mardi 2 juillet 2013

L’Europe ne veut plus de ses jeunes


"Je n'ai plus d'espoir."Qu'ils s'appellent Javier, Vasilis ou Sarah, qu'ils soient espagnols, grecs ou allemands, le sentiment de résignation est partout le même. Alors que le taux de chômage des jeunes Européens varie de 8,1 % en Allemagne à 59,2 % en Grèce, installant une moyenne de 22,6 % dans l'Union européenne, ce sont les mêmes mots qui reviennent.

Capture d'écran de la carte interactive du Guardian, ici centrée sur l'Italie.


"Le futur n'attend que toi : il est brillant, il t'appartient. Tu as un diplôme ! Tu auras un bon travail, une vie agréable, ironise le Grec Argyro Paraskeva, 29 ans, dans un appel à témoignages publié par le Guardian et relayé par Le Monde. Et puis là, tu te rends compte que ce n'est pas vrai."

Multiples diplômes, chômage long et pas de première expérience


Argyro dénonce une situation désespérée : titulaire d'un master en biologie moléculaire, il n'a pas trouvé d'emploi fixe cinq ans après l'obtention de son diplôme. Sans expérience, il ne bénéficie pas des aides de l'Etat et dépend ainsi des 30 euros que lui donnent ses parents chaque semaine. Et le cercle vicieux ne s'arrête pas là : sans premier emploi, au chômage de longue date, il lui est quasi impossible de trouver un travail dans le domaine qui l'intéresse. "J'accepterai n'importe quel travail maintenant, je n'ai plus le choix", dit-il.
De jeunes espagnols manifestent à Madrid le 7 avril 2013. Sur leurs pancartes : "nous sommes forcés d'émigrer".
Lire : Les jeunes, victimes surexposées du chômage

Même constat pour Javier, 28 ans, et Nerea, 21 ans, tous deux espagnols, qui dénoncent les attentes surréalistes des employeurs. Javier, bardé de deux masters et d'un doctorat spécialisé dans l'agriculture de précision, est trop diplômé pour travailler comme vendeur. Nerea manque d'expérience pour être embauchée comme infirmière.

"Créer des quotas de diplômés"


Alors, comme l'Italienne Gaia, 29 ans, au chômage depuis trois ans, ou le Français de 21 ans, Ed, au chômage depuis deux ans, ils enchaînent les stages non ou peu rémunérés et les jobs étudiants, dépendant encore largement de la solidarité familiale.

Lire : "Le dilemme cornélien des petits boulots"

Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé ailleurs : Ed au Royaume-Uni, Gaia un peu partout dans l'UE. La seule chose qui retient encore Jesus, 26 ans, en Espagne, "c'est l'orgueil". "L'Europe ne veut pas de ses jeunes", lâche Gaia.

Il n'y a pas que la jeunesse méditerranéenne qui est pessimiste. "Chercher un travail en Allemagne est extrêmement frustrant parce que les médias n'arrêtent pas de dire à quel point notre économie est en bonne santé, raconte un jeune anonyme de 26 ans. Mais, en réalité, aucun de mes amis diplômés ne trouve de travail décent ni même de travail simplement rémunéré." Rare témoignage positif, celui de la Danoise Jenny, 24 ans, qui espère que "quelque chose finira bien par arriver".

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2013/07/02/desespoir-leurope-ne-veut-plus-de-ses-jeunes

18 commentaires:

LeChatMaya a dit…

Perso je suis bac+2, j'ai 25ans et je ne trouve rien si ce n'est des emplois pour faire caissière, je me réoriente et repars sur 2 ans en alternance (si je trouve un employeur) parce que franchement rester inactive me tue à petit feu. Nous ne sommes que des produits de consommation, les employeurs nous trient comme des feuilles de PQ c'est terrible d'autant plus qu'on a jamais de réponse. Même pôle emploi ne prend pas la peine de répondre quand tu postules chez eux, c'est honteux.

cherchebonheur a dit…

@ le chat maya bienvenue au club !!!
je confirme pour pole emploi, c'est le vide sidéral pour les réponses aux candidatures.
je ne suis plus indemnisé depuis juin et depuis fevrier plus aucunes convocations...
bah, j'ai appris il y a peu que mon pole emploi avait pris feu, ceci explique peut-etre cela...

juju a dit…

c'est pas mieux pour moi.
30 ans formé en alternance en informatique par un centre de formation merdique qui s'est goinfré des subventions de l'état, aucun programme de formation, des profs qui connaissaient pas les langages ou méthodes qu'on devaient apprendre.
dans la promo 1 type avait été embauché par le centre de formation, non pas pour faire de l'informatique mais pour un travail administratif, ce qui fait que les profs restaient au niveau de ceux qui veulent pas être dans l'informatique, ...
sans parler de l'entreprise qui m'a utilisé sans vraiment m'apprendre juste pour éviter 75000€ d'amende par rapport au quota de travailleur handicapé.
maintenant je galère, je me demande si je ferais pas un boulot artisanal mais je sais pu du tout ou j'en suis alors que j'en voulais et je faisais tout pour m'en sortir maintenant je suis un peu écœuré.

