dimanche 8 janvier 2012

Intouchables : pourquoi fallait-il un noir en face de ce blanc tétraplégique ?

"On pourra quand même regretter que les réalisateurs Toledano et Nakache aient pour les blacks de la banlieue qu’un seul projet : qu’ils torchent, lavent et essuient le cul des blancs…"

Tout est dit ! Pas encore vu ce film mais même de loin, ça sent déja mauvais...




Une vraie dynamique, quelques idées de cinéma, d’aucuns parleront de « bon boulot » à propos du film « Intouchables ».

Mais... si les réalisateurs ont su le plus souvent éviter les pièges tendus par un scénario à haut risque - ceux, entre autres, du pathos, des larmes et des stéréotypes raciaux et de classes -, contrairement à ce qui a pu être écrit ici et là, pas de bien-pensance dans ce film pour la simple raison qu’on n’y trouvera aucune pensée, et c’est déjà ça de gagner ou de sauver s’empressera-t-on d’ajouter car, le travail passé des scénaristes-réalisateurs est là pour l’attester, si par malheur ces derniers avaient souhaité y prétendre… c’est bien avec une catastrophe qu’on aurait eu rendez-vous.

Dans « Intouchables » sans doute pourra-t-on y voir en toute bonne foi, outre le souci de se remplir les poches, le désir sincère de raconter avec honnêteté une histoire vraie.

Conte de fée sans morale - référence au fait qu’il n’y a pas de pensée -, on pourra quand même regretter que les réalisateurs Toledano et Nakache aient pour les blacks de la banlieue qu’un seul projet : qu’ils torchent, lavent et essuient le cul des blancs…

Parce que ça, c’est quand même pas très nouveau !

Sans oublier l’incontournable : « Touche pas à la femme blanche ! » - même sous le prétexte qu’elle puisse être lesbienne.

Quant à aborder la réalité du handicap et ses implications économique et sociale - conditions de vie, ou bien plutôt... conditions de non vie, les réalisateurs s'y sont refusés en mettant en scène un millionnaire.

Mais alors... à quoi et à qui sert ce film qui n'aborde pas non plus les conditions de vie et perspectives d'avenir d'un français issu de l'immigration d'Afrique noire - hormi le commerce du shit ?

Certes, pour l’adaptation au cinéma de La case de l'oncle Tom, les volontaires n’ont jamais manqué à l’appel, et Omar Sy  semble fin prêt pour une nouvelle adaptation du roman de l'écrivain américaine Harriet Beecher Stowe dont les premières feuilles ont été publiées en 1852…

Mais qu’en 2011 un acteur prête son concours à un tel projet, c’est déjà en soi une belle déception car enfin… difficile de ne pas se poser la question suivante : pourquoi fallait-il un noir en face de ce blanc tétraplégique et millionnaire de surcroît ?

Personne ne sortira "meilleur" de la projection de ce film. On peut sans doute, et tout juste, affirmer que les spectateurs ont été heureux de s’être laissés porter ( balader ?) par un conte pour adultes certainement pas, et de loin, aussi naïf que ces mêmes clients-spectateurs.
Le cinéma, et la fiction, ce grand sommeil, nous console de la réalité.

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/intouchables-pourquoi-fallait-il-107511

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont réservés aux utilisateurs inscrits et sont soumis à modération.
Merci d'écrire dans un français correct et structuré sans insulte ni grossièreté.