jeudi 8 novembre 2012

USA : Le nouvel empire du goulag en 10 chiffres qui décoiffent…


1- Salaires – 25% : Depuis 1990, les salaires ont fortement baissé, jusqu’à -25% pour les travailleurs non qualifiés et – 8% sous Obama où même en cumulant 3 ou 4 petits boulots on reste un “working poor” (un travailleur pauvre). Baisser les salaires a t’il favorisé l’emploi comme promis ?

2- Chômage à 20% : Camouflé par les statistiques officielles, le chômage atteint en réalité plus de 20% et plus du double chez les non-blancs. Tout le monde s’est-il serré la ceinture ?
3- Bénéfices des sociétés : 2 000 milliards de dollars et pourtant l’impôt sur les sociétés a atteint son plus bas niveau depuis plus de 40 ans. Les bénéfices 2012 atteindront un record sans précédent. Qui a donc bénéficié de cette hausse des profits ?

4- 1% de super-riches : en 1970 un PDG gagnait 40 fois le salaire d’un ouvrier. Aujourd’hui: 1000 fois plus. Au pays des inégalités extrêmes, 1% des super-riches encaissent 25% des revenus et possèdent 35% des richesses. Qui paie cet accroissement de la richesse ?

5- 100 millions de pauvres :
1 citoyen sur 3 est pauvre, 97 millions de bas revenus et 46 millions d’extrêmement pauvres, dont 22 millions d’enfants, en hausse constante depuis 1980. D’où vient cette hausse de la pauvreté ?

6- Licenciements: 8 millions : En 2008-2009, 8 millions de personnes ont perdu leur emploi. Quand une multinationale annonce un plan de licenciement, ses actions grimpent à Wall Street. C’est ce qu’on appelle “être un bon capitaliste”. Ce carnage social sauve t’il l’économie ?

7- Dette: 350% du PIB : Les Etats-Unis sont un pays en faillite. Si on cumule la dette de l’état, celle des entreprises et celle des ménages, on atteint 350% du PIB (production totale en un an)… Une bombe à retardement. Comment les multinationales se sortent-elles de cette impasse ?

8- 4 millions de personnes ont perdu leur maison : suite à la spéculation immobilière des banques cupides, 4 millions de personnes ont été chassées de leur maison. Il y en aura 900 000 de plus en 2013. A quoi est utilisé tout cet argent perdu par les uns et gagné par les autres ?

9- La guerre en Irak: 3000 milliards de dollars : donner à manger à tous les humains de la planète coûterait 35 milliards de dollars par an. C’est ce que l’armée américaine dépense en deux semaines !… Les citoyens ont-ils leur mot à dire ?

10- La campagne électorale : 5,8 milliards de dollars dont 77% viennent directement de “big business”: banques, pétrole, armement, technologies… Les multinationales financent deux candidats dociles pour que rien ne change jamais. Qu’allons-nous faire ?

Réponse :

Qu’allons-nous faire ? Une question d’autant plus grave que l’Union Européenne veut coûte que coûte nous imposer un copié – collé de cette politique antisociale des USA !

Le problème n’est pas « Quel président ? » On se dit souvent qu’avec le « moins mauvais », on échappera au pire. Non, car le « moins mauvais » est en fait le plus intelligent pour emballer et vendre la même marchandise.

Le problème est plutôt : « Comment résister à la politique impériale des USA ? » Et pour ça il nous faut : analyser l’économie pour comprendre le lien entre la politique antisociale et le militarisme, décoder les mécanismes de pillage des ressources et de contrôle de la planète, repérer les procédés de la guerre globale dans ses formes diverses. Et les procédés de désinformation qui nous cachent tous ces enjeux. Ainsi, on pourra unir et renforcer les résistances diverses qui se développent dans le monde. La colère monte partout, il nous faut présenter une vraie alternative…

http://www.michelcollon.info/USA-10-chiffres-qui-disent-tout.html?lang=fr

6 commentaires:

