mercredi 1 août 2012

Syrie : Vers l'embrasement des nations ?



Alors que les mercenaires et les djihadistes d'Al Qaeda battent en retraite sous les coups de l'armée syrienne,  l'OTAN pourrait retourner la situation à son avantage et produire l'étincelle qui donnera lieu à une déflagration internationale.

En effet, sous de vagues prétextes humanitaires (en vérité il s'agit de venir à la rescousse des envahisseurs étrangers), la Turquie qui a tombé le masque et s'est révélé l'un des plus fidèles alliés des sionistes dans la région,  propose rien de moins que de violer la souveraineté de la Syrie.

Or les iraniens ont averti qu'ils riposteraient en cas d'intervention turque directe en Syrie. Autrement dit, ils considéreraient l'intrusion des forces turques sur le territoire syrien comme une déclaration de guerre à leur encontre. Il va de soi que c'est Israël qui en premier lieu fera les frais de la riposte iranienne avec toutes les conséquences que l'on sait à savoir l'entrée en guerre automatique de l'Amérique probablement suivie de celle de la Russie.
 En ce moment, force est de constater que les différents bélligérants sont sur le pied de guerre, même la Chine a déployé 3 batiments de guerre vers la Syrie.

Pendant que les gens se prélassent au soleil d'août, le destin du monde est en train de se jouer...


La Turquie promet de protéger les habitants d’Alep.

Les troupes turques sont prêtes à franchir la frontière avec la Syrie et prendre sous leur protection les civils qui fuient la ville d’Alep, a indiqué ce mardi le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu.

« Si des dizaines de milliers de réfugiés vont tenter de fuir en Turquie et l’armée syrienne va ouvrir le feu sur eux, ni notre pays ni le reste du monde ne seront en mesure de contrôler la situation », a expliqué le ministre.

Davutoglu a également déclaré qu’« Alep reste la zone la plus tendue dans la région. Le chaos dans cette ville porte une menace directe à la stabilité et à l’ordre en Turquie. C’est pourquoi nous préparons une série de mesures préventives ».

Ankara envisage également de créer une zone protégée en Syrie, où une centaine de milliers de civils pourront vivre en toute tranquillité dans un camp de réfugiés. La Turquie est en train de prendre des mesures nécessaires à cet effet.




L’Iran ripostera, “durement”, en cas d’attaque turque, en Syrie
L’Iran a mis en garde, récemment, la Turquie, contre toute attaque, en territoire syrien, affirmant que Téhéran ripostera, “durement”, pour venir au secours de son allié, c’est ce qu’a indiqué, lundi, “Al-Watan”, quotidien proche du pouvoir à Damas.

“La Turquie a reçu, au cours des dernières heures, des mises en garde très fermes et le message suivant: “Gare à vous, si vous changez les règles du jeu’”, a indiqué le quotidien, citant un diplomate arabe, non identifié. “Ankara se préparait, aux côtés des Etats-Unis, à intervenir, militairement, dans le dossier syrien, en utilisant le dossier kurde, comme un prétexte, mais l’Iran a mis fin aux rêves turcs”, écrit “Al-Watan”.

La République islamique a informé Ankara qu’elle “ripostera, très durement, contre toute agression, à l’intérieur du territoire syrien, et que l’Iran réactiverait (le cas échéant) l’accord de défense commune signée avec la Syrie”, écrit “Al-Watan”.

Il s’agit d’une “réponse claire aux dernières menaces du Premier ministre turc”, selon le diplomate. Le diplomate arabe a précisé que “la Turquie s’est mise d’accord avec les Etats-Unis, sur une intervention frontalière limitée, dans le Nord de la Syrie, et, notamment, dans la province d’Alep, en vue de créer une zone tampon”. Recep Tayyip Erdogan a accusé, le 26 juillet, Damas, d’avoir “confié” plusieurs zones du Nord de la Syrie au PKK, et prévenu qu’Ankara pourrait intervenir, en Syrie, contre ces rebelles kurdes de Turquie.

Les rebelles de l’Armée syrienne libre (ASL), dont le quartier général est en Turquie, tentent de gagner la bataille, dans la ville d’Alep, en vue de créer une “zone sécurisée”, dans le Nord syrien. Le diplomate arabe, cité par “Al-Watan”, est présenté comme issu d’un pays où le gouvernement est partisan du régime du Président Bachar al-Assad.

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/203515-l%E2%80%99iran-ripostera-durement-en-cas-d%E2%80%99attaque-turque-en-syrie

2 commentaires:

dootjeblauw a dit…

C'est inquiétant car la situation ne présente aucune logique:
. la population turque ne soutient et ne comprend pas la politique agressive d'Erdogan, ancien ami de la Syrie et chef du parti islamiste en Turquie. Pourquoi soutient-il l'Otan et Israel tout à coup?
. il y a 15 millions de kurdes qui vivent en Turquie, soit 24% de la population
. pourquoi l'armée syrienne tirerait sur les réfugiés alors que ceux-ci fuient sans problème vers les pays limitrophes?

Roland a dit…

En effet Erdogan et une girouette car la pression doit être extrêmement forte. Il faut se rendre compte qu'un gouvernement ne peut tirer sur sa population pendant un an, par contre lire le C.V des animateurs de ce "printemps" Syrien ... Édifiant.

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.