mardi 18 juin 2013

Surpêche : Les poissons pourraient disparaître d’ici 2035

A moins qu'entre temps la Terre n'ai effectué son grand nettoyage...



Les mers sont surexploitées et cela commence à devenir assez inquiétant. Une espèce de poisson sur trois est menacée d’extinction. Les autres peinent à se renouveler alors que le nombre de captures augmente. Sur le banc des accusés : la pêche industrielle, allègrement subventionnée en Europe, et finalement peu créatrice d’emplois. Face à cette menace, des artisans pêcheurs ont décidé de s’allier avec l’organisation écologiste Greenpeace, et des ONG pointent les mauvaises pratiques des grandes enseignes. Enquête.


Imanol Ugartemendia a commencé sa vie de pêcheur sur les grands chalutiers pélagiques, trainant des filets de plusieurs dizaines de kilomètres qui enserrent dans leurs nasses des milliers de tonnes de poissons. Il n’en garde pas un très bon souvenir. « On maltraitait le poisson, que l’on rejetait mort par centaines de kilos [1]. Soit parce que les quotas étaient atteints. Soit parce que ce n’était pas la bonne espèce. On faisait vraiment du sale boulot. En plus, on partait pendant quinze jours, et je n’aimais pas l’ambiance à bord. » Il a donc pris le large, et s’est mis à la « petite pêche ». Il traque désormais, au fil des saisons, le merlu, le bar, et parfois le congre. Seul à bord d’un petit bateau, il travaille non loin des côtes et rentre au port tous les soirs. Imanol fait maintenant partie de ceux que l’on appelle « les moins de 12 ».

« Nos bateaux mesurent moins de 12 mètres, nous n’allons pas à plus de 12 milles des côtes (c’est à dire une vingtaine de kilomètres, ndlr), et nous ne sortons pas plus de 12 heures d’affilée en mer », explique Gwen Pennarun, pêcheur du Finistère et membre fondateur de la plate-forme de la petite pêche artisanale française. Lancée il y a un an, cette plate-forme réunit les professionnels de la pêche qui souhaitent sauvegarder leurs « petits métiers », trop souvent oubliés des politiques. Le ministre français de la pêche Frédéric Cuvillier étant même incapable de décrire ce secteur d’activité. « Pourtant, nous représentons près de la moitié des marins pêcheurs français, soit environ 8 000 professionnels, et plus de 80 % des bateaux de pêche en France, détaille Gwen Pennarun. Au niveau européen, la pêche artisanale représente 65% des emplois directs et 83% de la flotte. »

Quand les pêcheurs s’allient avec Greenpeace

Pour se faire entendre, les pêcheurs artisanaux ont décidé de collaborer avec Greenpeace, qui lutte contre la surpêche depuis plusieurs années. Parti de Roumanie le 18 mars, leur célèbre brise-glace, l’Arctic Sunrise a navigué de port en port, en Europe, pour achever sa virée à Londres, au début du mois de juin. « Nous avons, à chaque étape, embarqué des pêcheurs qui ont ainsi pu rencontrer des collègues d’autres pays », décrit Hélène Bourges, chargée de campagne Océans. Tous ces professionnels se sont réunis à leur arrivée dans la capitale anglaise.

« Pour peser sur les décisions politiques, et notamment sur la réforme en cours de la politique commune de pêche, nous avons besoin de nous organiser collectivement », explique Gwen Pennarun. Cette alliance n’est pas du goût de tout le monde. A son arrivée dans le port de Saint-Malo, à la fin du mois de mai, l’Arctic Sunrise a été accueilli par une banderole barrée d’un « Greenpeace prédateur des emplois de la filière pêche » . « Greenpeace ne s’oppose pas à la pêche mais à la surpêche », répond Hélène Bourges. « Nous défendons les professionnels qui pratiquent une pêche sélective ».

Cinq fois plus de poissons pêchés en 50 ans

Toujours présents à bord, les « petits » patrons pêcheurs maîtrisent en général plusieurs techniques de capture. Ils s’adaptent aux saisons et aux stocks disponibles, ne ciblant que les espèces qu’ils souhaitent attraper. Certains d’entre eux, à l’image des ligneurs de la pointe de Bretagne, ont même mis en place il y a près de 20 ans une période d’un mois « chômée » (du 15 février au 15 mars), pour laisser au poisson le temps de se reproduire. Ces dernières années, nombre d’entre eux ont dû renouveler leurs techniques et adapter leur savoir-faire, raréfaction des ressources halieutiques oblige. Mais leurs outils de travail restent modestes, de même que leurs charges fixes (entretien du matériel, quantité de carburants, etc.). Ce qui leur offre une vraie liberté.

« Je ne suis pas obligé de vider la mer pour payer mon bateau, résume Imanol Ugartemendia, qui vogue sans trop de stress. Ma seule véritable inquiétude, c’est le risque de disparition de la ressource. » Une inquiétude légitime. Car la mer se vide... Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les quantités de poissons pêchés sont passées de 20 millions à plus de 100 millions de tonnes, 50 % étant issues de l’aquaculture, et le reste de la pêche de capture. La consommation moyenne par habitant atteint aujourd’hui 18 kilos dans le monde. 22 kilos en Europe. Et la France caracole en tête, avec 34 kilos de poissons avalés chaque année par habitant ! Soit deux fois plus qu’il y a 10 ans. Pour satisfaire cet appétit, les bateaux doivent naviguer au-delà des eaux européennes, d’où ils rapportent 50% du poisson consommé sur le vieux continent. Ils croisent notamment au large de l’Afrique noire, où ils pillent les ressources des professionnels locaux.
 La suite sur Bastamag :

http://www.bastamag.net/article3116.html

7 commentaires:

Zangao a dit…

Jésus revient ! Il est le seul a nous accorder une peche miraculeuse

hotchiwawa a dit…

les pêcheurs devraient investir dans des parcs et y remettre des poissons comme le font les chasseurs avec leur chasse. Et limiter la pêche, voir l'interdire quand la population se réduit pour les laisser se reproduire et instaurer une période de "non pêche" en hiver comme cela se passe lors de la pêche au canal.

source9esprit a dit…

HS

petite quenelle de poutine a cameron

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=5Jd_cL_9u_g

ca vaut le detour

Toto Mateau a dit…

Dans 1 an, nous devrions déjà être tous à même de nous libérer nous-même et cesser d'être surexploités !! Le reste suivra, les années qui arrivent sont celles des voix du coeur et de la paix qui s’élèveront toutes ensemble, comme une seule.
Tout s'éclaire désormais !

Ben J a dit…

J'ai entendu plusieurs fois qu'aux USA lorsqu'on demande aux enfants de dessiner un poisson ils dessinent un poisson pané --'

hotchiwawa a dit…

La voix/voie du cœur va être très très dure pour certains.

La prise de conscience doit être brusque, sinon ils ne comprendront jamais (par eux-mêmes) :(

Walter Kovacs a dit…

Je peux comprendre que des types pauvres aillent faire ce sale boulot pour se nourrir, mais là ça devient grave et on le sait tous. Ne savais pas que Greenpeace faisait cela, moi qui voyais d'un bon œil cette association qui fait; il faut le dire; du bon boulot.

J'avais aussi vu comme quoi dans 50 si la surexploitation minière ne s'arrête pas, le cuivre sera une matière rare, voire disparue.

Après j'espère que les gens ouvrent les yeux, ce qui se passe; beaucoup de chaînes en parlent... Après, faut des solutions à ça.

L'homme s'impose bien trop, et c'est ce qui fera sa chute.

Lorsqu'il sera au bord du gouffre, il ne pourra plus freiner.

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.