mardi 20 septembre 2011

Une invention étonnante : La machine à liquéfier les morts.

Il y a quelques semaines j'avais signalé qu'on avait retrouvé des dents humaines dans des saucisses ou des steaks hachés et j'avais fait tout de suite le rapprochement avec les milliers d'individus qui disparaissent chaque année sans laisser de traces, probablement victimes de sectes sataniques.


Désormais tout ceci appartient à une époque révolue, les illuminés ont réfléchi et ont trouvé la solution au problème.
Depuis la nuit des temps, les humains enterraient leurs morts maintenant ils vont les liquéfier.
Quel est l'avantage ? Aucun du point de vue du macabé, du point de vue des proches, le procédé ne présente aucun intérêt non plus, à moins d'envisager de stocker le défunt dans des bidons ou des bouteilles, ce qui est quand même beaucoup moins classe qu'une urne funéraire ou un banal caveau familial.

En fait, seuls les criminels auxquels je faisait allusion peuvent se montrer intéressés par cette nouvelle méthode qui a le mérite de ne laisser aucune trace.
 Donc plus de dents qui traînent dans des steaks ou des merguez, la populace peut dormir tranquille,  après avoir tiré la chasse le macabé filera directement à l'égout.
Par contre, ça ne m'étonnerais pas que des salauds en profitent pour incorporer le jus de mort dans le réseau agro alimentaire.
Qui sait ? ça pourrait peut être donner une nouvelle boisson énergisante...







Une entreprise britannique, Resomation Limited, propose une alternative à la crémation ou à l'inhumation d'un corps, à savoir la liquéfaction, par hydrolyse alcaline. L'entreprise vient tout juste de vendre et d'installer son premier appareil à une maison funéraire basée en Floride. Explications et vidéo.

C'est dans une maison funéraire de la ville américaine de Saint-Petersbourg, en Floride, que l'entreprise britannique, Resomation Limited, a installé son tout premier dispositif permettant la liquéfaction d'un corps, présentée comme une alternative écologique à l'inhumation et à la crémation. L'hydrolyse alcaline, base concrète du procédé, permettrait de produire trois fois moins de gaz à effet de serre que la crémation, en utilisant seulement 1/7e de l'énergie et en rendant possible la séparation complète des plombages et autres broches, pour une élimination en bonne et due forme.

La liquéfaction fonctionne par la dissolution du corps dans de l'eau alcaline et chauffée : le corps est entièrement immergé dans une solution aqueuse d'hydroxyde de potassium, à une pression légèrement supérieure à 10 bars, et portée à 180°C pendant un temps variant de deux heures et demi à trois heures. Les tissus humains sont complètement dissous, et le liquide ainsi obtenu est évacué par... le système des égouts municipaux.

D'après Sandy Sullivan, biochimiste et fondateur de Resomation Limited, les tests préliminaires auraient prouvé que les effluents seraient « stériles » et qu' « ils ne contiendraient pas de trace d'ADN, ni ne poseraient de risque environnemental ». Il souligne aussi que le mercure provenant des amalgames dentaires, vaporisé lors d'une crémation, serait responsable de près de 16 % des émissions de mercure en suspension dans l'atmosphère, obligeant les crématoriums à réagir et à installer un système de filtration du mercure pour en réduire les émissions. La liquéfaction permet de récupérer aisément ces plombages, et de s'en débarrasser de manière écologique.

Une fois le corps dissous, il ne reste que les os (séparés des broches, amalgames dentaires et autres) qui se voient alors retirés de l'appareil et broyés par un « cremulator », la même machine qui est utilisée pour pulvériser les os et fragments après une crémation.

Bien que l'hydrolyse alcaline ait déjà été utilisée pour se débarrasser de certains cadavres médicaux ou d'animaux de ferme, l'installation de ce dispositif en Floride a nécessité l'approbation de l’État de Floride, levant les derniers freins légaux à l'arrivée de Resomation Limited, tout comme dans (seulement) un septième des États américains. L'État du Queensland, en Australie, s'est déjà servi de cette méthode l'année dernière, de même que l'État d'Ohio plus tôt cette année, dix-neuf corps ayant pu être liquéfiés avant que la Cour de l'état rende le procédé non conforme à la loi.

Si les verrous législatifs se lèvent petit à petit, Sandy Sullivan fait pression sur les autorités de son pays pour pouvoir faire de l'hydrolyse alcaline une réalité au Royaume-Uni. Celui-ci espère pouvoir y vendre son dispositif, qu'il pense être moins onéreux que la crémation, notamment en raison de la charge supplémentaire que représente les systèmes de filtration du mercure. L'installation américaine devrait fonctionner dans quelques semaines. Voici une courte illustration vidéo du processus :
http://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/environnement-securite-energie-thematique_191/la-liquefaction-alternative-a-la-cremation-et-a-l-inhumation-article_64688/

1 commentaires:

Youssoufe Mon a dit…

Exactement comme le premier volet, de la saga "Matrix", "j'ai vu les machines liquéfier les morts pour nourrir les vivants" (Morpheus)

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont réservés aux utilisateurs inscrits et sont soumis à modération.
Merci d'écrire dans un français correct et structuré sans insulte ni grossièreté.