mercredi 4 mai 2011

Einstein, Marx, Freud et Darwin, Les 4 Cavaliers Du Matérialisme





Voici un petit texte qui vous permettra de flanquer une tannée à vos profs ou de tenir une discussion sérieuse avec qui vous voulez. 

Il est question de science et plus exactement du matérialisme qui n'est rien d'autre qu'une charlatanerie.




Appartient à la Science tout processus méthodologique de questionnement du réel basé sur l'observation, la théorisation (lois, raison ) et l'expérimentation (reproductibilité).
La science traditionaliste remplit ces critères mais ce n'est pas toujours le cas de la science matérialiste dont le principal but consiste à éliminer de son champ toute cause première aux manifestations, tout indice indiquant que l'ordre naturel puisse être soumis à une intention délibérée.

Pour les matérialistes, le monde se résume à la matière, elle est là de tout temps et elle ne disparaîtra pas.

Lavoisier disait "rien ne se crée ni se perd, tout se transforme", Claude Levis-Strauss pousse le bouchon encore plus loin en affirmant d'un ton hautain "l'univers va irrémédiablement vers la mort thermique ( principe d'entropie) toute l'activité humaine se résume donc en une accéléreration de ce processus".
Marx, Darwin, Freud et Einstein ont dans un même élan remarquable par sa synchronicité contribué, chacun à leur propre niveau, à déconstruire une tradition antique qui plaçait l'homme détenteur d'une étincelle divine au centre de sa sphère d'existence.


Selon la Genèse "Dieu a crée l'homme à son image" pour le sataniste Karl Marx, il n'est plus qu'une unité de compte économique s'adonnant à l'opium de la religion tandis que l'impérialisme et la lutte des classes étaient les seuls moteurs de l'Histoire.
Histoire qui se terminera lors du grand soir qui verra le soulèvement des prolétaires de tous les pays(étymologiquement ceux qui n'ont de valeur que par leur progéniture).
Marx c'est un peu le théorisateur du NOM, il est dommage qu'aujourd'hui plus personne ne croit au mythe du Grand Soir, car c'est bien vers cela que nous nous dirigeons.




Pour le sataniste Darwin, le moteur de l'évolution est le hasard couplé à la survie des plus aptes.
L'homme n'est qu'une entité biologique dérivée d'une amibe, la résultante d'un processus de sélection naturelle dont le point de départ consiste en des mutations aléatoires du génome.
Seul le hasard suffit donc à expliquer la complexité du vivant. Il n'y a donc aucun principe intelligent, aucune intention délibérée à l'oeuvre dans l'architecture biologique.
Un tel postulat, même s'il constitue une insulte à l'intelligence et au bon sens, pouvait néanmoins aisément être démonté en vertu du seul principe de la raison.

Ainsi pour reprendre l'exemple de Lamarck, le long cou de la girafe n'était que le résultat d'un long processus de sélection qui a éliminé du patrimoine génétique de l'espèce le génome des girafes qui avaient un cou trop court et qui étaient donc désavantagées dans la mesure où elles ne pouvaient ni brouter les feuilles en haut des arbres ni repérer les prédateurs.

C'est aller bien vite en besogne et oublier que ces mêmes girafes au long cou étant aussi capables de brouter de l'herbe, elles tomberaient en syncope lors du reflux sanguin au moment de baisser leur tête si la nature ne les avait pas pourvues d'un tissu spongieux retenant l'excès de sang au niveau du cou.
La concomitance des mutations (long cou, longues pattes, et tissu spongieux) rend donc impossible la théorie des mutations aléatoires de la théorie Darwinienne.


Il y a donc bien un principe intelligent et une intention délibérée derrière l'ordre naturel des choses.
Inutile de préciser que les biologistes font face à des tas d'autres exemples de ce type qu'il serait fastidieux de détailler, le problème c'est que pour la plupart, ils sont grassement payés pour les occulter.




Au début du 20 ème siècle, débarqua de nulle part Freud et sa science psychanalytique qui a ceci de remarquable qu'elle n'est dérivée d'aucune autre branche de la science.
C'est d'ailleurs un miracle en soi qu'elle se soit imposée en si peu de temps à travers tout l'occident.
Il faut dire qu'être payé juste pour écouter le déballage intime de ses patients avait de quoi attirer les charlatans de toutes sortes.
De ce point de vue, il est impossible de faire l'impasse sur la figure incontournable de Lacan, inventeur de la speed séance de 5 minutes qui lui permettait de repartir avec un carton remplit de billets de banque chaque soir.



Grâce à l'artifice de sa théorie d'un vécu antérieur de l'espèce, le sataniste Freud pose divers postulats indémontrables qui condamnent indéfinitivement l'homme à recommencer les mêmes erreurs.
Le complexe d'Oedipe par exemple, fait de tout individu male, un parricide et un incestueux convoitant sa propre mère.
Comme il est difficile de s'y retrouver entre le fratras théorique à base de moi, de ça, de surmoi, d'inconscient et de subconscient, d'archétypes, de refoulé et j'en passe et des meilleures il ne reste plus qu'à se tourner vers les sbires de Freud qui finiront par tout arranger contre quelques années de paiement en espèces sonnantes et trébuchantes.

Mais hormis le fait d'avoir assuré des revenus réguliers à toute une caste de parasites, le fait d'armes le plus marquant de Freud fut sa déconstruction des mythes fondateurs de l'espèce, de ce qui la reliait aux sphères célestes, et tout d'abord le fait religieux.

