mardi 17 janvier 2012

Télé réalité : elle se fait violer en direct !

Le type il sait qu'il est filmé, pourtant il le fait quand même !




Une candidate de la version brésilienne de l'émission Big Brother aurait été violée en direct à la télévision. Le candidat mis en cause aurait profité de la jeune fille alors que celle-ci était inconsciente après une soirée très arrosée.

Ce week-end, des milliers de téléspectateurs brésiliens ont été choqués en découvrant une scène de leur Big Brother national : on y voit Daniel, un candidat de 31 ans, se glisser dans le lit de Monique, une étudiante de 23 ans, alors que celle-ci est inconsciente suite à une soirée bien arrosée. On voit ensuite les couvertures bouger d'une manière très équivoque qui laisse entendre que le jeune homme se serait livré à des actes sexuels sur la jeune femme. Toute la scène a été filmée par une caméra infra-rouge et diffusée à la télévision.

Convoquée au confessionnal dès le lendemain, Monique a confié qu'elle ne se souvenait de rien. Le scandale ayant éclaté, les policiers sont venus interroger Monique durant près de 3h et une enquête a été ouverte. Elle a ensuite été conduite à l'hôpital pour subir des examens médicaux afin de déterminer s'il y avait effectivement eu viol. La jeune femme a ensuite réintégré le jeu.

De son coté Daniel a été expulsé du jeu. Il risque désormais une peine de prison de plusieurs années. Big Brother est l'une des émissions les plus regardée au Brésil. Les Brésilien reprochent notamment à la production de n'avoir rien fait pour arrêter Daniel. Une pétition a même été lancée pour que la chaine prenne ses responsabilités dans cette affaire.
http://tele.premiere.fr/News-Tele/Big-Brother-une-candidate-de-la-version-Bresilienne-violee-devant-les-cameras-3083186 via
http://lesmoutonsenrages.fr/2012/01/17/linfo-en-bref-du-17-janvier-2012/

1 commentaires:

zed leppine a dit…

marche plus la vidéo...

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés et réservés aux titulaires d'un compte Google ou autre.
Il faut parfois un peu de temps pour qu'ils soient publiés.