jeudi 31 mai 2012

Une invasion de zombies a t'elle commencé ?

Non, mais certains médias s'amusent à faire peur...


L’histoire qui va suivre a de quoi glacer plus d’un sang. Il ne s’agit (probablement) pas d’une véritable invasion de zombies, mais nous n’en sommes pas loin. Sortez vos kits anti-zombies et retrouvez les clefs de votre bunker, ça pourrait servir.

Direction la Floride, état ensoleillé américain victime de faits divers plus étranges les uns que les autres depuis ces dernières semaines. Tout a commencé le 16 mai avec de mystérieuses éruptions cutanées au Lycée McArthur de Hollywood. Douze enfants et deux professeurs touchés. Deux jours plus tard, alerte dans un aéroport de la ville concernant un composé chimique inconnu. Dans les deux cas, aucun début de piste.

Le 20 mai, les choses se gâtent, un docteur de 41 ans est arrêté pour avoir craché du sang sur un policier. Il se frappait aussi la tête jusqu’au sang dans la voiture qui l’emmenait au poste. Quelques jours plus tard, retour de ces mystérieuses rougeurs, dans une école de Broward County. Le lendemain, un Canadien a été arrêté en atterrissant à Miami après avoir foncé sur le cockpit. Et les choses ne s’arrêtent pas là: samedi dernier, un sans-abri a été défiguré à 80% après s’être fait mordre par un homme de 31 ans.

Mais comme toute “contagion”, il y a propagation. Dans l’Illinois, à Urbana-Champaign, une alerte a été lancée suite à la libération dans la nature de matériaux dangereux. Dans le New Jersey, un homme s’est présenté aux urgences après s’être ouvert le ventre et avoir lancé ses intestins sur des policiers.

Enchaînement de coïncidences ? Déversement de folies passagères ? Invasion de zombies ? Les informations locales nous le diront ! Affaire à suivre…

[gawker]

http://www.gizmodo.fr/2012/05/30/zombies-portes-chez-nous.html

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont réservés aux utilisateurs inscrits et sont soumis à modération.
Merci d'écrire dans un français correct et structuré sans insulte ni grossièreté.