osmont norbert a dit…

Une fois que l'enclos est ouvert par nécéssité pour faire de la place aux nouveaux arrivants,les jeunes sortent de l'énclos "ministere de la dégradation nationnale" appellé frauduleusement "ministére de l'éducation nationale".
le réveil est alors difficile car il n'y a qu'eux qui doivent se réveiller ,les collabos du ministere de la dégradation nationnale peuvent continuer à dormir au chaud. cela court depuis bien longtemps.

Personnement quand j'ai été dans cette situation il y a bien lontemps,j'avais pris l'enclos pour ce qu'il était et je ne ne me suis pas mis au rang, stupefait de voir le conformisme atone des étudiants: des clones du conditionement usuel.
Cela paraissait si usuel que c'était, de fait, la normalité.
Et ces jeunes d'alors une génération aprés ont mis leur enfants dans les mêmes conditions.
RIEN n'est appris c'est toujours à la génération suivante de porter le poids des demission des générations précédantes et pour les jeunes d'aujoud'hui c'est tres lourd.
Au passage de l'an 2000 j'étais fort triste pour les générations futures Calme plat dans les consciences, à part le pic faitard convenu. le passage au nouveau millénaire n'a pas été préparé.
Je pensais au passage du 19éme au 20éme siécle, la jeunesse d'alors voyait un avenir meilleur possible et avait de ce fait un certain enthouiasme car les découvertes incessantes offraient un
horizon mental toujours plus large.
Il y a 15 ans la jeunesse française est la 1ére en europe à choisir
le fonctionariat comme horizon professionel =30% des jeunes et il y a 5 ans toujours en 1ére place les jeunes français sont à 70%.
a l'heure om il faut dégraisser la fonction publique= GRANDIOSE cette exception culturelle française.
Tout va trés bien Ne la marquise.
Mais jl y a beaucoup mieux ,le fin du fin, = des jeunes qui manifestent pour leur retraite alors qu'il n'ont pas encore commencé à travailler et qui ne pensent pas 1 seconde que ce sera à eux de créer leur emploi. ils pênsent encore que la cigogne leur apportera
un emploi , de préférence bien sous tous rapports.
Karl marx, en son temps, avait lancé son fameux slogan: prolétaires de tous pays unissaient vous . l'idéologie a permis de conceptualiser la servitude et ses méchanismes.
Il n'en est plus de même aujourd'hui .
le slogan serait plutôt x-boxers,twiters,farce-bookers autocongratulez vous tant qu'il en est encore possible car demain c'est à 2 mains.


LeChatMaya a dit…

petit hs, je suis chez sfr et je n'ai pas eu de réseau de tout l'après midi d'habitude j'ai juste besoin de redémarrer mon tel mais là...en plus il y a eu de l'orage tout à l'heure (le courant a sauté), c'est peu fréquent chez moi.

hotchiwawa a dit…

Je suppose que le nombre de vol doit augmenter en Grèce ou bien s'organisent ils pour se nourrir?

raffi henry a dit…

@ hotchiwawa

Reportage "Grèce, le retour à la terre"
http://videos.arte.tv/fr/videos/grece_le_retour_a_la_terre--6354944.html

Une partie des autres se droguent ou se suicident.
http://www.lejournalinternational.fr/La-SISA-nouvel-assassin-du-peuple-grec%C2%A0_a795.html

Ben J a dit…

Ce qui me dérange avec tout ça c'est qu'en raréfiant le travail, celui-ci prends toujours plus d’importance dans notre paradigme socio-économico-culturel et reste indétrônable dans le classement des préoccupations principales de nos sociétés.
C'est un sacré paradoxe que l'élite a mis en place dans le système global d'asservissement de l'homme, pris au piège dans la matrice, dans la cinétique de la société, il n'a de choix pour vivre que de s'attacher à son instrument de torture (travail= trepalium=instrument de torture)

Masochisme social, sadisme, l'un s'éclate à regarder l'autre réclamer son châtiment.

Passionnant et drôle par dépit, petite lecture philosophique d' 1m30 sur "le travail" par Laurent Fendt, Radio "Ici et maintenant" :
http://youtu.be/e_K6nS3A4Po

Rorschach a dit…

Le travail est une dépense d'énergie vitale et s'oppose au devellopement intérieur :

http://leschroniquesderorschach.blogspot.com/2011/04/usa-sont-en-crise-en-temps-de-crise-les.html

raffi henry a dit…

Personne ne croirait que le chômage tisse des liens sociaux très riches, les lieux communs prétendent que c'est l'inverse.

