mercredi 25 janvier 2012

Attaque nucléaire contre le dollar

Pendant que les petits bateau de la navy tournent en rond dans le détroit d'Ormuz, le dollar perd peu à peu sa suprématie dans les échanges internationaux.




Bataille navale et jeu de GO

Par Menthalo du LIESI


Le 16 mars 2009, quelques jours avant le sommet du G20, Zhou Xiaochuan, le Gouverneur de la Banque Centrale Chinoise publiait sur le site de la Banque un texte en Chinois et en anglais, pour qu’il ait le plus grand impact possible. Il disait que le commerce international ne devait plus reposer sur une monnaie d’échange de référence, mais sur de « real assets », des biens tangibles. Si le Dollar n’était pas nommé, il était très clairement désigné et les analystes économiques ont beaucoup parlé à cette époque des souhaits de la Chine de revenir à un étalon Or. D’autres ont évoqué le Bancor, basé sur un panier de matières premières (Or, Argent, Pétrole, ..) .
Depuis, cette position de la Chine n’a cessé de s’affirmer. Pétrole contre de l’Or

L’Inde, qui avait annoncé la semaine dernière, qu’elle achèterait le pétrole iranien en roupies, vient de déclarer qu’elle échangerait ce pétrole contre de l’or. Les indiens achètent pour 12 Milliards de $ par an de pétrole iranien, ce qui représente 7 Millions d’onces au cours actuel ou 202 tonnes d’or.
L’Inde est le plus gros consommateur mondial d’Or avec 20% de la demande, soit environ 800 tonnes par an. Celle-ci a augmenté de 15% en volume d’une année sur l’autre et du fait de la hausse des prix de 46% en valeur (us$), d’après la plus récente étude du World Gold Council.
Si l’Inde met en oeuvre la politique qu’elle vient d’énoncer, elle augmente sa consommation d’un quart, et elle représenterait désormais 25% de la demande mondiale d’or.
Les prix de l’or vont-ils pouvoir baisser comme le souhaitent les Banksters du comex ?

Les autorités anglo-américaines ont interdit à l’Iran d’acheter de l’Or.
Quelle blague ! L’Iran est le bienvenu à acheter sur le marché de Munbaï ou de Shanghaï, qui se sont libérés des dicktats américains.
La plupart des marchés asiatiques étaient fermés hier pour les fêtes de la nouvelle lune du Nouvel An Chinois. Les volumes ont donc été plus faibles, sauf à Tokyo qui a vu une très forte hausse des volumes sur les futures Gold du TOCOM, le marché japonais.
Cette décision anglo-américaine interdisant à l’Iran de trader l’Or sur le COMEX et le Marché de Londres, va marginaliser plus encore le Comex et affaiblir le LME, tous deux étant considérés comme des marchés de voleurs, où chaque barre d’or réelle est vendue à près de 350 clients différents.


Les Emirats Arabes Unis jettent le masque
Les Emirats arabes Unis viennent à leur tour d’annoncer officiellement que les échanges de pétrole avec la Chine se feraient désormais en Yuan.
Cette nouvelle est une attaque nucléaire contre le Dollar. La Banque Populaire de Chine a ouvert un swap direct avec Dubai et les Emirats Arabes Unis de 35 Milliards de Yuan contre 200 millions de UAE dirhams, valable 3 ans. Cela représente 5,5 milliards de Dollars de transactions pétrolières qui échappent au contrôle des Banques de la City et de WS, et une nouvelle défaillance dans le système mis en place par Kissinger et les Bilderberg en 1973. Pour mémoire, un accord avait été conclu avec l’OPEP pour une augmentation substantielle des prix du pétrole, sous réserve que ce flux d’Eurodollars transitent par les banques de Londres et qu’un pourcentage soit automatiquement réinvesti en Bons du Trésor américains.
Cet accord est désormais ouvertement rompu par les Emirats Arabes Unis et Dubaï.
De nombreuses rumeurs et confidences circulaient depuis deux ou trois ans sur une action concertée sur le marché londonien de l’or et de l’Argent, où différents intervenants représentant des intérêts arabes, asiatiques, allemands … semblaient travailler de façon presque militaire pour faire des raids sur les stocks de Métaux Précieux du LME. Aujourd’hui, en révélant cet accord avec la Chine, les UAE dévoilent leur jeu.
Dans le même temps, la compagnie géante ARAMCO, compagnie d’état de l’Arabie Saoudite, a signé un accord majeur avec la Compagnie chinoise SINOPEC. Cette dernière va construire une raffinerie en Mer Rouge, prévue pour être opérationnelle dans deux ans. L’Arabie Saoudite est le principal fournisseur de pétrole et la Chine, le plus gros consommateur. Cet accord direct entre les deux puissances exclut les intermédiaires et permet à la Chine de renforcer les relations bi-latérales. Dans deux ans, les échanges commerciaux se feront en Yuan.
La Chine importe près de 250 millions de tonnes de pétrole par an.

Bataille Navale contre “Jeu de GO”
Alors que le porte-avions américain et son escadre viennent de passer le Détroit d’Ormuz pour entrer en Mer Rouge et rejoindre le reste des forces navales américaines et franco-britanniques, on peut à juste titre se demander si cette parade militaire des forces navales de l’OTAN s’adresse à l’Iran ou aux Emiratis.
Les Etats Unis ont mis en place des sanctions monétaires contre l’Iran, qui semblent pour l’instant contournées, alors que depuis deux ans, la politique diplomatique et monétaire chinoise avec ses partenaires économiques (Vénézuella, Brésil, Russie, Inde, Iran, Japon, Corée, Allemagne, Turquie, Kazachstan, … ) inflige une cuisante défaite financière à la Réserve Fédérale, au Trésor Américain et aux Banques anglo-américaines, sans tirer un seul coup de canon.
Les Américains par leur présence militaire massive en Mer Rouge et en Méditerranée, essayent de démontrer qu’ils sont encore la Puissance dominante. C’est la politique de la Canonnière alors que les Chinois avancent leurs pions sur le plateau du “jeu de go”, qu’ils maîtrisent parfaitement.

http://liesidotorg.wordpress.com/2012/01/24/bataille-navale-jeu-de-go/

1 commentaires:

dootjeblauw a dit…

Le très français vaisseau La Motte-Piquet a rejoint les yankees dans le détroit d'Ormuz.

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont réservés aux utilisateurs inscrits et sont soumis à modération.
Merci d'écrire dans un français correct et structuré sans insulte ni grossièreté.