Ainsi dans "Totems et Tabous"et sa suite "L'homme Moïse et la religion monothéiste", Freud retrace l'origine des rites sacrés au meurtre d'un chef de clan (complexe d'Oedipe).
Le religieux devient dés lors pour lui l'extériorisation d'une névrose bloquée au stade anal ou phallique, et il s'apparenterait même à la zoophilie qui ne serait rien autre qu'une névrose causée par l'interdiction des relations sexuelles avec le totem, figure symbolique figée du père castrateur !!!
Évidement les universitaires ne diront pas les choses de cette manière, reste qu'il est effarant de constater combien de générations ont pris au sérieux ce delirium trémens à la base de la pensée Freudienne.

Freud a dit "je leur apporte la peste" sur le pont du navire qui l'amenait en Amérique, sur ce point on admettra qu'il a fait preuve d'une certaine lucidité.






La doctrine matérialiste a vu sa consécration au 20 ème siècle mais elle ne passa pas l'épreuve des faits.
Ainsi la découvert du rayonnement fossile de l'univers, vestige du big bang, chamboula l'idée d'un monde matériel éternel.
L'univers avait été crée à partir d'un minuscule point infinitésimal en vertu d'une cause extérieure à lui même à un moment où même la notion de temps n'avait aucun sens.
Si l'on questionne les cosmologistes sur ce sujet, on aura toutes les chances de les énerver, puisque même les boucliers théoriques qu'ils brandissent (mur de Plank, big crunch) ne parviennent pas à occulter une vérité connue comme une évidence par les savants de l'antiquité.

Par la suite, la découverte que les constantes de l'univers étaient les seules qui pouvaient amener à l'apparition de la vie consciente n'a pas arrangé les affaires des matérialistes.
Ils brandissent néanmoins, l'argument connu sous le nom de "principe anthropique" qui stipule en gros que si l'univers n'était pas tel qu'il était alors il n'y aurait personne pour s'en rendre compte (là aussi d'autres mots sont employés).

Sans oublier le fait qu'en dehors des constantes universelles, il faille la conjonction d'une centaine de paramètres pour expliquer l'apparition d'une vie consciente sur notre bonne vielle Terre (par ex la distance vis à vis du Soleil) c'est donc une véritable absurdité du point de vue du dogme matérialiste de rechercher des formes de vie sur des exoplanétes.
Cela signifie qu'un grand démiurge effectuerais des miracles à répétition à travers tout le cosmos (pour les anciens chaque système solaire contient au moins une planète bleue abritant la vie).

Aujourd'hui, une partie du personnel scientifique redécouvre ce que les initiés savaient depuis toujours.
C'est ainsi qu'il est désormais admis que des courants d'énergies peuvent se transmettre d'un astre à un autre, ce qui vérifie l'hypothèse que le vide de l'espace n'est pas aussi vide qu'il n'y parait.
Ce milieu de propagation était appelé Éther par les anciens.




Tesla et Einstein se livrèrent à un combat fratricide autour de cette notion.
Si le second n'eut pas gagné par KO, la face du monde en aurait été changée puisque une énergie gratuite non polluante aurait été disponible pour tout le genre humain.
Par ailleurs, c'est aussi ce concept d'Ether qui explique l'augmentation de la masse du globe terrestre à travers les âges et qui oblige à rajouter une seconde à nos journées tous les 19 ans.

Comme les anciens le savaient, l'univers a bien été crée et cette création se poursuit encore de nos jours, les matérialistes peuvent donc aller se rhabiller, leurs jours sont comptés.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Totem_et_Tabou
http://www.marcseifer.com/otherstuff/Te ... nstein.pdf
http://www.writingriffs.com/2009/09/13/tesla-vs-einstein-transcending-the-speed-of-light-with-author-marc-seifer/
Un reportage intérréssant qui demontre que le globe terrestre grossit :

http://www.dailymotion.com/video/x160xn_1-3-la-terre-en-expansion_shortfilms

5 commentaires:

Arthur a dit…

Très intéressant merci!

Arthur a dit…

Je dirais seulement que c'est plutôt Edison qui a gagné face à Tesla, en étant soutenu par J.P Morgan

Rorschach a dit…

Edison était un agent de l'élite chargé de contrecarrer toutes les applications pratiques des découvertes de Tesla.

Einstein était chargé d'éliminer la notion d'Ether.
100 ans plus tard, on ne peut que constater qu'ils ont bien réussi leur coup, chaque être humain doit payer pour accéder à l'électricité.

samuel a dit…

Bonjour,

Article intéressant, même s'il manque un peu d'arguments à mon sens. Pourtant, on touche ici la vérité du doigt...
Comment expliquer l'absence du nom de Tesla dans l'enseignement scientifique? Comment bordel? Non, on lui préfère tout ces pitres à la pensée obtuse, qui résument la complexité à des principes matériels régis par la pesanteur, la gravité... Comme une cause produit toujours un effet quantifiable, il est toujours possible de réduire un système complexe à l'étude de ses parties. Le prolétaire, l'hystérique, l'homo-sapiens... Quid du rapport qu'ils entretiennent entre eux?
Voilà, nous vivons dans une civilisation qui a morcelé la connaissance pour la rendre inintelligible. Pourquoi autant de spécialités de nos jours? Pourquoi un tel éclatement de la sphère scientifique? Babel! Autant de langages que de phénomènes....

netintelligent a dit…

bien tres bien roro

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont réservés aux utilisateurs inscrits et sont soumis à modération.
Merci d'écrire dans un français correct et structuré sans insulte ni grossièreté.