vendredi 19 août 2011

L'histoire cachée du Mac Do et du kebab racontée aux zombis

Le zombi n'aime pas qu'on lui parle de la crise (quelle crise ? on ne meurt pas de faim !), du 11 septembre ((ouahh l'antisémite !),  des cataclysmes (2012, c'est juste un film ouahh l'idiot !) et se foute éperdument de tous les sujets qui alimentent la complosphére (tous des cinglés, c'est moi qui vous le dit !).

Le problème c'est que souvent nous sommes obligés de les côtoyer, voire même de leur parler.
Histoire de leur faire la conversion voilà donc 2 histoires qu'un zombi appréciera à coup sûr, elles concernent la bouffe et l'argent, 2 thèmes qui l'intéressent au plus haut point. Il faut savoir que le zombi est un croisement entre Homer Simpson et son patron Mr Burns, alors attendez vous à lui mettre l'eau à la bouche et à le faire rêver debout.













Tout d'abord, il faut planter le décor, commencer la discussion en affirmant que derrière chaque fortune se cache une innovation, celui qui innove , qui invente un nouveau truc empoche le pactole (c'est pas vrai mais le zombi ne demande qu'à y croire).

Maintenant commencez par lui raconter l'histoire des restaurants Mac Donald, aujourd'hui c'est une multinationale avec des milliers de franchises mais au début c'était juste un petit restauroute tenu par les frères  Mac Donald.

 La fabuleuse histoire de Mac Donald  commence au début des années 40 à San Bernardino Californie, l'un des 2 frères a remarqué en cuisinant que quand on mélangeait de la viande hachée avec de la graisse de boeuf, on obtenait ce qui semblait être un authentique steak. Il renouvela l'opération et s'aperçut qu'il suffisait d'incorporer seulement 10% de viande pour avoir un truc qui ressemblait à un steak de hamburger.
La viande étant la denrée la plus chére dans un menu, les frères Mac donald purent vendre des repas moins chers que les concurrents tout en obtenant une meilleure rentabilité.

En plus de ça, ils supprimèrent les serveurs et les voituriers, désormais  les clients seront servis directement dans leur voiture. A l'époque il s'agissait d'un tout nouveau concept celui du  "cash and go", en français "paye et dégage !".
La franchise connut un succès planétaire et devint même un symbole du mode de vie américain, après la fin de l'URSS les zombis pardon, les prolétaires russes firent la queue pendant des heures pour goûter un happy meal plein de graisse dans le premier Mac Do qui ouvrit à Moscou.

Le résultat de ce succès fut que beaucoup d'américains devinrent obèses sans vraiment comprendre pourquoi.
Une action judiciaire collective fut lancée contre Mac Donald, l'avocat de la firme rétorqua un argument imparable "la responsabilité de la firme ne peut être engagée car tout le monde sait que les menus Mac Do font grossir".


Vidéo : Les hamburgers de Mac Donald sont tellement pleins de graisse et de produits chimiques que même les microbes n'arrivent pas à les digérer.





 Voir aussi cette fameuse vidéo, le hamburger est intact depuis...1989 !

 A ce stade, le zombi se pourlèche les babines en se disant que lui aussi il aimerait bien faire quelque chose comme les frères Mac Donald (en fait leur franchise a  été rachetée par un homme d'affaire et c'est lui qui s'est enrichi mais il ne faut pas le lui dire), dites lui que c'est possible et pour en faire la démonstration racontez lui  comment un pauvre immigré turc sans le sou a fait fortune en France en vendant des kebabs.

L'histoire cachée du kebab commence aux halles de Rungis au début des années 90, un immigré turc sans le sou et au chômage traîne parmi les stands, que faisait il là ? Mystère... Peut être voulait il acheter des fruits et légumes pour les revendre à la sauvette dans le métro comme le font beaucoup d'autres immigrés ? L'histoire ne le dit pas. Toujours est il qu'il se trouvait dans le marché des bouchers quand il voit un gros tas de viande collé contre un mur, il est surpris car dans son pays ça ne se fait pas de jeter de la viande, il demande alors à un vendeur ce que fait cette viande posée à même le sol.


