contenaient et qui ont fondu.
Cette eau est donc chargé de partiules de plutonium et de toute une palette de radionucléides éminemment toxiques. Elle se transforme partiellement en vapeur, qui s'échappe dans l'atmosphère. Le reste file, par tout un ensemble de fissures, impossibles à localiser et à colmater, due au séisme, dans les galeries situées dans les sous-sols du réacteur. La société TEPCO procède alors au pompage de cette eau, qui a jusqu'ici été envoyée dans des cuves.
Quand celles-ci on été pleines à ras bord, TECO a simplement déversé cette eau éminemment radioactive dans l'océan tout proche, en présentant ses excuses aux riverains et pêcheurs.
Des musulans en priére ? Non, juste les boss de Tepco qui s'excusent d'un génocide.
Source :
http://www.jp-petit.org/sauver_la_Terre/la_Hague.htm
Audio :
http://www.jp-petit.org/AUDIOS/hague.Xenius.mp3

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.