vendredi 6 juillet 2012

Satan, va-t'en !


Selon un psychiatre, le Docteur Kenneth McAll, pour soigner la maladie il faut combattre Satan.

Dans son livre « Médecine psychique & guérisons spirituelles », vendu à plus de 100 000 exemplaires et traduit en 15 langues, Kenneth McAll écrit :

« Une jeune fille de dix-huit ans alla voir un film sur Satan et les sciences occultes. Sérieusement troublée par ces images elle se dit qu'avec le temps elle oublierait le choc reçu. Mais ce ne fut pas le cas : elle devint de plus en plus obsédée par des apparitions du Malin et des voix qui l'incitaient à se suicider. Elle dut arrêter son travail et commença à prendre des stupéfiants qui en firent graduellement une droguée. C'est neuf mois plus tard qu'elle vint me consulter, se reprochant amèrement d'avoir regardé ce film. Il était clair que les tranquillisants que je lui aurais proposés n'auraient pas eu plus d'effet qu'un emplâtre sur une jambe de bois ! C'est pourquoi je l'invitai à prier avec moi, ce qu'elle accepta de bon cœur. Le plus simplement du monde, j'invoquai le nom de Jésus-Christ pour que le pouvoir maléfique qui la tyrannisait perdît toute emprise sur sa vie. Ce fut la fin de ses tourments. Elle n'eut plus de visions, n'entendit plus de voix et cessa de se droguer.

Je citerai un autre cas. Le médecin d'un Institut d'Études Bibliques m'envoya Brian qui y suivait des cours. Cet étudiant divorcé, frisant la trentaine, avait un comportement qui perturbait le train-train quotidien de l'établissement. Il ne pouvait dormir, en proie à d'inexplicables terreurs nocturnes.

Brian m'exposa que, pendant son enfance, ses parents se querellaient continuellement, qu'ils avaient fini par divorcer et que, souhaitant s'en éloigner le plus vite possible, il s'était engagé dans la Royal Air Force. Certains des amis qu'il s'était faits dans ce milieu l'avaient initié à l'utilisation du oui-ja, à la numérologie et aux tarots. Il s'adonna à l'étude de l'astrologie et participa même notamment à des assemblées de sorciers. Mais il s'alarma au plus haut point quand, ayant appris la technique de l'écriture automatique, il se mit à répéter d'une façon irrépressible les mots : « meurtrier allemand ».

Il alla consulter un médium qui utilisait des photographies de famille destinées à recevoir des messages de personnes défuntes. Elle lui fit observer qu'il présentait une ressemblance frappante avec un grand-oncle mort à la guerre. Cette femme s'était montrée fort active au sein d'une église non-conformiste mais, après avoir découvert ses aptitudes médiumniques, le seul fait de mentionner le nom de Jésus-Christ suffisait à la rendre incapable de communiquer avec les esprits.

Brian en vint à éprouver un ardent désir d'embrasser la foi chrétienne, raison pour laquelle il avait sollicité son admission à l'Institut d'Études Bibliques. Malgré cela, il ne parvenait pas à oublier les pratiques auxquelles il s'était appliqué, et surtout il était poursuivi chaque jour davantage par les mêmes mots.

Lorsque nous retrouvâmes la filiation des diverses branches de la famille, nous découvrîmes que le grand-oncle dont avait parlé le médium avait sauté sur une mine allemande pendant la guerre et n'avait jamais été convenablement consacré au Seigneur. Nous célébrâmes un service pour lui et Brian demanda pardon au Seigneur pour son comportement attaché à l'occultisme et au satanisme. C'est alors qu'il se sentit pardonné et totalement libéré, ce qui lui permit de terminer ses études sans difficulté. »

Afin de guérir ses patients, le docteur Kenneth McAll effectue des recherches généalogiques. Il est aussi l'auteur du « Guide de la guérison de l'arbre généalogique ». Les idées de Kenneth McAll font penser au mouvement sectaire de Bert Hellinger, les Constellations des familles.

« Bert Hellinger est connu pour avoir développé sa propre méthode de thérapie systémique familiale, où, partant du principe que la vie de chaque être humain est fortement déterminée par son histoire familiale, il considère que des exclusions, des drames et des secrets de famille se transmettent de génération en génération, telles des malédictions, et, par voie de conséquence, que « les ancêtres se mêlent de nos affaires » et qu’il faut en tenir compte « pour nous libérer sans nous détacher » de nos groupes de référence, à commencer par notre propre famille. »
   
Benjamine 

Vu sur :
http://bouddhanar.blogspot.com/2012/07/satan-va-ten.html

2 commentaires:

lumiere a dit…

Pour ça pas besoin de "Psy",il suffit de lire l'évangile Mathieu chapitre 4et suivre ou répéter Jésus et voici:1
Alors Jésus fut emmené par l'Esprit dans le désert, pour être tenté par le diable.
2
Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim.
3
Le tentateur, s'étant approché, lui dit : Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains.
4
Jésus répondit : Il est écrit : L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.
5
Le diable le transporta dans la ville sainte, le plaça sur le haut du temple,
6
et lui dit : Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas; car il est écrit : Il donnera des ordres à ses anges à ton sujet; Et ils te porteront sur les mains, De peur que ton pied ne heurte contre une pierre.
7
Jésus lui dit : Il est aussi écrit : Tu ne tenteras point le Seigneur, ton Dieu.
8
Le diable le transporta encore sur une montagne très élevée, lui montra tous les royaumes du monde et leur gloire,
9
et lui dit : Je te donnerai toutes ces choses, si tu te prosternes et m'adores.
10
Jésus lui dit : Retire-toi, Satan ! Car il est écrit : Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul.
11
Alors le diable le laissa. Et voici, des anges vinrent auprès de Jésus, et le servaient.

Antoinette Ducret a dit…

Voilà ENFIN un vrai Psychiatre, Médecin de l'âme et non un ÉGO-logue, un "intello-bricoleur" de l'égo que sont les psy-ceci et les psy-cela ! Merci Monsieur Kenneth Mac All !

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont réservés aux utilisateurs inscrits et sont soumis à modération.
Merci d'écrire dans un français correct et structuré sans insulte ni grossièreté.