mercredi 14 mars 2012

Jean Paul Sartre : conversion d'un Athée

Si jamais on vous bassine avec Sartre et l'existentialisme, voici de quoi répondre.




Jean-Paul Sartre (1905-1980) est un philosophe et écrivain français qui reçut le prix Nobel de littérature en 1964. Il est connu pour avoir écrit d’importants ouvrages philosophiques tel que « L’être et le néant » (1943), « L’existentialisme est un humanisme » (1945) ou encore « Critique de la raison dialectique » (1960).


Il est considéré comme étant le fondateur de l’existentialisme athée, un courant de pensée et une forme d’athéisme qui aborde la question de l’existence de l’Homme sans référence à un être divin et qui prétent que Dieu et la nature humaine sont des concepts inéxistants. Cette doctrine philosophique a pour point de départ cette formule de Dostoïevski : « Si Dieu n’existait pas, tout serait permis. » À partir de là, Sartre va émettre des idées comme quoi c’est l’être humain qui invente ses propes valeurs et que c’est lui qui les détermine.

Dans « Existentialisme et émotions humaines » Sartre déclare :

« l’homme existe d’abord, se rencontre, surgit dans le monde, et se définit après. L’homme, tel que le conçoit l’existentialiste, s’il n’est pas définissable, c’est qu’il n’est d’abord rien. Il ne sera qu’ensuite, et il sera tel qu’il se sera fait. Ainsi, il n’y a pas de nature humaine, puisqu’il n’y a pas de Dieu pour la concevoir » (Jean Paul Sartre « Existentialisme et émotions humaines » (1957, p 15-16)

Sa conversion à la croyance en Dieu

Vers la fin de sa vie, Jean Paul Sartre s’est mis à reconnaître l’existence d’un créateur.
Voici ci dessous ce que rapporte le magazine américain « National Review » (Examen National) le 11 juin 1982. L’article a été écrit par Thomas Molnar, professeur de littérature française à l’université de Brooklyn :
« Tout au long de sa carrière, le philosophe Jean-Paul Sartre était un athée militant. Politiquement, bien qu’il querellait avec le matérialisme marxiste, sa rhétorique était souvent impossible à distinguer de celle de Staline. Cependant, durant les derniers mois du philosophe il y a eu quelques développements surprenants. En 1980, à l’approche de sa mort, à l’époque aveugle, décrépit, mais toujours en pleine possession de ses facultés, Sartre est venu très près de la croyance en Dieu, peut-être même plus que très près.

Au printemps 1980 (un mois avant sa mort), le Nouvel Observateur publie une série d’interviews ( qui seront les dernières de Sartre) que Sartre a eu avec l’un de ses amis Pierre Victor, son secrétaire personnel. Il suffit simplement de citer une phrase de Sartre durant ce dialogue pour s’apercevoir que Sartre a bien changé d’avis :

« Je ne pense pas être le résultat d’un pur hasard, de simple poussière de l’univers mais plutôt quelqu’un qui a été attendu, préparé. En bref, un être que seulement un créateur aurait pu créer; Et cette idée d’une main créatrice se réfère à Dieu »

Les étudiants de l’existentialisme et les athées en général noteront que cette phrase à elle seule suffit pour comprendre que Sartre a bien désavoué toute sa philosophie du passé.

L’épilogue n’est pas moins édifiant. Sa maîtresse, Simone de Beauvoir publie après sa mort « La cérémonie des adieux » dans laquelle elle attaque Sartre en disant : « Comment peut-ton expliquer cet acte sénile d’un traître ? » pour ensuite ajouter : « Tous mes amis, tous les sartriens et tous les éditeurs de la revue “les temps modernes” (revue fondée par Sartre) me supporte dans ma consternation »


Les dernières interviews que Sartre a eu avant sa mort ont été publiées par le Nouvel Observateur en mars 1980 et ont été réintroduites dans le livre de Pierre Victor « L’espoir maintenant, les interviews de 1980: un dialogue avec Jean Paul Sartre ». Et Malheuresement pour les athées en général qui aiment bien citer Jean Paul Sartre, on y apprend dans ce livre que Jean Paul Sartre lui même a confirmé que ces interviews étaient authentiques.

