lundi 5 décembre 2011

Au Maroc, une fillette de 4 ans est tuée puis.. mangée



Arrêté par la police, les restes de l'enfant en train de cuire dans la marmite, le cannibale demande qu'on lui fiche la paix car il va être en retard au travail...



Nous sommes au Maroc, à Tanger, dans le quartier de Dchar Bendibane. Dimanche dernier, 10 h du matin. Lamfaddal Ouaddane est l’heureux papa d’une petite fille de quatre ans. Après supplications de sa petite Oumaïma, il décide de lui offrir deux petites bagues en plastique aperçues chez l’épicier du coin. Le genre de jouet que toutes les petites filles du monde quémandent un jour.

Fière comme un paon de ses nouveaux trophées, la petite court rejoindre ses copains, plus haut dans la ruelle. Il ne le sait pas encore, mais sa fille, de dos, le pas hâté, c’est la dernière image, presque d’Épinal, que le père aura de son enfant.



C’est l’absence d’Oumaïma à l’heure du déjeuner, inhabituelle, qui mettra la puce à l’oreille de sa famille. Les autorités locales sont alertées.

Alors que la panique croît légitimement, rebondissement chez l’épicier, vers 16 h. Un trentenaire, hagard, y passe, deux étranges bagues en plastique pour enfant aux doigts. Le commerçant, interloqué, met la famille de la petite, ainsi que la police, au courant.

Rapidement, les forces de l’ordre se rendent, avec la famille, au domicile de l’individu, qui est… mitoyen à celui de la famille Ouaddane. Aucun meuble, juste une vieille télévision, et les relents d’une odeur âcre qui flotte. Stupeur. Puis, très vite, horreur.

 
La tête détachée de la fillette gît dans un coin de la pièce avec des viscères sur un sol crasseux souillé de sang , écrit Le Journal de Tanger . On remarque une arme blanche et d’autres objets. Mais une marmite posée sur un fourneau éteint attire l’attention des visiteurs. On lève le couvercle et on découvre l’abjection : des morceaux de chair flottent dans un bouillon douteux. […] Pas de doute, il s’agit de morceaux provenant du petit corps d’Oumaïma, la petite fille disparue.” La préfecture de police dépêche la police judiciaire et la police scientifique, illico. “Les enquêteurs ont du mal à rassembler les morceaux crus et cuits du corps de la victime et reconstituer les séquences du crime, notamment parce que l’auteur présumé, Abdellatif Touil, ne les aide pas à avancer. Son attitude laisse supposer que cette histoire ne le concerne pas. Il aurait demandé plusieurs fois qu’on le “laisse aller à son travail parce qu’il était en retard” .”

Parmi les premiers éléments de l’enquête, le bouillon de cuisson découvert contiendrait de l’eau, de l’huile, des oignons et des épices. Ce qui fait dire à certains que le criminel pourrait s’être inspiré de la cérémonie du sacrifice de l’Aïd. Supputations, pour l’heure, on précise.

Le suspect, d’après les premiers éléments, ne jouirait pas de toutes ses facultés mentales, chose qu’une expertise médicale ordonnée par le parquet devra confirmer. Selon le frère du présumé auteur, l’intéressé aurait séjourné pendant six ans en Espagne, pays duquel il aurait été expulsé, fait qui l’aurait profondément perturbé. Bien piteuse excuse.


http://www.dhnet.be/infos/monde/article/377680/une-fillette-de-4-ans-tuee-puis-mangee.html

1 commentaires:

dootjeblauw a dit…

Pas si fou que cela puisqu'il a un travail et il serait judicieux d'enqueter sur d'éventuelles disparitions en Espagne durant les 6 années où il y a séjourné, ce mec est complètement dégénéré. Pauvre petite fille, pauvres enfants victimes des lâches de notre siècle en putréfaction avancée.

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont réservés aux utilisateurs inscrits et sont soumis à modération.
Merci d'écrire dans un français correct et structuré sans insulte ni grossièreté.