mardi 22 janvier 2013

Avant le cover up : Quand l'astronome Allen Hynek parlait de la planéte X


Avant les affabulateurs d'aujourd'hui, avant la censure imposée par les autorités, les informations sur la planète X étaient disponibles dans les médias et émanaient de gens sérieux et qualifiés.

Entre autres choses, on avait déjà vu comment en 1983, le Washington Post n'hésitait pas à publier un article concernant la détection de cette naine brune par un télescope aux infrarouges.
Nous allons passer maintenant à l'étape précédente, à savoir comment au tout début des années 80, les scientifiques ont découvert que cette mystérieuse " planète X " serait responsable des perturbations gravitationnelles rencontrées par les sondes Pionner 10 et 11.
Voici une réponse à un lecteur que le célèbre astronome Allen Hynek a publié en 1982 dans la revue "Science Digest" quelques années avant que la chape de plomb ne s'abatte sur le sujet.

J'ai entendu dire qu'une dixième planète ou une étoile peut exister dans notre système solaire externe. Pourquoi les astronomes pensent cela et comment vont-ils le confirmer?
Jorge Esparza, Santa Ana, Californie

Quelque chose doit se trouver là-bas. Les astronomes pensent, parce que les orbites de Neptune et Uranus différent légèrement de ce qu'elles devraient être selon les lois de la physique, qu'un mystérieux objet, une planète ou peut-être une "naine brune" pourrait les dévier de leur course.

Les sondes spatiale américaines Pioneer 10 et 11 dirigées au-delà des limites du système solaire, peuvent servir de "supersleuths" permettant d'identifier et de localiser la source de ces perturbations gravitationnelles.

Les déviations dans les orbites des deux planètes gazeuses est minuscule, seulement une question de quelques secondes d'arc (une seconde d'arc est la largeur d'un penny tel qu'il apparaît à l'œil nu à 2,5 miles). Mais du point de vue des astronomes c'est un nombre important qui nécessite une explication. Neptune a été découverte en 1846 à cause de l'attraction gravitationnelle révélatrice d'Uranus. Maintenant, les écarts inexpliqués de Neptune et Uranus sont beaucoup plus minces que ceux qui avaient averti les scientifiques il y a plus d'un siècle. La nouvelle recherche ne sera pas aussi facile.

Pendant un moment, Pluton fut blâmée pour cet effet. Mais, avec la découverte en 1978 de Charon, la petite lune de la planète, la masse de Pluton a été jugée comme beaucoup trop petite pour qu'elle puisse en être responsable. (Les scientifiques n'ont aucun moyen direct de déterminer la masse d'une planète qui n'a pas de lune, le calcul n'est facile que si une lune existe) la masse de Pluton est plus de 100 fois moins que ce qui était estimé, elle n'est que de 0,2 pour cent celle de la Terre. Par conséquent, les astronomes ont jeté leur dévolu plus loin.

    Légende: Alors que pionnier 10 et 11 quittent le système solaire, de minuscules changements dans leur vitesse peut révéler exactement quel type d'objet peut désormais modifier les orbites de Neptune et Uranus.

L'objet pourrait il être une planète ? Ou est-ce une naine brune ? Une étoile avortée dont le corps n'est pas assez massif pour produire les hautes températures internes nécessaires à l'allumage du fourneau nucléaire qui la ferait resplendir comme le soleil ? Ou peut-être une étoile neutron dont l'effondrement gravitationnel l'a transformé en une dense et sombre relique de son lumineux moi d'antan ?

Les deux sondes pionniers, qui sont sorties du système solaire dans des directions opposées, transmettent toujours des signaux radio vers la terre. Si elles continuent à le faire les prochaines années, l'astronome John Anderson du " Jet Propulsion Laboratory "sera en mesure de calculer des changements infimes dans leurs vitesses à une fraction de pouce par seconde. La planète X, qui devrait être relativement proche, entre 4 et 7 milliards de miles, les  influencerait de manière identique. Si les résultats indiquent une naine brune, elle serait le premier de ces objets théoriques à être identifié.

Une naine brune proche de nous peut être localisée par un autre moyen. Bien que pas assez chaude pour briller, une telle étoile sombre rayonne dans la région infrarouge du spectre électromagnétique. Le Planétologue Ray Reynolds et ses collègues du centre de recherche "AMES "de la NASA  va utiliser le satellite astronomique à infrarouge dont le lancement est prévu le mois prochain pour tenter de trouver une naine brune dans notre système solaire, ou encore plus loin dans l'espace.

Ces théories ont leurs détracteurs. La Planète X, affirment les sceptiques, devrait être aussi massive qu'Uranus pour modifier les orbites de cette dernière et de Neptune. Et dans ce cas, elle devrait avoir été découverte depuis longtemps par des observations conventionnelles. Et quand bien même elle serait un objet plus lointain et plus massif, Thomas Van Flandern de l'US Naval Observatory soutient que  son influence aurait dû produire des perturbations dans les orbites des autres planètes, y compris la Terre.

Publié dans "Science Digest " de Novembre 1982

Version originale (anglais) :
http://redxpro.com/articles/sd_11_1982.html

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.