samedi 19 novembre 2011

Goldman Sachs, le "calamar vampire" à la conquéte de l'Europe

L'intérêt de cet article c'est qu'il désigne explicitement les responsables directs de la crise et de la faillite des états : La pieuvre Goldman Sachs.
A partir du moment où l'ennemi est véritablement identifié, les "indignés"  pourront engager efficacement des actions concrètes (faut il vous faire un dessin ?).
Ce sera toujours mieux que de faire les clowns sur l'esplanade de la défense.







L'ascension de Mario Monti en tant que Président du consil italien est remarquable pour plusieurs raisons :

- Remplacer l'indélogeable, Silvio Berlusconi
- En imposant des technocrates non élus, les règles normales de la démocratie ont été bafouées, et certainement la démocratie elle-même.
- En mettant un conseiller principal de Goldman Sachs en charge d'une nation occidentale, le pouvoir politique connait de nouveaux sommets avec une banque d'investissement : idéal pour une politique toxique.
Mais, peut-être est-ce le projet ultime de Goldman Sachs ?

Un autre acteur essentiel dans le drame de la dette souveraine, est un ancien gestionnaire de Goldman, Mario Draghi de la Banque centrale européenne.

D'autres anciens de la banque d'investissement sévissent dans les couloirs du pouvoir dans presque chaque nation européenne, comme ils l'ont fait aux États-Unis pendant la crise financière.

Jusqu'à mercredi, la division européenne du Fonds monétaire international a également été dirigé par un homme de Goldman, Antonio Borges, qui vient de démissionner pour raisons personnelles.

Goldman Sachs, le "calamar vampire"
La bête entoure désormais ses tentacules jusqu'au sommet de la zone euro et des voix sceptiques se posent des questions sur son influence. Les décisions politiques prises dans les prochaines semaines permettront de déterminer si la zone euro peut payer ses dettes, et les intérêts de Goldman sont intimement liés avec la réponse à cette question...

Simon Johnson, ancien économiste du Fonds monétaire international a fait valoir que Goldman Sachs et d'autres grandes banques étaient devenues très proches du gouvernement dans la période qui a précédé la crise financière et que les États-Unis sont effectivement une oligarchie. Au moins les hommes politiques européens ne sont pas "achetés et payés" par les entreprises, comme aux États-Unis, a-t-il dit. "C'est le projet de Goldman Sachs", dit-il simplement.



"Goldman est là pour donner des conseils aux gouvernements et à fournir des financements. Il est impossible de faire la différence entre l'intérêt public et l'intérêt de Goldman Sachs."

Parmi les autres conseillers, Otmar Issing, qui, en tant que membre du conseil de la Bundesbank allemande, puis la Banque centrale européenne, a été l'un des architectes de l'euro.

Peut-être le plus éminent ex-politicien à l'intérieur de la banque est M. Peter Sutherland, procureur général d'Irlande dans les années 1980 et commissaire à la concurrence de l'UE.

Il est aujourd'hui président non-exécutif de Goldman au Royaume-Uni, Goldman Sachs International, et jusqu'à son effondrement et la nationalisation, il a également été administrateur non-exécutif de Royal Bank of Scotland.

Il a été une voix importante en Irlande sur son renflouement par l'Union européenne, arguant que les termes de prêts d'urgence devaient être assouplis, afin de ne pas aggraver les problèmes financiers du pays. L'UE a d'ailleurs décidé de réduire le taux d'intérêt de l'Irlande cet été.

M. Draghi a été poursuivi par la controverse sur les manipulations comptables effectuées par l'Italie et les autres nations à la périphérie de la zone euro alors qu'ils tentaient de se faufiler dans la monnaie unique il y a une décennie.

En utilisant des produits dérivés complexes, l'Italie et la Grèce ont pu alléger la taille apparente de leur dette publique, dont la règle ne permet pas d'être supérieure à 60% de la taille de l'économie. Et le cerveau derrière plusieurs de ces produits dérivés étaient les hommes et les femmes de Goldman Sachs.

Un certain nombre de transactions financières ont permis la Grèce de lever des fonds pour réduire son déficit budgétaire instantanément, en échange de remboursements dans le temps. 
Dans cette affaire, Goldman a canalisé 1 milliard de dollars de financement pour le gouvernement grec en 2002 dans une transaction appelée "swap de devises".

Dans cette même affaire, et travaillant dans la Banque nationale de Grèce, Petros Christodoulou, qui avait commencé sa carrière chez Goldman, a été promu à la tête du bureau de gestion de la dette publique grecque.

Lucas Papademos, désormais installé en tant que Premier ministre du gouvernement était un technocrate de la Banque centrale de Grèce à l'époque.

Il s'est avéré impossible de tenir la ligne sur la Grèce, qui, sous les dernières propositions de l'UE va effectivement faire défaut sur sa dette en demandant aux créanciers de prendre une "volontaire" décote de 50% sur ses obligations, mais le consensus actuel dans la zone euro est que les créanciers de grandes nations comme l'Italie et l'Espagne doivent être payés en totalité.

Ces créanciers, bien sûr, sont les grandes banques du continent, et c'est leur santé qui est la principale préoccupation des décideurs. La combinaison de mesures d'austérité imposées par les nouveaux gouvernements technocratiques à Athènes et à Rome et les dirigeants des pays de la zone, comme l'Irlande, et des fonds de secours du FMI peuvent tous être attribués à ce consensus.

Jon Corzine, un ancien PDG de Goldman Sachs, est retourné à Wall Street l'an dernier après presque une décennie dans la politique et a pris le contrôle d'une entreprise historique appelé MF Global. Il a placé un pari de 6 milliards de dollars avec l'argent de l'entreprise sur les obligations du gouvernement italien.

Lorsque le pari a été révélé le mois dernier, les clients et partenaires commerciaux ont décidé qu'il était trop risqué de faire affaire avec MF Global et l'entreprise s'est effondré en quelques jours.

C'est l'une des 10 plus grandes faillites de l'histoire américaine.
Le danger est que, si l'Italie cesse de payer ses dettes, les banques créancières pourraient être insolvables.

Goldman Sachs, qui a souscrit plus de 2000 milliards de $ d'assurance, y compris un montant non divulgué sur la dette des pays la zone euro, ne pourra en réchapper indemne, surtout si ces 2000 milliards de $ d'assurance ont été achetés avec une banque ayant fait faillite.

Aucune banque - et surtout pas le "calamar vampire" - ne peut facilement dénouer ses tentacules autour de ses proies.

http://gold-up.blogspot.com/2011/11/la-conquete-de-leurope-par-le-calamar.html

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont réservés aux utilisateurs inscrits et sont soumis à modération.
Merci d'écrire dans un français correct et structuré sans insulte ni grossièreté.