mercredi 5 juin 2013

450 euros d'amende pour diffusion de " légumes clandestins "

 Vendre des légumes va bientôt devenir une activité à haut risque.

« Légumes clandestins » ! L'inscription ironique figure sur les pancartes que des jardiniers et des consommateurs brandissent ce 4 juin sous les fenêtres de la direction régionale de la concurrence et de la consommation à Toulouse. Ils dénoncent la pression sur les petits producteurs qui commercialisent des variétés de légumes non inscrits au catalogue officiel (lire nos précédents articles). Quinze jours plus tôt, le 17 mai, des petits maraîchers ont reçu la visite d'un agent de la répression des fraudes, sur le marché de Lavelanet, en Ariège. Leur délit : vendre des plants de tomates non inscrites au catalogue officiel et ne pas disposer de la carte du GNIS, l'interprofession nationale des semences et des plants. Ils encourent une amende potentielle de 450 euros...

« Bien que pour eux qui vendent moins de 10 000 plants par an, cette carte soit gratuite, pour le moment du moins, cette visite a causé un certain émoi, d'autant plus que jusqu'ici cette activité annexe était tolérée et que ces maraîchers ignoraient même que cette carte était obligatoire », réagissent plusieurs organisations [1] dans une lettre commune.

Ces dernières voient dans ce contrôle « un abus s'inscrivant complètement dans une logique de généralisation du fichage de toutes les activités et de toutes les personnes qui échappent au contrôle des multinationales ». L'élu écologiste François Calvet, Vice-Président de la commission agriculture du Conseil régional Midi-Pyrénées, considère également ce contrôle comme « inopportun ». « La vente de plants par les maraîchers peut-être un revenu complémentaire non négligeable, écrit-il. Au moment où l'économie agricole est en crise, il n'est pas acceptable que ces paysans soient mis en difficulté par une application zélée de la réglementation sur la propriété intellectuelle ».

Plus largement, les organisations associatives et paysannes demandent à « répondre à la forte demande des jardiniers de pouvoir trouver sur le marché des plants leur permettant de cultiver toute la diversité des variétés paysannes, locales ou exotiques qui ne pourront jamais être toutes inscrites au catalogue. » Entre 1954 et 2002, 80 % des variétés potagères auraient été radiées du catalogue selon le Réseau semences paysannes.

Des 876 variétés inscrites en 1954, il n'en restait plus que 182 au catalogue officiel français en 2002. La raison de ces radiations ? Le poids de l'industrie semencière, qui, depuis cinquante ans, cherche « à standardiser les semences pour les adapter partout aux mêmes engrais et pesticides chimiques », estime le Réseau semences paysannes.

« Ces contrôles sont effectués avec pédagogie pour protéger les consommateurs mais aussi les producteurs », assure pour sa part la directrice régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi, Catherine d'Hervé. Cette action intervient alors que la législation sur la commercialisation des semences et des plants est en cours de révision à l'échelle européenne.

http://www.bastamag.net/article3109.html

 Via
http://fr.sott.net/article/15283-450-euros-d-amende-pour-diffusion-de-legumes-clandestins

6 commentaires:

domi a dit…

ils tirent vraiment sur tout ce qui bouge qui ne va pas dans leur sens......ppfffffffffttttt c'est LAMENTABLE!!!!!!!!!!! :poop:

Perforator a dit…

Les bâtards !

Qu'ils viennent faire leur racket sur le marché que je fréquente et je les démolis au nom de la survie de la race humaine dans la bio-diversité !

lotus a dit…

Voilà une occasion d'agir!...Une vidéo en français sur un évènement dont aucun média n'a parlé! L'expulsion du gouvernement islandais par son propre peuple! les banquiers ont été emprisonnés, le peuple a exigé la nationalisation de son pays, le retour du référendum etc...A voir absolument, et surtout...A faire passer!...

http://despertando.me/2013/06/05/videos-en-francais-20130605-islande-cest-le-oment-ou-jamais/

Greg lme a dit…

Il faut absolument que le peuple ce réveillé, arrêté d'acheter vos légumes au super marché et d'alimenter les multinationales. Allez chercher vos légumes et fruit chez le producteur voisin, allez chercher votre viande chez les petits bouchés du coin. C'est la seule solution pour que tous ça change. Si tout le monde si met ils n’auront pas le choix.

raffi henry a dit…

"Si vous contrôlez le pétrole, vous contrôlez les nations,
mais si vous contrôlez les semences, vous contrôlez l'alimentation.
Et celui qui contrôle l'alimentation tient la population en son pouvoir." Henry Kissinger

La prohibition de la carotte et les Al Capone de la tomate, du fromage au lait cru, de la gnôle et de l'abattage traditionnel exercent en toute quiétude sous la gourmande bienveillance des gendarmes qui sont leur 1er clients. Le hic est qu'il faut se déplacer directement à la ferme, ils ne peuvent vendre leurs produits sur la place publique.
Acheter les produits locaux c'est bien, mais je pense qu'à ce niveau, il faut carrément mettre les mains dans la terre et produire soi-même.
Je pars pour un tour de France des éco-villages en juillet pour apprendre le travail de la terre et la vie en autonomie. J'essaierai d'en faire un blog pour ceux qui seraient tentés (mais frileux) par l'expérience.

osmont norbert a dit…

bien joué Raffi. bon courage pour l'experience.
cela fait plus de 10ans que je pense que la resiribution des terres et la reconstruction de maison sur ces terres sera la solution se survie.
on est pris pour des droles quand on parle de cela comme c'était le cas des ecolos début 1970
la population s'est résignée à des politiques a 1 mandat alors qu'il faut penser au moins une génération à l"avance.
Les collabo de l'économie de marché ont remporté la victoire au début des anées 80.le reste à suivi Si on consulte Pierre Hillard c'étaite préparé des déccennies avant .
comment trouver des gens qui se sentent concernés sérieusement genre lieu de vie ce n'est pas facile. on entend dire que le potager c'est la solution (style jovanovic),cela aide.mais en vivre c'est pas serieux.
En lot de consolation, je cultive en mon être des impulsion de connaissance, de conscience et d'ethique que je ferais evoluer dans d'autres mondes,
une fois que j'aurais souhaiter bien le bonsoir à la terre

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.