samedi 11 août 2012

Accro aux jeux vidéos, elle accouche, tue son bébé et continue à jouer


Une Coréenne de 26 ans, addict aux jeux vidéo et habituée des cybercafés, interrompt sa partie et se dirige aux toilettes. Une pause-pipi? Non, la jeune femme accouche. Elle aurait ensuite, selon la police, mis le nouveau-né dans un sac plastique avant de s'en débarrasser dans un parking voisin.

La Sud-Coréenne semble avoir complètement déconnecté avec la réalité. Elle a été placée sous surveillance dans un hôpital et est poursuivie pour infanticide.
"Dépassés par la réalité"

Michel Lejoyeux, chef de service du centre d'addictologie du 18ème arrondissement de Paris rebondit sur cet évènement tragique: "Cette jeune femme est malade car toute personne dépendante aux jeux vidéo souffre d'une pathologie ou d'unedépression sérieuse qui retire le contrôle de sa vie. Cependant, ces cas extrêmes d'infanticides sont rares".

Un fait divers choquant qui n'est pas unique, contre toute attente, en Corée du Sud: fin 2010, une mère avait tué son fils de trois ans afin de jouer sans être dérangée par ses pleurs. Et quelques mois auparavant, un couple avait laissé mourir de faim leur bébé de trois mois car ils étaient trop pris à s'occuper d'un enfant virtuel, provenant d'un jeu. Ces trois personnes ont été arrêtées et condamnées, Game over.

Pour Michel Lejoyeux, "ces trois histoires sont de même nature mais de gravité différente. Il est évidemment pire de tuer son enfant que de le délaisser ou le nier. De plus, préférer son enfant virtuel au sien peut s'expliquer. Pour des personnes bien souvent dépassés par la réalité, il est plus agréable de s'occuper d'un faux enfant dont les besoins sont mineurs."

http://www.nationalemancipe.info/2012/08/elle-accouche-tue-son-bebe-et-continue.html

3 commentaires:

ezekiel a dit…

plus besoin de mourir pour allez en enfer .

Rorschach a dit…

Un bon slogan ;)

ezekiel a dit…

c pas faux ;)

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.