vendredi 8 juin 2012

Le grand secret du vatican





Saint-Pierre, le ‘’ prince des apôtres ‘’ fut crucifié la tête en bas, à Rome le 13 octobre 64 sous le règne de Néron, dans un cirque romain qui se trouvait à l’emplacement exact du Vatican.

Son supplice eut lieu au pied de l’obélisque qui est aujourd’hui au centre de la place St-Pierre. Sa dépouille mortelle fut redécouverte en 1953.

C’est donc sur un haut lieu de sacrifices humains que fut érigé le Vatican, siège de la plus puissante organisation religieuse du monde.

Pour imager ce propos, qu’il nous soit permis d’ajouter que les fondations du Vatican reposent, au sens propre comme au sens figuré, sur l’acte sacrificiel de celui qui est présenté comme le premier pape de la chrétienté. Cette circonstance est assez troublante pour être signalée.

Rappelons que le sacrifice rituel a toujours été considéré par les sociétés ésotériques anciennes, comme étant le moyen le plus sur de s’attacher les faveurs des Dieux.

Pour bien comprendre la profondeur de ce qui est exposé ici, les lecteurs devront avoir connaissance de l’étendue du pouvoir effectif du Vatican, et de la position exacte qu’il occupe sur la pyramide tronquée, symbole de la réalité structurelle des hiérarchies sur et ‘’ au dessus ‘’ de la Terre.

Démonstration en a été faite de ce pouvoir, sans aucune ambiguité, à l’occasion par exemple des funérailles du pape Jean-Paul II. Mais la question du pouvoir du Vatican n’est pas le sujet qui occupe aujourd’hui l’article de Thierry Van De Leur.



Les Clefs de Saint-Pierre…

Le blason du Vatican arbore des clefs croisées, l’une d’or, l’autre d’argent, avec des mécanismes en haut et tournés du coté de l’écu, surmontées de la tiare papale sur champ rouge. Les clefs symbolisent les pouvoirs spirituels et temporels des papes. La tiare papale est surmontée de trois couronnes.



Le Vatican recèle, on s’en doute, de nombreux mystères, le symbolisme y tient une place importante et contient des messages en rapport avec le passé et l’avenir de l’humanité. Messages qui ne demandent qu’à être déchiffrés.


La serrure…
En 1667, le Bernin dessina le plan de l’actuelle place St-Pierre, gigantesque ellipse de 240 m de large et 196 m de long dotée de 284 colonnes, 88 pilastres, et 140 statues de Saints, de 3 mètres…

Vue du ciel, la place a manifestement la forme d’un trou de serrure. Qui de nos jours a remarqué ce détail tellement symbolique ?

La colonnade recèle un autre petit secret : il y a entre l’obélisque et chacune des fontaines un disque de porphyre rouge incrusté dans le pavement. Ces disques indiquent les foyers de l’élipse que forme les colonnes, et à ces endroits, la colonnade semble n’ être constituée que d’une rangée de colonne, alors qu’il y en a quatre. Illusion voulue par le bernin.

Ainsi, si cette place St-Pierre est un ‘’ trou de serrure ‘’, alors la question est de savoir ou se trouve la clef ?

Les deux clefs…

En fait, il existe deux clefs, comme dans les armoiries du Vatican ! La clef ‘’ spirituelle ‘’, en or se trouve en permanence au bon endroit, dans l’axe de la serrure : elle est symbolisée par l’ obelisque égyptien qui se trouve au centre de la place, ce monolythe de granite rouge haut de 25.36 mètres pèse plus de 300 tonnes.





Initialement taillé au 1er siècle avant Jésus Christ à Héliopolis, pour le préfet romain en Egypte Caïus Cornelius Gallus, il sera transporté d’ Héliopolis à Rome en 37 sur l’ordre de Caligula qui le fera dresser au centre du cirque de Néron au pied de la colline du Vatican.

Cet obélisque ne porte aucune inscription hiéroglyphique. Caligula le dédia ‘’ au divin César Auguste ‘’. En 1586, le pape Sixte Quint ( pape de 1585 à 1590 ) fit déplacer l’obélisque devant la basilique St-Pierre. L’entreprise qui dura une année entière nécessita plus de 900 hommes et 150 chevaux.