Maxime Lauvray a dit…

@ Rorschach
J'ai lu et relu cet article vraiment excellent,car ça nous sort un peu de ce qui nous (en tout cas moi)préoccupe vraiment..;)mais finalement en prenant compte de tous vos articles et de sa ligne conductrice,ça ramène à ce qui approche tout de même ?
Pensez-vous que meme si ce qui arrive n'etait pas la ça se passerait de la meme manière?
Car meme en enlevant ça,le monde est condamnée à des années de destruction sans comparatif possible.
Car avec les interêts d'aujourd'hui,de tels chiffres augmentant de manière exponientielle additionées aux divers autres facteurs(croissance démographique...) c'est pas seulement une troisième guerre mondiale qui nous attendrait, ce serait(et sera probablement) tout simplement LA guerre de notre histoire ou l'issue changerait pour des siecles voire plus la face de l'histoire,tout serait remis en cause,meme les dirigeants "gagnant" seraient perdus suite à un tel cataclysme..

Rorschach a dit…

Oui, le systéme a été poussé à son extréme limite, donc même sans cataclysmes cosmiques c'est foutu à tous points de vue pour notre bonne vielle terre.

L'élite le sait trés bien et compte sur ces cataclymses pour repartir de zero avec une population limitée, une énergie non polluante et une gestion drastique des déchets et des ressources naturelles (c'est ce qu'ils appellent le developpement durable).

Ils savent que le bateau est en train de couler et ils se contentent de le maintenir à flot le plus longtmeps possible.

Skeptikos Evlavis a dit…

Oui, de toute façon, même sans désastre planétaire, même sans guerre mondiale, la cata environnementale totale serait dans quelques dizaines d'années au mieux. Comme cette étude publiée dans Nature qui prévoyait un effondrement complet des écosystèmes avant la fin du siècle. Et on voit mal comment ça serait enrayé. Quand on voit qu'avec la crise, il n'y a plus d'argent pour vraiment investir dans le développement durable, quand on entends le nouveau secrétaire général du parti en Chine dire qu'il faut axer la politique économique de leur immense pays sur l'augmentation de la consommation intérieure... Tout ça avec des projections de 9 milliards de terriens bientôt.
Quand on réalise vraiment cette réalité, ça fait mal je dois avouer.

Anatole Patachon a dit…

Le plan de nos Elites ne m'inquiète pas. En se substituant à Dieu, ils vont nécessairement le prendre sur le bec.
Je crois que nous n'avons rien à craindre: Que le cataclysme brutal attendu survienne, ou que nous finissions d'empoisonner la planète pour crever à petit feu, le résultat sera exactement le même: Nous mourrons tous, simplement, comme tout le monde. Mais à ce moment précis, si notre existence a dévié vers ce que nous condamnons tous ici, notre âme ne sera pas réattribuée dans une existence plus élevée, sur terre ou ailleurs, les avis divergent. Elle sera retoquée "doit faire ses preuves" dans une existence plus minable que la précédente.
Donc patience, et courage à tous qui qu'il survienne: Nous ne risquons rien si nous restons loyaux et fiers de l'être; Nous survivrons et progresserons dans une prochaine existence, notre enveloppe corporelle n'est qu'un support renouvelable.

Jean-François a dit…

Bonjour Rorschach

Tu oublie dans ton inventaire que 45 millions soit 13% des États-uniens ne peuvent se nourrir qu'avec des bons de nourriture.
Comme si en France, les Enfoirés et autres secours populaires devaient servir 8,5 millions de repas par jour, à raison d'un seul repas quotidien par personne.
Aux USA, c'est une véritable descente aux enfers... qui sera un jour ou l'autre payée au poids du sang par le reste du monde.
Deuxième oubli, la gestion concentrationnaire des malheureuses victimes de Sandy qui se retrouvent (triste ironie du hasard) sur le sable. Comme si on organisait des manœuvres grandeurs nature de contingentement des populations...

Rorschach a dit…

@ Jean-François

Le systéme est mort mais "the show must go on !"

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.