lundi 2 juillet 2012

Les rebelles syriens détruisent les locaux et massacrent les journalistes d'une chaine d'information nationnale.

Les journalistes en question étant syriens personne ne s'en offusquera d'autant plus que l'union européene avait sanctionné les médias syriens sous prétexte qu'ils étaient à la solde du régime.
Une fois éliminés les télevisions syriennes, plus rien ne s'opposera à la supercherie télevisuelle annoncée par Thierry Meyssan . Si le régime de Bachar el Assad vacille, la Russie risque d'intervenir directement sur le théatre des opérations (si ce n'est déja fait), le conflit pourrait alors dégénérer en une troisiéme guerre mondiale.


Des tireurs ont envahi mercredi une chaîne de télévision pro-gouvernementale massacrant sept employés, en blessant d’autres et prenant plusieurs personnes en otages. L’attaque a eu lieu au lendemain de la déclaration de Bachar al-Assad que la Syrie se trouvait dans un « véritable état de guerre. »

Trois journalistes et quatre agents de sécurité furent tués lors d’une attaque menée tôt le matin contre la chaîne de télévision Al-Ikhabariya, située dans la banlieue Sud de Damas. Les assaillants ont tiré à l’arme automatique et au lance-grenade contre les agents de sécurité avant de saccager les bureaux satellites et les studios pour recourir ensuite à de puissants engins explosifs qui réduisirent les bâtiments en cendres et en ruines.
Un mur extérieur de l’un des bâtiments fut éclaboussé de sang, là où les employés de la chaîne de télévision furent trouvés, forcés de s’agenouiller pour ensuite être exécutés de sang froid.

L’attaque contre Al-Ikhbariya a eu lieu au lendemain de l’adoption par l’Union européenne de nouvelles sanctions à l’encontre des médias syriens gérés par l’Etat, et faisant suite à une décision de la Ligue arabe au début du mois d’obliger deux entreprises satellites panarabes de censurer les chaînes syriennes.

Le massacre fait partie d’une intensification des attaques par la soi-disant Armée syrienne libre (ASL) et autres milices insurgées. Ces groupes sont soutenus par les puissances occidentales et celles-ci, en collaboration avec la Turquie et les régimes monarchiques droitiers d’Arabie saoudite et des Etats du Golfe, leur fournissent un arsenal de plus en plus sophistiqué ainsi que des « formateurs militaires », des « conseillers » et des combattants étrangers venus d’autres parties du Moyen-Orient.

L’attaque de mercredi fait suite à l’information mardi d’une attaque contre un important complexe de la Garde républicaine à Damas ainsi que d’embuscades visant des troupes gouvernementales ailleurs dans le pays.

A l’escalade de la violence à l’intérieur du pays s’est ajoutée la multiplication des menaces venues de l’extérieur, notamment de la part de la Turquie qui fait monter la tension suite à la destruction, la semaine dernière, d’un avion de chasse turc au-dessus du territoire syrien. La presse turque a rapporté mercredi que la Turquie avait déployé 15 chars de combat, des blindés et de l’artillerie le long de sa frontière avec la Syrie. Le gouvernement turc a promis de traiter comme hostile toute force syrienne s’approchant de la frontière longue de 555 miles (900 kilomètres) qui sépare les deux pays et de riposter militairement.

Article original, WSWS, paru le 28 juin 2012

Bill Van Auken est un collaborateur régulier de Mondialisation.ca.

Suite ici :
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=31683



Reportage de Thierry Meyssan :


Thierry Meyssan sur le massacre à Al-Ikhbariya... par cbknikII

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont réservés aux utilisateurs inscrits et sont soumis à modération.
Merci d'écrire dans un français correct et structuré sans insulte ni grossièreté.