Anecdote : un silence complet avait été exigé durant l’erection de l’obélisque, sous peine de mort.

Le globe de César qui se trouvait sur la pointe de l’obélisque fut remplacé par une croix, reliquaire contenant ‘’ parait -il ‘’ un morceau de la Sainte Croix.

Cet obélisque égyptien, comme tout les autres, symbolise un rayon de soleil pétrifié ! En général, ces colonnes possédaient toutes un pyramidion en or massif. Cet obélisque est également un gnomon qui projette son ombre sur un cadran à 8 sections.

Par son déplacement dans le trou de serrure virtuel crée par le Bernin, cette ombre symbolise les tours de clefs d’ouverture et de fermeture du Soleil…

L’obélisque de la place Saint-Pierre est à 2.5 km de la colonne de Trajan sur laquelle trone depuis le XVIe siècle, une statue de Saint-Pierre. En rejoignant ces deux colonnes, la ligne atteint l’endroit exact d’ou la Pape s’adresse aux chrétiens, sur le coté droit de la place St Pierre.

Ce point est également indiqué par la ligne qui rejoint la pyramide de Rome et cet obélisque. Reste donc à savoir ou se trouve la seconde clef. Symbole du pouvoir temporel, cette clef est la plus imposante, et aussi la plus ancrée dans la terre, contrairement à la clef obélisque qui se dresse vers les cieux. La seconde clef, est en fait la Basilique St-Pierre elle même…

Coupole de la Basilique Saint Pierre

En effet vu du ciel, on reconnaît nettement la section d’une clef spéciale… en forme de croix latine. D’un point de vue structurel, la Basilique s'inscrit parfaitement dans la place ‘’ trou de serrure ‘’ du Bernin. Tellement parfaitement qu’on peut même affirmer que l’axe de cette clef est matérialisé par la tombe de Saint-Pierre sous le dôme de la Basilique.

Si l’on superpose les plans de la ‘’ place serrure ‘’ et ceux de la ‘’ Basilique clef ‘’ , la tombe et l’obélisque ne font plus qu’un. Pour pouvoir ‘’ rentrer ‘’ la Basilique actuelle ou même l’ancienne, dans la ‘’ place serrure ‘’, il est obligatoire de faire coïncider la tombe et l’obélisque.





Ci dessus à gauche, le Vatican vu par satellite. La place Saint-Pierre apparaît comme une '' serrure ". L'obélisque est la clef bien placée.

A droite, petit montage, la " clef Basilique St Pierre " est entrée dans la serrure. Il faut imaginer le manche de la clef, avec l'anneau, enfoncé verticalement sous la terre. Si l'on en croit le symbole, ce serait donc dans les entrailles de Rome que devrait se trouver le secret du pouvoir temporel...

Toujours par le jeu de la superposition, les deux fontaines, de part et d’autres de l’obélisque, correspondent aux branches droites et gauches de la croix latine qui servit de modèle à cette Basilique. Elles symbolisent probablement les clous dans les mains et le sang du Christ qui s‘en échappe.

A 14 mètres de hauteur, les jets de ces fontaines évacuent pour plus de 2.3 millions de litres d’eau à l’heure.

La Basilique actuelle ( l’église la plus grande du monde ), inaugurée en 1626, a succédé à une autre construite au IV e siècle par l’empereur Constantin. Elle est bâtie sur l’emplacement exact et dans le même axe. Déjà, à l’époque, la Basilique de Constantin, était elle même construite sur les ruines du cirque de Néron. Le point exact ou se trouve à présent l’obélisque indiquait l’endroit ou mourut Saint-Pierre, sur le coté droit du cirque.


Le grand secret du Vatican…

Concrètement, les deux clefs et la serrure ont été mis en place entre 1586 et 1626. Ils ouvrent le grand secret du Vatican !

