dimanche 29 juillet 2012

Le côté occulte de Londres

Parmi les préoccupations concernant un possible attentat sous fausse bannière sur le stade Olympique, ce qui n’a pas encore été dit, c’est que le parc olympique – de même que l’ensemble de la zone du Grand Londres – est protégé par deux esprits géants de 14,4 km de hauteur visibles à l’œil nu si vous savez où regarder.

Les JO se déroulent pendant la fête du dieu Lugh/Lug/Lud, dont on peut voir le visage gravé dans le paysage, gardien de l'est de Londres. Il y a aussi une licorne géante bien visible, gardienne de Londres à l’ouest – comme le lion et la licorne qu'on voit sur les armoiries de la grande Bretagne.

Le lion et la licorne géants du paysage appartiennent à l’enchantement de Londres et à la Matrice des étoiles terrestres, qui semblent avoir été mis en place bien avant l’arrivée des Templiers sur ces terres, à l’époque des Druides.


Le lion et la licorne

Les JO ont toujours lieu à la même période [Note d'Hélios : c'est faux, plusieurs se sont déroulés en septembre-octobre], ils commencent le 27 juillet, et coïncident avec la période que les celtes anciens (et les gaulois) appelaient Lughnasadh – une fête pour honorer leur dieu solaire, Lugh/Lug/Lud. Lud est l’équivalant britannique du Zeus grec ou du Jupiter romain.

Connu en tant que Lugh en Irlande, il était Lud en Angleterre dont la principale capitale, avant les romains était connue sous le nom de Caer Lud (la ville de Lud, aujourd'hui Londres). Vers le huitième siècle avant JC, les britons construisirent un temple en l’honneur d’Arianrhod, la contrepartie féminine de Lud, à la porte ouest de la ville. Ils l’ont appelé Porte de Lud, mais elle est connue aujourd'hui sous le nom de colline de la porte de Lud.

La source de sa rivière, la rivière Lud/Lea est en fait dans une enceinte en terrasse connue sous le nom de berge de Waulud, point de repère le long de la ligne tellurique de Saint Michel. Elle coule dans la vallée de Lea et juste avant les moulins du Temple (ancienne forteresse templière) elle fait une boucle qui contourne l’ensemble du parc olympique comme une douve.

Lud est l'un des gardiens de la cite sacrée de Londres, l’autre étant la licorne, et les deux peuvent être vus comme des géants dans le paysage – Lud étant le lion mâle solaire royal divin (Lleu signifie lion en gallois) qui garde Londres à l’est, et la licorne l'intuitive déesse lunaire féminine qui garde l’ouest.

Il
est difficile de distinguer leurs corps maintenant que la banlieue du grand Londres s'est autant construit, mais leurs tête et pattes avant sont tout à fait distincts. De plus, le lion solaire Lud porte une couronne, exactement comme sur les armes de Grande Bretagne.




Chris Street a écrit au sujet de ces géants dans un chapitre intitulé “Gardiens de la cité sacrée'', dans le livre Londres légendaire et l’esprit de l’endroit, édité par Anthony Thorley.

''La tête, le dos et la crinière du lion sont délimités par différent traits, comprenant la route A113 du pont de Passingford et de Chigwell jusqu’a Woodford. Se promenant à coté, presque tout du long se trouve la rivière Roding, ajoutant la crinière bouclée. Le visage du lion suit la route B175 allant du pont de Passingford , traversant Stapleford Abbots jusqu'à Romford.''

L’œil est dans la zone de Battles Hall, et Ste Mary Stapleford. La bouche du lion est dans la zone de Havering at Bower et son poitrail est l’A112 traversant Chadwell Heath. Les pattes reposent confortablement à Dagenham, délimitées par les zones de l’A125 et de l’A111.

''La stature royale du lion est mise en valeur par le fait surprenant que certains des vieux chemins, sentiers et lignes frontières au-dessus de sa tête peuvent réellement être reliés en forme de couronne très royale, remarquablement semblable à celle qui est sur les vraies armoiries.''

Il y a de nombreux bars du Lion Rouge représentant une silhouette de lion, et la corne de la licorne se situe exactement à un endroit appelé Colline de la Corne.

Alors est-ce juste une coïncidence si les dessins du lion et de la licorne peuvent être vus aussi distinctement dans le paysage autour de Londres? D’après Chris Street, non, parce que les dessins font partie intégrante d’une découverte remarquable connue comme les étoiles terrestres de la Matrice.

Cette matrice des étoiles terrestres de Londres est également blasonnée dans le paysage de Londres mais de manière différente du lion et de la licorne – pourtant les trois sont fondamentalement connectés.

Les étoiles terrestres de Londres se réfèrent à un travail révolutionnaire par lequel il a été découvert que les sites sacrés londoniens ne sont pas distribués au hasard. Ils se connectent en un vaste et complexe schéma géométrique ou matrice qui inclut de nombreuses vieilles mais moins connues églises et collines sacrées, telles que Westminster Abbey, la Cathédrale St Paul, la cathédrale de Southwark et la Tour de Londres.

Chris Street dit:

''Deux des alignements telluriques les plus importants de la capitale passent par les étoiles terrestres lion et licorne...''

Traversant le lion existe une ligne tellurique royale qui combine un chemin énergétique solaire aligné avec le lever du soleil du milieu de l’été….

Elle est aussi connue sous le nom de ligne tellurique du couronnement, parce qu’elle est en alignement direct avec 3 sites où les rois de Grande Bretagne ont été couronnés.

La ligne du couronnement passe par la Pierre du Roi à Kingston-upon-Thames (où 7 rois Saxons ont été couronnés), la cathédrale Saint Paul et l’Abbaye de Westminster…

''La licorne présente un alignement bien choisi d’églises reliées à l’aspect lunaire féminin divin. La plupart de ses églises sont dédiées à Marie, souvent représentée debout sur un croissant de lune, comme la version chrétienne de l’archétype de la déesse lunaire vierge.

Au coeur de la licorne se trouve Harrow-on-the-Hill, où l’église la Sainte Marie Vierge est au ceentre d’un pentagramme extraordinaire de lignes telluriques et de collines sacrées, toutes à 72 degrés exacts les unes des autres”
Les cinq pointes de l’étoile de Harrow-on-the-hill, sont Horsedon Hill, Barn Hill à Wembley, Belmont Hill à Stanmore, Dabb’s Hill à Ruislip, et Saint Jean à Pinner

Christopher Wren

Anthony Thorley dit qu’il est évident d’après les premiers brouillons de ses plans qu’il n’a jamais utilisé, que Christopher Wren était au courant pour les étoiles terrestres de la Matrice quand il a reçu la demande de reconstruire les sites sacrés de Londres après le Grand Incendie.

Anthony a consacré un chapitre complet à ce sujet, le Londres secret de Sir Christopher Wren dans son livre le Londres Légendaire et l’Esprit de l’endroit.

Au total, la Matrice des étoiles terrestres comprend 19 motifs – surtout des pentagrammes, des hexagrammes, des cercles et des triangles. Aucun d’eux n'est séparé. Chacun est relié à l’ensemble. Chris Street dit qu'il y a un plan reconnaissable au sol d’un temple, mais sur une grande échelle, couvrant plus de 1000 km² du Grand Londres.
Et ce temple secret mais caché est protégé de chaque coté par les saints gardiens protecteurs de Grande- Bretagne, le lion et la licorne, comme montré sur les armoiries royales.[on remarquera l'inscription en français...]

Ishtar Babilu Dingir, 26 juillet 2012

http://bistrobarblog.blogspot.com/2012/07/londres-ville-occulte.html

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.