samedi 18 février 2012

Le cauchemar d’un poulet élevé à la Matrix.

Quand un projet monstrueux est sur le point d'aboutir, il faut toujours prendre soin de préparer l'opinion publique. Pour justifier les hybrides animaux-humains, on nous avait dit que cela favoriserait la transplantation d'organes. Cette fois, il s'agit de cultiver des poulets sans tête et sans pattes, pour éviter qu'ils souffrent dans des cages.
Quand des humains seront cultivés selon le même procédé, on nous dira que c'est le prix à payer pour avoir des organes de rechange et qu'ils ne peuvent pas souffrir.
La boucle sera bouclée,  en route pour le meilleur des mondes de la Matrice !




André Ford, un chercheur au département en architecture du "Royal Collége of Art" a proposé un nouveau système de production en masse de poulets.  Il supprime le cortex cérébral des oiseaux afin qu’ils ne subissent pas l’horreur d’être étroitement entassés dans des fermes verticales.
Chaque année, le Royaume-Uni élève et tue près de 800 millions de poulets (environ 850 pour la France, 24 kg/an/habitant) pour leur viande. Ces créatures sont élevées dans des hangars immenses, sans lumière naturelle durant six à sept semaines. Ils sont élevés pour croître très rapidement et meurent souvent car leurs cœurs et leurs poumons ne peuvent pas suivre la croissance rapide de leur corps.

Avant d’aller plus loin : A première vue, ce projet pour le département d’architecture du Collège Royal d’art de Londres, semble d’une horreur absolue, mais en considérant ce qui se passe actuellement avec les méthodes d’élevage intensif, on se retrouve un peu dans la problématique du cheval blessé : Faut-il le tuer pour éviter qu’il souffre, ou le laisser souffrir dans l’espoir d’une solution ?

D’après l'un des responsables,  ce projet ne contient rien de vraiment choquant parce que nous nous trouvons face à un cas dont la majorité des gens sont au courant, complice et coupable à des degrés divers. Les médias de masse sont saturés avec de films documentaires, de livres. Je ne veux pas ajouter à la pléthore d’informations facilement accessibles, l’information est là, mais la majorité des gens ne se soucient pas de savoir ou prétendent qu’ils ne peuvent pas se permettre de s’en occuper.

Le philosophe Paul Thompson de l’Université Purdue a suggéré "La solution des poulets aveugles." Il fait valoir que des poulets aveuglés par “accident” ont été développés en laboratoire et que cela ne les dérangeait pas d’être entassés. Par conséquent, soutient-il, nous devrions envisager d’utiliser des poulets aveugles dans la production alimentaire comme une solution au problème de la surpopulation dans l’industrie de la volaille. Il fait valoir qu’il serait plus humain d’avoir des poulets aveugles que des poulets voyants.

Mais Ford va plus loin et propose une “solution de poulet sans tête." Il s’agirait de supprimer le cortex cérébral du poulet pour inhiber ses perceptions sensorielles afin qu’il puisse être produit dans les conditions les plus denses sans la détresse associée. Le tronc cérébral du poulet serait conservé intact de sorte que les fonctions homéostatiques continueraient à fonctionner, ce qui lui permettrait de croître.

Ford propose cette solution pour deux raisons : pour répondre à la demande croissante en viande, en particulier les volailles, et pour améliorer le bien-être des poulets en les désensibilisant de la réalité déplaisante de leur existence.

Après cette “désensibilisation”, les poulets pourraient alors être empilés dans d’énormes fermes urbaines, avec environ 1 000 poulets accrochés à de grands cadres verticaux, un peu comme le réseau de grappes d’êtres humains connectés à la matrice (Matrix).



Les pieds des poulets seraient également supprimés pour gagner de la place. Il pourrait y avoir des dizaines de ces cadres dans le système de l’agriculture verticale, appelé par Ford, Centre pour l’agriculture Inconsciente. La nourriture, l’eau et l’air serait livré via un réseau de tubes et les excréments serait supprimés de la même manière. Cette technique pourrait atteindre une densité d’environ 11,7 poulets par mètre cube au lieu des 3,2 poulets actuellement obtenus.

Le manque de stimulation musculaire restait un défis pour Ford. Cependant, il propose d’utiliser des chocs électriques similaires à ceux utilisés dans d’autres expériences de laboratoire à base de viande.

Ford affirme que sa solution n’est pas plus choquante que les techniques de production alimentaire existantes. Il estime que la solution du poulet sans tête a les mêmes intentions que les viandes cultivées en laboratoire. "Les intentions sont les mêmes, la synthèse des protéines animales sans la souffrance,” dit-il. Toutefois, il estime que l’incapacité de synthétiser des vaisseaux sanguins se révélera être un défi majeur pour ceux qui cherchent à créer des images 3-D des morceaux de viande en laboratoire.

La ressemblance avec le film The Matrix n’est pas passée inaperçue, pour Ford les similitudes sont évidentes, bien que dans la matrice, les espèces dominantes ont eu la gentillesse de fournir à la sous-espèce une réalité alternative, qui était bien meilleure que leur vrai monde post-apocalyptique.

Malgré ce sujet soumis à controverse, votre Guru terminera cet article en en citant un autre, qu’il vous a conté dans un moment d’égarement, (je devais sans doute savoir que je pourrais le ressortir en tant qu’argument). Donc, j’évoquerais l’exemple de Mike le poulet qui eu une vie de Star en survivant 1 ans et demi à sa décapitation, voilà… (Méditation).

Pour en voir davantage sur ce projet, c’est par ici : Farming the Unconscious

http://www.gurumed.org/2012/02/16/le-cauchemar-ou-le-rve-dun-poulet-lev-la-matrix/

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont réservés aux utilisateurs inscrits et sont soumis à modération.
Merci d'écrire dans un français correct et structuré sans insulte ni grossièreté.