C’est la clef d’or spirituelle ( obélisque ) qui est révélatrice du grand secret du Vatican. En effet, l’obélisque de la place Saint-Pierre semble détenir le grand secret temporel de l’eglise. Pour s’en convaincre, il faut se référer à la prophétie des papes, publiée pour la 1ere fois en 1595 par le bénedictin Arnold de Wion.

L’œuvre est attribuée à Saint Malachie d’Armagh, évêque d’Irlande né en 1094 et mort en 1148 à Clairvaux. Cependant certains chercheurs pensent au contraire que l’ouvrage fut écrit quelques siècles plus tard, par un autre rédacteur illustre, grand ami des papes, lequel aurait rédigé les prophéties quelques mois seulement avant leur première publication.

Quoi qu’il en soit, la prophétie des papes désigne 111 papes sur une période débutant à partir du pontificat de Célestin II (1113-14). A chacun des ces papes, la prophétie attribue une devise censée le caractériser. Force est de constater que de nombreuses devises se sont révélées spectaculairement exactes.

A ce jour le Vatican n’a jamais condamné cette prophétie, de plus nombreux sont les souverains pontifes qui firent frapper des médailles à leurs effigies avec la devise que leur avait attribuée Malachie.

Cerise sur le gâteau : à Rome, dans l’église Saint-Paul hors les murs, les successeurs de Saint-Pierre figurent dans des médaillons en céramique, il ne reste plus que deux places vacantes correspondant aux deux derniers papes.

Dernièrement, début 2005, un des médaillons vierges, s’est descellé à plusieurs reprises, à la stupéfaction des ouvriers chargés de le re-fixer !

Quel rapport avec l’obélisque du Vatican… ?

Dans un geste symbolique, sûrement dicté par un mystérieux cahier des charges clérical , ce monument fut érigé le 10 septembre 1586 dans l’axe de la basilique et de la tombe de Saint-Pierre, pendant le pontificat de Sixte Quint ( 1585 - 1590). La notion d’ axe a une importance majeure dans toute cette histoire !

Sur cet axe, par exemple, au début de la nef, est inséré dans le pavement le large disque de porphyre rouge sur lequel Charlemagne s’agenouilla la nuit de noël de l’an 800 quand le pape Léon III le couronna empereur d’Occident. D’autres souverains suivirent cette étrange pratique…

C’est donc le pape Sixte Quint qui fit poser cet axe symbolique au milieu de la place Saint-Pierre pour marquer une période bien précise en rapport avec la prophétie de Saint-Malachie : Son pontificat… charnière !

En effet, dans sa prophétie, Malachie, a attribué au 73e pape de sa liste, le pape Sixte Quint, la devise la plus compréhensive de toutes : ‘’ Axis in médiatatae signi ‘’ , qui signifie ‘’ Axe à la moitié du signe ‘’ ou plus probablement ‘’ Axe au milieu du présage ‘’.

Cette devise a mis la puce à l’oreille d’un interprète génial, Raoul Auclair qui commença alors à analyser mathématiquement ces prophéties : il arriva à la conclusion que la moitié du pontificat de Sixte Quint ( entre 1587 - 1588 ) correspondait à la moitié de la prophétie dont la durée totale serait donc de 888 années.

La moitié ( 444 années ) fut l’occasion d’un geste symbolique : la pose, à partir de 1586, d’une série de 4 obélisques dont le 1er et le plus symbolique au milieu de la place Saint-Pierre. Le second fut érigé en 1587, il s’agit de l’obélisque de la place de l’Esquilin ( piazza de l’ Esquilino), devant le chevet de la basilique Sainte-Marie-Maajeure.

En 1588, se fut l’obélisque de la place Saint-Jean de Latran provenant de Karnak, dédié aux pharaons Touthmôsis III et IV. En 1589 , enfin ce fut le tour de l’obélisque de la piazza del Popolo, provenant d’ Héliopolis et dédié à Séthi 1er et Ramsès II.