  On lui répond qu'il s'agit de déchets de boucherie, c'est à dire des viandes trop gâtées pour être vendue aux clients, elles vont être vendues à des usines de nourriture pour chien pour 30 centimes d'euro  (2 francs à l'époque) . Dés qu'il entend le prix, notre turc sursaute, il n'en croit pas ses oreilles, il demande qu'on lui mette de côté ce paquet de viande, court chez lui chercher de l'argent et revient dare dare payer le vendeur qui est trop content de se débarrasser de cette viande qui commençait à sentir le moisi. Notre turc vient d'avoir une idée de génie, il s'est rappelé comment dans son pays on préparait une sauce qui conservait et parfumait la viande, la recette prend un peu de temps. Il faut laver la viande à l'eau de javel, ensuite il faut la tremper dans la sauce pendant plusieurs jours afin de l'attendrir et lui ôter son goût de moisi. Grâce à quelques amis qui lui prêtent de l'argent, il ouvre son premier restaurant quelques semaines après. Le succès ne se fait pas attendre, les jeunes et les pauvres se bousculent, consommer un menu pour 20 francs (3 euros) viande, frites et boisson comprise, pour eux c'est du jamais vu, par rapport à Mac Donald le turc donne toujours plus, plus de viande, plus de frites, plus de pain et cerise sur la gâteau c'est beaucoup plus bon !


Notre turc ouvrira plusieurs restaurants, puis ne pouvant plus les gérer tous à la fois, finira simplement par vendre la recette de préparation de la viande, initialement proposée dans les 1500 euros, son coût finit par tomber à 150 euros puisque ceux qui avaient payé pour la connaître se sont dépêchés de la revendre à leur tour. Aujourd'hui chaque quartier populaire contient plusieurs restaurants turcs, ils sont devenus maintenant les concurrents N°1 des mac Do et autres burger Kings qui en sont réduits à faire des recettes hallal pour faire revenir les clients immigrés chez eux. Quand à ces derniers, quoique satisfaits du service, à force de manger des sandwichs kebabs, il leur arrive souvent d'être pris d'inexplicables nausées mais ils n'ont pas encore compris pourquoi. Quoiqu'on en dise les véritables perdants dans cette affaire ce sont quand même les chiens, avec tous ces kebabs qui ont ouvert, il est devenu difficile de remplir les boites de canigou .


Voilà c'est tout pour aujourd'hui ! Si le zombi à coté de vous se met à baver, ne vous inquiétez pas c'est tout à fait normal, c'est bien la preuve que ces histoires ont eu leur petit effet.
La prochaine fois, je parlerais des coulisses de la grande distribution et je raconterais comment dans les années 60, Mr Auchan a un jour filé un petit tuyau qui a lancé Mr Carrefour et comment depuis ce temps ces 2 enseignes se livrent une guerre interplanétaire sans merci.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois.

ND

Anonyme a dit…

J'aime bien ces histoires de zombis...

ND

combak a dit…

il ne risque pas de se sauver en courant le burger !
http://nutrition.mcdonalds.com/nutritionexchange/ingredientslist.pdf

Anonyme a dit…

Rorschach, à quand l'histoire des restaurants "chinois"? La nourriture qui est proposée fait aussi rêver notre ami le zombie, et fait bien sourire nos amis chinois. Pourquoi notre ami chinois a toujours un petit sourire aux lèvres en voyant le zombie avaler ses préparations ? Pourquoi le zombie a toujours la chiasse après un restaurant chinois ? Pourquoi n'y a-t-il aucun client asiatique dans les restaurants chinois ? Tant de questions qui demeurent sans réponse.
Moi je veux savoir la fabuleuse histoire du ravioli aux crevettes (on n'y trouve aucune crevette à l’intérieur...)

Rorschach a dit…

J'avais déja parlé de la cuisine asiatique,et je ne vais pas y revenir, aprés on va m'accuser de m'acharner sur les jaunes.

Mais c'est vrai qu'il y a de grands restaurants chnois qui fonctionnent sans clients, c'est sans doute le moyen qu'a trouvé la mafia chnoise pour blanchir son argent sale.

l' ABUSE a dit…

Merci pour ces informations sur les kebabs 'turcs' qui avaient des goûts différents selon le pays où on les 'dévoraient'... Question de contrôle d'hygiène alimentaire - je suppose!...

On est négligeant avec la vie des autres...

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont réservés aux utilisateurs inscrits et sont soumis à modération.
Merci d'écrire dans un français correct et structuré sans insulte ni grossièreté.