mercredi 20 juin 2012

Pierre Jovanovic et la balle magique de Matrix

Pierre Jovanovic raconte comment par une sorte d'incroyable miracle il a pu esquiver une balle de fusil.


Un après-midi de janvier en Californie, en plein coeur de la Silicon Valley, je venais de terminer l'interview du président de la Grid Systems Corporation et de son directeur marketing pour le numéro spécial "SICOB 1988" du Quotidien de Paris.


Avec mon amie, nous reprîmes notre voiture de location, une Honda si mes souvenirs sont bons, et, après avoir cherché pendant dix bonnes minutes, nous finîmes par retrouver le chemin de l'autoroute qui nous ramenait à San Francisco. Sur l'asphalte, tout paraissait normal, calme. La journée était ensoleillée et, ne conduisant pas, je regardais les gros camions bien américains, étincelants de tous leurs chromes, que nous doublions, lorsque soudain, je me jetai sur ma gauche. En même temps, le "temps" s'arrêta. Mon attention fut fixée sur un point. Je ne comprenais pas ce qui se passait. Puis le temps se remit en marche, au ralenti, et je pouvais voir arriver de très loin une balle.

Et cette balle était pour moi. Je le savais. Mais en même temps, je savais que j'avais tout mon temps pour l'éviter. Elle arrivait droit sur moi, au ralenti, image par image, et je pouvais même voir, aussi bizarre et incroyable que cela puisse vous paraître, son vortex, comme je le verrai bien plus tard dans Matrix, sauf que Matrix n'avait pas encore été tourné. Au ralenti, je vis aussi le trou se former sur le pare-brise et celui-ci s'étioler... Ce n'est qu'après l'impact que le "temps" se remit brusquement en route.

ceci n'est pas la photo de "notre" pare-brise, mais celle d'un incident similaire, prise par des afghans.

Une heure plus tard, dans un poste de police proche de l'autoroute, après le constat (obligatoire pour l'assurance), le policier Dennis Kraft nous a "rassurés" en précisant qu'il s'agissait d'un incident relativement courant (sic). J'étais tellement surexcité que j'ai raconté tout cela au policier qui a méticuleusement tout noté, y compris le fait que j'avais "vu toute la scène au ralenti".





Le policier qui a noté ma déclaration sur la plainte, y compris le fait "d'avoir vu la balle arriver au ralenti, image par image".

Selon lui, c'était un type qui s'amusait à tirer sur les voitures pour s'entraîner sur des cibles mouvantes. Ce jour là, c'était tombé sur moi. Mais je ne comprenais pas comment j'avais pu voir le temps au ralenti et pourquoi je m'étais jeté sur ma gauche AVANT l'impact de la balle sur le pare-brise!


Je n'avais pas pensé à l'Ange gardien à ce moment là. Juste que j'aurais du mal à faire passer un pare-brise en notes de frais et que mon patron Philippe Tesson n'allait pas apprécier si par malheur l'assurance ne prenait pas l'incident en charge. Plus tard, en discutant avec d'autres journalistes, je découvris que je n'étais pas le seul à qui ce genre d'incident ou phénomène était arrivé. D'autres confrères journalistes, souvent photographes de presse, me racontèrent comment, au moment même de la mort impossible à éviter, quelque chose d'inexplicable leur avait sauvé la vie, quelque chose qui n'avait pas une chance sur un million d'arriver. Et la plupart d'entre eux m'expliquèrent que le temps s'était soudain suspendu et qu'ils avaient commencé à revoir leur vie, mais comme "hors du temps".


La science vous dit que vous ne pouvez pas ralentir le temps, et encore moins voir une balle arriver sur vous. C'est vrai pour la plupart des gens. Mais moi je l'ai vécu, et j'ai voulu comprendre comment c'était possible. Je suis donc parti d'une balle et d'un pare-brise et, après 5 ans d'enquête, je me suis retrouvé avec un Ange gardien et un manuscrit de 500 pages A4 recto-verso dont aucun éditeur n'avait voulu. L'affaire de la balle expliquée dans la version américaine de mon livre avait intrigué l'équipe de CNN qui s'était pris la peine de vérifier le dossier de l'incident. Et cela les a tellement marqués qu'ils m'avaient invité pendant presque une heure à l'antenne pour raconter la scène et pour parler du livre.

Les journalistes de CNN avaient vérifié l'histoire de la balle. Cela leur semblait totalement fou. Mais au final cela les a encore plus fascinés.
Et ils m'avaient invité à "Talk Back Live" pour l'édition américaine du livre sur les Anges gardiens.

Donc, cela pour vous dire deux choses: j'ai bien vu tout ça au ralenti, et j'ai évité la balle. Les gens de CNN avaient vérifié mon histoire car John Kennedy, lui, n'a rien vu venir.

Peut-être suis-je un autre Néo ? :-)

http://www.jovanovic.com/highway.htm

4 commentaires:

Ampipeline a dit…

Ce n'était pas "son heure", c'est tout. N'oublions pas que nous ne maîtrisons pas grand chose dans notre vie...

krn a dit…

Pour avoir également vécu ce genre d'aventure, je peux certifier qu'il ne s'agit pas d'une question d'heure ou non, mais bien, soit d'une intervention extérieure, soit d'un pouvoir de notre esprit qui ne s'exerce pas en temps habituel.

Rorschach a dit…

Je pense que notre esprit a la capacité d'anticiper l'avenir et de réagir en conséquence dans l'instant présent.

Cela a même été démontré expérimentalement.

Le Gall : Décrypter Le Système Pyramidall a dit…

les juifs adorent se faire mousser comme ça. bien douteux ce bonhomme !

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont réservés aux utilisateurs inscrits et sont soumis à modération.
Merci d'écrire dans un français correct et structuré sans insulte ni grossièreté.