dimanche 29 juillet 2012

Les Anonymous appellent à césser la traque aux pédophiles

On se rappelle que  les anonymous furent à l'origine de la liste de personnalités liées aux réseaux pédophiles publiée par le député belge Laurent Louis. Ils s'étaient également illustrés en publiant une liste de pédophiles pris en flagrant délit sur le net. Aujourd'hui, ils publient contre toute attente un communiqué réfutant toute intervention dans le domaine de la lutte contre la pédophilie.
Ce revirement constitue bien la preuve que le groupe Anonymous est plus un mythe médiatique contrôlé par des officines secrètes qu'un authentique collectif de hackers justiciers.



Il y a quelques jours, Anonymous (du moins c'était signé ainsi) publiait un communiqué pour mettre les choses au point au sujet de la traque des pédophiles sur le web. Traque dont un des points culminants a été la publication des noms, adresses, mails, et pseudos de différentes personnes fréquentant des sites et forums pédophiles.

Ce communiqué explique donc que:


1. "parmi les personnes se revendiquant d’Anonymous, un certain nombre tend à mener des actions contre la pédophilie et la pédo-pornographie" ==> on comprend donc que les traqueurs de pédos seraient en quelque sorte des 'dissidents' d'Anonymous. Ah bon, donc Anonymous est organisé? Il serait intéressant de savoir qui décide de quoi, selon quels critères et avec quelle légitimité.


2. "le travail effectué est risqué, mais en plus il est contre-productif car il sape le travail de police existant, et les preuves accumulées sont pour la grande majorité irrecevables. Il existe en droit un principe dit de loyauté de la preuve, et une preuve obtenue frauduleusement ne pourra pas être utilisée devant un tribunal, d’autant plus qu’en l’espèce l’obtention des preuves par hack est punie, ici, de 2 ans d’emprisonnement et de 30 000 € d’amende (on tombe sous le coup de l’article 323-1 du code pénal)" ==> le travail de la police est peu productif en raison du manque d'effectifs. Mais, il est vrai que les preuves obtenues illégalement ne peuvent pas être reçues par un tribunal. De fait, selon la loi Belge, par exemple, "Si la vie privée, le secret professionnel ou le secret de la correspondance ont été violés pour obtenir la preuve, celle-ci est illégale et irrecevable".


3. C'est pour cela que "la grande opération anti-pédophilie soutenue par Anonymous au Brésil s’est soldée par un échec, les preuves étant inutilisables par la police".


4. "si la police était déjà sur ces réseaux en train de recueillir des preuves, le travail effectué est ruiné puisque les réseaux ainsi découverts se ferment ou sont désertés par les pédophiles sans que les membres puissent être poursuivis. Les membres se retrouvent sur d’autres réseaux et la police doit à nouveau recommencer son travail, en repartant de zéro" ==> c'est vrai que pour mieux les pister, il aurait peut-être mieux valu ne pas dire où les pédos se réunissent pour discuter ou pour s'échanger des images. Cependant, je suis surprise qu'Anonymous ne tienne pas compte du fait qu'aujourd'hui, la plupart des échanges, notamment d'argent et d'images, se font sur le dark web, ou web caché.


5. "Il existe ensuite un autre risque. En effet, les données publiées peuvent se révéler fausses, ou une erreur peut être commise. Cela abouti alors à l’accusation sur la place publique de pédophilie pour un individu innocent" ==> tout à fait vrai, d'ailleurs des personnes qui s'infiltrent sur ces forums, justement pour traquer les pédos, peuvent donc se retrouver parmi les adresses IP captées, et donc sur la liste publiée.


6. "On risque alors de ruiner la vie d’innocents. Oui, ruiner ! L’affaire d’Outreaux en est un parfait exemple, puisqu’on a vu des personnes accusées à tord de pédophilie se suicider). Sans compter le fait que la publication de telles données personnelles, avec, en sus, une accusation, relève d’une atteinte à la vie privée, et même de la diffamation. Et encore une fois, ces délits existent sous une forme ou une autre partout dans le monde"==> évidemment, juste après avoir parlé des accusations erronées, on revient sur la fameuse "affaire Outreau", en oubliant au passage que 12 enfants ont bien été

reconnus victimes, et que nombre de dossiers connexes posent encore question, mais passons. Quant à la diffamation, l'atteinte à la vie privée etc., c'est vrai. Mais les lois sont ainsi faites qu'en réalité, on ne peut rien dire sur le sujet, ou presque. Alors autant qu'Anonymous laisse carrément tomber sa cible constituée par les pédos, ils ont dans nos belles démocraties la quasi impunité, toutes les données sérieuses sur le sujet le montrent.


7. "ce n’est pas aux Anons de se substituer à la police" ==> tiens tiens, exactement les mêmes termes que Child Focus, l'association belge censée venir en aide aux enfants en détresse. Ben alors, pourquoi créer Anonymous? Il n'y a qu'à faire confiance à la police! Et aussi à la justice, pourquoi pas?


8. "Nous ne sommes pas des super-héros ! Notre rôle est plutôt d’informer, de saisir l’opinion publique et la presse. C’est ce qui se passe avec la scientologie, c’est ce qui s’est passé avec ACTA" ==> C'est cela, laissons tomber le combat contre les pédophiles, le lobbying sur des sujets moins sensibles est tellement moins risqué.


9. "Un moyen simple de signaler le contenu pédophile est de poster les liens douteux sur ce site : https://www.internet-signalement.gouv.fr/PortailWeb/planets/SignalerEtapeInformer!load.action ou encore ici pour la Belgique https://www.ecops.be/webforms/Default.aspx?Lang=FR." ==> Quelle blague! Depuis que ce site a été repris par l'Etat français, les mêmes sites continuent d'être opérationnels, et les pédos sur le web sont bien tranquilles, à part un ou deux qui se font avoir de temps en temps et dont on nous parle dans l'ensemble des médias commerciaux. On constate hélas l'impact abolument nul de ce portail.


10."Le combat contre la pédophile n’est pas du domaine d’Anonymous et toute action menée risque même l’effet inverse de l’objectif initialement escompté !" ==> Nous y voilà. Ce communiqué est donc un appel à ne plus traquer les pédos du tout, même sans publier leurs coordonnées. Et pourquoi? Simplement parce que la police veille, et que la loi est faite pour ôter tout moyen d'action légal, ou presque. Nous verrons bien si la consigne sera suivie, en tout cas les pédos doivent se sentir bien mieux désormais.


http://dondevamos.canalblog.com/archives/2012/07/28/24791741.html

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont réservés aux utilisateurs inscrits et sont soumis à modération.
Merci d'écrire dans un français correct et structuré sans insulte ni grossièreté.