Certaines biographies de Jean paul Sartre rapportent des propos similaires sur sa croyance en Dieu qu’il aurait dit à Simone de Beauvoir en 1974. À l’époque, il aurait rajouté (peut être pour rassurer Simone de Beauvoir) : « Mais cette pensée n’est pas claire, ce n’est pas une idée exacte. »

Autre chose qu’il est aussi intéressant de mentionner est le fait que les éditeurs du magazine « Wired » rapportent en 1996 qu’en réalité Jean Paul sartre se serait converti au judaisme :

« Tout ce que vous savez à propos de Jean-Paul Sartre est faux. « L’espoir maintenant : Les interviews de 1980 », un livre plein de conversations entre Sartre et son assistant Pierre Victor, réalisées peu avant sa mort, révèle un philosophe qui avait abandonné le gauchisme et ses amis pour le judaïsme. » (Magazine Wired, mai 1996)

(A noter que Pierre Victor était aussi connu sous le nom de Benny Levy car il était un juif orthodoxe, ce qui expliquerait peut être le choix de Sartre pour le judaisme.)
Conclusion

Quoi qu’il en soit, il semblerait que Jean Paul sartre avait déjà commencé à reconnaître l’existence d’un créateur dans le milieu des années 1970 pour enfin l’avouer publiquement peu avant sa mort.

Ces interviews avec Pierre Victor, la consternation de Simone de Beauvoir ainsi que la publication dans de nombreux journaux et magazines d’articles sur sa conversion suffissent pour comprendre que Jean Paul sartre, fondateur d’une des branches de l’athéisme, a bien abandonné ces idées pour reconnaître l’évidence, celle de l’existence d’un créateur unique. Bref, encore un coup dur pour les athées…

http://www.thesigns.fr/conversion-jean-paul-sartre/

3 commentaires:

Take it Easy a dit…

Oui Rorschach ! comme d hab, ils vantent le matérialisme et au crépuscule de leurs vies, de peur , ils croient Dieu ! Insupportable d' hypocrisie.

Bravo encore pour le meilleur Blog d' Info francophone du Net !

Banantou a dit…

L'approche de la mort est certainement quelque chose de terrifiant. Pour un athée, Tu nais, tu vis, tu rêves, tu tentes, tu souffres, tu réalises, tu vieillis et tu meurs, dans le néant total... quel est le sens d'une vie si elle finit sans plus rien après ? ça doit être insupportable et désespérant...
Cependant, si on se mettait à croire en une vie après la mort, aux témoignages des gens revenus des expériences proche de la mort parlant de tunnel de lumière, d'un "être" lumineux leur montrant tout ce qu'ils ont fait durant leur vie et discuter des bonnes ou mauvaises actions accomplies, alors la mort devient plus supportable puisqu'on n'aura pas vécu "pour rien".
Il est logique et rassurant de croire qu'un "Dieu" est bien là, il nous observe et il nous attends.

Eric a dit…

J'adhère plutôt à la thèse de détournement de vieillard posée par De Beauvoir. Sartre, tout en ayant insisté pour que cette "interview" de Benny Levy passe, par affection pour Levy et parce qu'aveugle, il ne pouvait écrire, donc penser efficacement, Sartre, donc, s'était un peu plaint du fonctionnement de Lévy: "Pour lui, la morale passe toute entière par la Thorah, bien sûr je ne pense pas comme ça" (je cite de mémoire). Dans cette dernière interview, que j'avais trouvé très belle mais très peu Sartre, sauf pour l'intelligence, à l'époque, je ne crois pas que Sartre soit devenu croyant. Il restait athée, mais il avait un peu reculé sos la pression de Lévy, sur une position d'agnosticisme. Mais c'était plus que ne pouvaient supporter Le Castor et la famille!

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont réservés aux utilisateurs inscrits et sont soumis à modération.
Merci d'écrire dans un français correct et structuré sans insulte ni grossièreté.