dimanche 5 août 2012

Grindr : l'application gay pour sexe rapide près de chez soi

Une application pour rentrer dans le vif du sujet sans perdre de temps en bavardages inutiles.



Quatre millions de personnes l'utilisent presque partout sur la planète, d'abord aux Etats-Unis (1,5 million), puis en Grande-Bretagne (560 000). La France compte 260 000 abonnés, dont 200 000 à Paris, la deuxième ville au monde derrière Londres. Plus d'un million d'usagers se connectent à Grindr tous les jours ; en moyenne, 7 millions de messages et 2 millions de photos sont échangés toutes les vingt-quatre heures. L'application a d'ailleurs saturé lors de l'arrivée des athlètes aux Jeux olympiques, le 23 juillet.



"COMME UN ANIMAL DANS LA SAVANE"

Lancé en mars 2009, Grindr a vite envahi la vie des gays. Avec de bons côtés, car l'application est "très pratique", témoignent ses utilisateurs. De moins bons aussi : Grindr ne convient pas à tout le monde, mais rend "accro". L'application est présentée par son fondateur comme un réseau social. "Il ne faut pas être hypocrite, corrige Pierre, un gay de 33 ans. Ça sert essentiellement à avoir du sexe rapidement et facilement."

Une fois l'application téléchargée gratuitement, il suffit de se créer un profil. On choisit son pseudo, sa photo (du visage, d'une partie du corps sauf les parties génitales, d'un paysage), et un court texte de présentation. Le statut de chacun est précisé : célibataire, en couple, en "couple ouvert", marié...

Lire aussi en zone Abonnés : Grindr aide ses utilisateurs à trouver des gens qui leur ressemblent autour d'eux

Une fois sur l'application, les 200 profils d'utilisateurs les plus proches sont visibles, avec la possibilité d'échanger des messages privés et des photos. La distance à laquelle chacun se trouve est affichée, un petit signal vert montre qui est connecté. Plus la population est dense et les déplacements importants, plus les profils se renouvellent. On peut mettre une étoile à ses favoris, et bloquer ceux qu'on ne veut plus voir.

Sur Grindr, l'utilisateur est "comme un animal dans la savane qui voit ses proies tout autour", dit Daniel, 36 ans. D'autres la comparent à "un marché ouvert vingt-quatre heures sur vingt-quatre", "un fast-food", voire... "une boucherie". Sur Grindr, on va droit au but. "Plan direct [sans parlote] now [maintenant]", "pour du fun entre mecs", annoncent des profils. Les rendez-vous ont lieu immédiatement ou plus tard, chez l'un ou chez l'autre, voire dans des parcs, caves, parkings...

"BESOIN DE CONSOMMER IMMÉDIATEMENT"

Ce mode de fonctionnement convient à beaucoup. "Je déteste parler pendant des heures, explique Antoine, 24 ans. L'appli correspond à un besoin de consommer immédiatement et de rester dans le superficiel." Pour Pierre, "il y a un côté mécanique qui rend les choses très simples. Cela correspond sans doute à l'évolution de notre société et des relations entre les gens".
http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/08/03/l-application-gay-pour-sexe-rapide-pres-de-chez-soi_1741953_3224.html

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.