vendredi 25 janvier 2013

Selon des experts, le probléme des germes résistants aux antibiotiques pose "une menace apocalyptique".


Le principal conseiller médical de Grande Bretagne a mis en garde les députés que la hausse des maladies résistantes aux médicaments pourrait déclencher une situation d'urgence nationale comparable à une attaque terroriste catastrophique, une pandémie de grippe ou une inondation majeure des côtes . Madame Sally Davies, le médecin hygiéniste en chef, a déclaré que la menace d'infections résistantes aux traitements antibiotiques de première ligne était si grave que la question devrait être ajoutée au registre national des risques urgents du gouvernement. Elle a décrit ce qu'elle appelle un «scénario apocalyptique» où les gens font des opérations jugées bénignes il y a 20 ans et meurent d'infections courantes " car nous sommes à court d'antibiotiques."
Le registre a été créé en 2008 pour conseiller le public et les entreprises à propos des urgences nationales auxquelles la Grande-Bretagne pourrait faire face au cours des cinq prochaines années. Les risques prioritaires du dernier registre comprennent une épidémie de grippe mortelle, des attaques terroristes catastrophiques, et d'importantes inondations à l'échelle de l'année 1953 la dernière fois que l'urgence nationale a été déclarée dans le Royaume-Uni.

S'adressant aux députés du comité de la science et de la technologie, Davies a déclaré qu'elle allait demander au Cabinet d'ajouter la résistance aux antibiotiques au registre national des risques à la lumière d'un rapport annuel sur les maladies infectieuses qu'elle publiera en Mars. Davies a refusé d'en dire plus sur ce rapport, mais a affirmé que sa publication coïncide avec une stratégie gouvernementale visant à promouvoir une utilisation plus responsable des antibiotiques chez les médecins et les profféssionels de la santé. «Nous devons nous prendre en main dans ce pays", at-elle déclaré au comité.

Elle a également déclaré au journal " the Guardian " :

"Il y a peu de questions de santé publique d'importance potentiellement plus importantes pour la société que la résistance aux antibiotiques. Cela signifie que nous courons un risque accru de développer des infections qui ne peuvent être traitées - mais la résistance peut être gérée. «C'est pourquoi nous publierons une nouvelle stratégie pangouvernementale et un plan d'action pour s'attaquer à ce problème au début du printemps." La question de la résistance aux médicaments est aussi vieille que les antibiotiques eux-mêmes, et se pose lorsque des médicaments s'attaquent aux souches sensibles, laissant de côté les souches les plus résistantes. Les souches survivantes se multiplient alors, et au fil du temps elles peuvent résister au traitement de première ligne. Certaines des plus connues sont les superbactéries des hôpitaux telles que le SARM qui sont à l'origine d'épidémies chez les patients. «Dans le passé, la plupart des gens n'étaient pas inquiets parce que nous avons toujours eu de nouveaux antibiotiques vers où se tourner», a déclaré Alan Johnson, chercheur consultant clinique à la Health Protection Agency.


"Ce qui a changé, c'est que le pipeline de développement est en train de s'assécher. Nous n'avons pas de nouveaux antibiotiques sur lesquels nous pouvons compter dans l'avenir immédiat ou à plus long terme. "Les changements dans la médecine moderne ont aggravé le problème en rendant les patients plus sensibles aux infections. Par exemple, les traitements contre le cancer affaiblissent le système immunitaire, et l'utilisation de cathéters augmente les microbes dans la circulation sanguine. «Nous sommes de plus en plus dépendants des antibiotiques dans toute une gamme de domaines de la médecine. Si nous n'avons pas de nouveaux antibiotiques pour traiter les problèmes de résistance que nous voyons, nous allons avoir de sérieux ennuis ", a ajouté Johnson. L'offre de nouveaux antibiotiques s'est tarie pour plusieurs raisons, mais le problème majeur, c'est que les sociétés pharmaceutiques recherchent à faire des profits en se tournant vers le traitement des maladies chroniques, comme les maladies cardiaques pour lesquelles les patients doivent se traiter pendant des années, voire des décennies. Davies a ajouté aux députés que « le modèle de marché pour trouver de nouveaux antibiotiques est cassé ».
http://www.guardian.co.uk/society/2013/jan/23/antibiotic-resistant-diseases-apocalyptic-threat

Traduction :
http://leschroniquesderorschach.blogspot.com/

3 commentaires:

thanatos a dit…

apocalyptique pour les vendeurs de médocs , sur!
Quelque chose me dit que l'argent colloïdal à de beaux jours devant lui.

julot manu a dit…

Et l'extrait de pépins de pamplemousse et l'huile d'origan et autres~

Guy Fawkes a dit…

c'est sur que ce n'est pas en prescrivant des antibio pour un banal rhume comme c'est souvent le cas que cette situation va s'améliorer. Un petit conseil au passage, quelque soit votre situation refusez catégoriquement ceux de la famille des fluoroquinolones: les pires qui soit à tout point de vue, on peut finir handicapé des années ou à vie.

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.