Ces monuments sont placés de telle sorte que chacune des lignes qui les rejoignent à l’obélisque de Saint-Pierre passe par la grande entrée de la colonnade du Bernin ( la serrure ) . Autrement formulé , on peut penser que si l’obélisque est l’ axe de la clef, les quatre monuments réunis représente la clef entière qui pénètre dans la serrure.

Mais revenons à la prophétie…

Si nous prenons comme référence l’érection de l’obélisque sur la place Saint-Pierre comme point de repère de la moitié de la prophétie, alors la seconde période de 444 ans amènera la fin de la prophétie de Saint-Malachie aux alentours de 2031.

Cela laisse une période de 25 ans durant laquelle doivent se succéder les deux derniers chefs de l’église prédit par la prophétie : le pape nouvellement élu, et son successeur, un mystérieux ‘’ Pierre le Romain ‘’.

Une telle cohérence entre le nombre de pape et la durée de la période ne peut que troubler le lecteur. Cela d’autant plus que l’année 2031 se trouve être très proche de l’anniversaire du bimillénaire de la mort du Christ.

Or, une tradition rapportée par St-Justin, St-Irénée, St-Anastase, St-Hilaire, St-Jérome, et St-Augustin, les pères de l’église, assigne justement à l’église une longévité de 2000 ans à la suite de quoi viendra ‘’ une fin des temps ‘’, ou ‘’ fin de notre monde ‘’, une date butoir qui laissera place à un changement radical.


La sculpture "The World" représenterait la planète X

Peut-on imaginer l’existence d’un ‘’ mandat ‘’ occulte de l’église, comme un pacte d’une durée limitée à 2000 ans, et dont les papes seuls, une fois élus, découvriraient le secret ?

Peut-on imaginer dans ce cas, qu’un pape ait voulu rendre public une trame codée de ce contrat, et qu’il ait passé ‘’ commande ‘’ de la prophétie des papes à un rédacteur de confiance, quelque soit son nom. Ainsi la prophétie des papes ne serait pas une prophétie à proprement parler, mais plutôt la transcription cryptée des clauses d’un contrat fantastique que l’église aurait passé avec celui dont elle aurait reçu les clefs du pouvoir.

Dans cette perspective, le Vatican serait non pas soumis aux fils d’un mystérieux ‘’ destin ‘’ inéluctable, mais en réalité, il serait tenu de respecter, de suivre à la lettre, et de se conformer à des clauses contractuelles… Ceci expliquerait alors la précision inouïe de la prophétie des papes…

Cette interprétation a certes de quoi donner le vertige, mais ne dit-on pas que les papes une fois élus, doivent s’isoler un moment dans une petite salle secrète de la bibliothèque du Vatican ? Une salle souterraine qui ne contiendrait qu’un seul livre et dont ils seraient les seuls à détenir la clef ?

Ne dit-on pas que certains d’entre eux sont ressortis de cette salle en proie à une très vive émotion ? C’est en tout cas ce que raconte la rumeur, alimentée par le secret absolue qui règne autour de l’élection de chaque nouveau pape.

Quoi qu’il en soit, le rédacteur de la prophétie n’a pas pu inventer cette période de deux millénaires ! En effet pendant les 444 premières années de sa prophétie, 72 souverains pontifes se sont succédés ; pendant la même durée de 444 ans qui a suivi, la prophétie n’en a prévu que 40 !
Comment l’auteur savait il que trois ou quatre siècles plus tard, la durée de vie allait s’accroître progressivement, entraînant une durée de règne pontifical presque doublée ?

Cette précision visionnaire est peut-être le plus grand mystère des prophéties de Malachie. En tous cas, s’il ne devait en rester qu’un, ce serait sans doute celui-là…

Source originale :
http://www.topsecret.fr/FR/article.php

2 commentaires:

Le citoyen engagé a dit…

La clé du pouvoir occulte sur ce monde...

Tomla a dit…

Donc 25 ans de Nouvel Ordre Mondial approuvé par les deux derniers traitres en chef d'une religion dont les moutons portent un instrument de torture autour du cou !

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont réservés aux utilisateurs inscrits et sont soumis à modération.
Merci d'écrire dans un français correct et structuré sans insulte ni grossièreté.