mardi 27 décembre 2011

Egypte: la justice interdit à l'armée de pratiquer des "tests de virginité"

Voilà le topo, quand une manifestante égyptienne se fait arrêter, elle se fait battre et torturer, ensuite on introduit des doigts dans son vagin soit disant pour vérifier si elle est toujours vierge (aux USA, on vérifie bien si les passagers ne cacheraient pas une bombe dans leur slip).
Aujourd'hui la justice vient  d'interdire cette pratique (officiellement du moins) , par contre les arrestations arbitraires, les coups et la torture sont toujours permis.
Au pays des pyramides, c'est tout de même un sacré progrès !

Samira Ibrahim, son cas est à l'origine du jugement



La justice égyptienne a ordonné mardi à l'armée de ne plus procéder à des "tests de virginité" forcés sur des femmes arrêtées, une pratique qui a contribué à ternir l'image de l'institution militaire au pouvoir.
Cette injonction a été émise dans une décision de la Cour administrative du Caire en faveur d'une jeune femme, Samira Ibrahim, contrainte de subir ce test après avoir été arrêtée lors d'une manifestation en mars.
La décision, la première dans une affaire de ce genre en Egypte, a été saluée par des cris de joie et des applaudissements de la part de dizaines de partisans de la plaignante venus assister au jugement.
"C'est une bonne nouvelle. Nous attendons maintenant une décision de la cour sur les indemnités", a déclaré à l'AFP Hossam Baghat, responsable de l'Initiative égyptienne pour les droits de la personne, une organisation non-gouvernementale.
La pratique des "tests de virginité" forcés a été dénoncée comme une forme de "torture" et de violence sexuelle par des organisations égyptiennes et internationales de défense des droits de la personne, en particulier Amnesty International et Human Rights Watch (HRW).
Des responsables militaires avaient pour leur part estimé qu'ils étaient nécessaires pour empêcher des manifestantes qui seraient vierges de porter plainte pour viol contre des soldats les ayant arrêtées.
Devant le tollé provoqué par cette pratique, l'armée s'était engagée auprès d'organisations non-gouvernementales à ne plus y avoir recours, sans toutefois les renier dans leur principe.
Mardi, le chef de la justice militaire, Adel Mursi, a assuré que la décision de la Cour administrative "était inapplicable" parce qu'il n'y avait "absolument aucun ordre de procéder à ces tests" dans les prisons militaires.
"Si cela se produit, cela relève d'un acte personnel, passible d'une enquête criminelle", a-t-il ajouté.

La suite ici :
http://www.elwatan.com/depeches/egypte-la-justice-interdit-a-l-armee-de-pratiquer-des-tests-de-virginite-27-12-2011-152678_167.php

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.