mardi 10 janvier 2012

No Pants Day : Les dégénérés en slip sont de retour !

No pants Day,  hypocrisie voyeuriste rémunérée : A Londres, des chômeuses sans le sou exposent leur dessous pour pouvoir se nourrir.


Il y a quelques jours, ils étaient 100 à attendre en slip devant un marchand de fringues,  à l'occasion du "No Pants Day", ce sont maintenant des milliers de dégénérés en slip qui arpentent les métros et les rues, un peu partout dans le monde, de New York à Taïwan.


A Taïwan, une dizaine de mannequins payées par la firme Reebook à l'occasion du "No Pants Day".

Le "No Pants Day" est officiellement une initiative artistique destinée à générer des interactions sociales et de la convivialité entre les voyageurs. En vérité, il s'agit d'un événement monté de toute pièces destiné à faire sauter les derniers verrous de la moralité et de la décence.
N'importe quel  zoologiste vous le dira, l'exhibition génitale est toujours le prélude à l'accouplement.
A terme, l'objectif recherché par ce genre d'événement est donc la méga orgie planétaire qui verra les gens s'accoupler comme des animaux, on pourrait l'appeler "Love Unification",  les illuministes ont certainement déjà commencé à la planifier.

Comment en somme nous arrivés là ?

Ce fut le travail de plusieurs décennies mais ces dernières années on assiste à une accélération de la dégradation des moeurs.
Comme chacun le sait, parallèlement à  la libération sexuelle, il y eu dans les années 60 tout d'abord la jupe courte, puis la mini jupe. Les années 70 virent l'apparition du bikini  et des seins nus à la plage. Dans les années 80, ce fut au tour du string, une vulgaire cordelette séparant en 2 le postérieur des dames.

A cause du SIDA, les années 90 furent l'époque du coccooning, du repositionnement familial et du préservatif mental, fini la fête, tout devait être aspétisé.  Les illuministes posèrent néanmoins quelques jalons,  le pantalon large flottant remplaça le jean ultrasérré qui servait à mettre en valeur les fesses des dames et le zizi des messieurs.
Mais déjà à cette époque, le Jean Large "baggy" avait pour fonction d'inciter les gens à montrer leurs sous vêtements, il se portait de plus en plus large jusqu'à tomber littéralement sur les cuisses. Les rappeurs dégénérés et diverses campagnes de pub (Calvin Klein) aidèrent beaucoup cette cause et dés l'an 2000 les jeunes femmes arboraient des pantalons laissant apparaître leur string à chaque fois qu'elles s'asseyaient, ce fut l'ére du "Whale Tail" littéralement "queue de baleine", le plus souvent assortie d'un tatouage grotesque sur le bas des reins.

Logiquement, les années 2010  virent la disparition des vêtements. Pantalons, robes, chemises et T shirts furent ôtés à l'occasion de diverses revendications sociales savamment orchestrées, désormais tout est bon pour se déshabiller, l'éventail est large, il va de la gay pride à la marche des salopes en passant par les néo féministes ukrainiennes, les coups de marketing et les pseudos mouvements de mode tels ce "No pants Day".

Ne vous faites pas avoir, tout est planifié ! Ces photos où l'on voit plusieurs personnes déambuler en slip dans la rue ou dans le métro ont étés commandées à des photographes. Ces mannequins et figurants sont payés par de grandes firmes qui cherchent à promouvoir des événements d'envergure planétaire visant la dégradation morale.
Sans ce sens moral, les individus seront plus enclins à accépter cette forme d'esclavage qu'est le nouvel ordre mondial. A ce rythme, ce n'est plus qu'une question de temps avant que l'on assiste à la dégénerescence totale des moeurs.


1 commentaires:

dootjeblauw a dit…

Les djeunes s'amusent et vont attraper une cystite...

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.