mardi 31 juillet 2012

Elle filme le machisme ordinaire en caméra cachée

Quand une jeune femme se proméne seule dans les rues d'une grande ville, les fauves sont lachés.


Des regards appuyés, des sifflements, des propositions irrespectueuses, des insultes. Quand elle a déménagé dans un quartier populaire de Bruxelles, ces incivilités sont devenues le quotidien de Sofie Peeters, étudiante en dernière année de cinéma. «La première question que je me suis posée c'est, "est-ce que c'est moi? Mes vêtements?"», confie-t-elle à la RTBF.



Lasse de se faire harceler, Sofie Peeters a décidé de faire de cette violence ordinaire son projet de fin d'études. A l'aide d'une caméra cachée, elle enregistre toutes ces réflexions désobligeantes qu'elle entend sur son passage: «Je t'emmène à l'hôtel», «si tu donnes envie, c'est normal, non?», «belles petites fe-fesses», «salope», «chienne».

Diffusé jeudi dernier au cinéma à Bruxelles et relayé par un grand nombre de médias belges, le travail de l'étudiante, Femmes de la rue, a ouvert le débat sur le harcèlement. Philippe Close, échevin (magistrat) à la commune de Bruxelles, a expliqué à la RTBF que ces insultes devraient être bientôt sanctionnées par des amendes administratives. Cette nouvelle loi devrait entrer en vigueur dès le 1er septembre.

Un travail raciste?

D'autres ont vu dans le travail de l'étudiante un penchant raciste, car les séquences sont tournées majoritairement dans un quartier maghrébin. Interrogée à ce sujet par la chaîne de la télévision flamande la VRT, la réalisatrice répond : «C'était une l'une de mes grandes craintes, comment traiter de cette thématique sans tourner un film raciste? Car c'est une réalité: quand on se promène à Bruxelles, 9 fois sur 10, ces insultes sont proférées par un allochtone (un étranger, ndlr.) Mais ces personnes ne sont pas représentatives de toute la communauté maghrébine.»

Se faire insulter quand on se promène seule est aussi le lot commun des Françaises, à en croire les réactions des internautes. Suite à la diffusion du documentaire, un forum a notamment été ouvert sur le site très populaire Doctissimo . «Dans mon quartier ce genre de méchancetés, c'est tous les jours. Et c'est pas «t'es belle», c'est «salope» «sale chienne» «on va te serrer», etc», confie Doctridrolerie. Sofie Peeters a elle décidé de changer de quartier.
http://www.lefigaro.fr/international/2012/07/30/01003-20120730ARTFIG00581-elle-filme-les-insultes-machistes-ordinaires.php

5 commentaires:

ezekiel a dit…

mouai , je connais des français bien blanc qui se comporte comme des porcs avec les nanas , pas besoin de religion ou de couleur pour le manque de respect.

je pense que toutes les femmes doivent ou ont du connaitre ça , je vois pas bien le but de faire autant de bruit avec ça , sauf si bien sur on veut s'en servir par la suite à " autre chose ".

ezekiel a dit…

bien sur je rajoute que je ne trouve pas normal quon manque de respect aux femmes , en me relisant ça peut porter a confusion

Raf a dit…

A mon avis cela s'inscrit dans la même logique tordue que celle du journal autrichien krone cité dans un de tes articles, agiter le peuple afin qu'ils haïssent certains allochtones pour les amener doucement vers l'acceptation d'une guerre prochaine...
Elle aurait mieux fait de faire un film sur les pédophiles à la tête de son pays...

Rorschach a dit…

Possible... Il est vrai que cette histoire a eu un énorme retentissement dans les médias.

ezekiel a dit…

bcq trop en tres peu de temps , on sait tres bien comment ça marche quand une chose est extrêmement médiatisée.
et vue ce qu'il se passe depuis des années au niveau géopolitique , pour moi c'est de la merde.

et je sais pas si vous etes allez voir sur tout les sites ou liens des videos les réactions des gens , c'est assez flippant de voir qu'une simple video , couper , monter , peut montrer le vrai visage des gens et leur haine qu'ils ont envers tout ce qui est différant d'eux.

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.