Avec la folie des réseaux sociaux, le bénévolat s'accroît de façon exponentielle. N'importe qui peut lancer un message pour une action ponctuelle ou pérenne. Par exemple, l'hiver dernier, une vingtaine de gamins se réunissaient pour éplucher des légumes, cuire une soupe et la distribuer au sans-abris.

Exit la conversation du soporifique comptable à la machine à café. Dans le bénévolat, les rencontres sont basées sur un même but, sur les mêmes révoltes face à l'injustice. Et quel plaisir de se retrouver avec des "comme nous", des conversations enrichissantes (mais pas toujours, y'a des conn..ds partout, plusieurs expériences sont nécessaires)

niten a dit…

Ayant commencé un nouveau job Samedi. Je suis effaré à quel point les gens (souvent des jeunes) sont prés a faire des sacrifices pour bosser. Les patrons connaissant bien la réalité du travail en profitent et exploitent de plus en plus les salariés. Seul le"coût du travail" les intéressent, le facteur Humain n'est jamais, ou très peu, pris en compte.
Impressionnant.

osmont norbert a dit…

il y a une expression atroce qu'on entend souvent des parents aux hommes politiques qui résume bien l'hypochrisie générale participative=
s'en sortir, s'en sortir ,les jeunes veulent s'en sortir ..

Mais alors qui les a mis à cet endroit d'où ils veulent s'en sortir?
Et cela fait un bail que cette expression est utilisée
Quand on démasque cette bouffonerie ,il n'y a plus personne parce ce qu'elle implique la responsabilité des parents aux hommes politiqques.
On comprend que c'est un sujet tabou.même quand la majorité est à bout, parce que cette majorité a voté pour maitre porcinet dit flamby, maitre en lisier, qui vous garantit avec le pedigree de son parti que les fausses prommesse ne sont que pour les faussoyeurs
Si les hommes politiques ne s'en sortent pas ,comment les citoyent qui votent pour eux pourraient s'en sortir ?
le marché de dupe est abyssal
mais on continuera à jouer au loto
parce que j'ai le droit de gagner et l'autre à le devoir de perdre.
c'est la relation autiste qui lie l'électeur à l'élu et qui garanti que la jeunesse des générations futures devra toujours s'en sortir.
Mais de quoi ? toute réponse serait pure coîncidence.

Jemot de beurre a dit…

@osmont Norbert :
D'accord avec cette article qui pensent qu' étudier ou travailler un temps a l'étranger pourrait aider à venir construire des emplois en France.

http://m.rue89.com/#/news/243836

hujo a dit…

Ror...superbe to article de 2011 :) je ne peux etre plus en accord. Dans un livre que g ecris il y a qlq annees. Il ya tout un chapitre consacre au travail. Depense denergie certe et surtout tache qui empeche de penser. Lhomme doit travailler non pas pour vivre mais surtout pour quil ne se mette pas a penser. Et comme tu dis si bien OUI la providence aide. Alors bien sur cest peut etre un raccourci mais je crois que cest un choix assez binaire pour ces jeunes......se droguer et perir ou se purifier et combattre...

Anatole Patachon a dit…

En ce qui me concerne, je me suis fait virer pour corruption...
Mais pas la mienne: Celle de ma direction, à laquelle j'ai connement adressé un rapport de ce que je croyais être une entourloupe d'une filiale étrangère...
En fait, c'était la direction du Groupe qui organisait la ponction des capitaux en douce, et qui a vidé la coquille d'une entreprise pour laquelle j'ai bossé près de 25 ans, jusqu'à la dernière goutte.
Le directeur général ? un "grand capitaine d'industrie",selon la Presse, alors que c'est une véritable crapule.
La plupart des grosses entreprises sont dirigées par des filous.

hotchiwawa a dit…

>> Le travail est une dépense d'énergie vitale et s'oppose au développement intérieur.

Si l'on travaille d'une autre manière (pour le bien de tous), cela changera notre façon de penser et par conséquent les énergies.

Quand on aura éliminer les peurs, la famine, les guerres... et qu'on saura que tout le monde aura à manger, des barrières vont tomber et d'autres horizons souvriront à nous.

hotchiwawa a dit…

Fasse aux difficultés comme celui de la faim, je pense que certaines personnes vont se regrouper pour développer d'autres choses.

Ils vont passer outre l'argent puisque l'argent n'a plus de valeur à leurs yeux.

L’Europe se tire une balle dans le pied.

David Bes a dit…

Salut. Oui le travaille est important mais il est important si s' est complémentaire a la vie et doit être un endroits ou ont doit pouvoir s' épanouir. Car sa fait du bien de travaillé. Mais dans nos sociétés tout est régis sur le bénéfice et ont ont tue notre spiritualité et notre bien être pour être plus compétitif et bon marché, tout ça pour que de gros port s' engraisse sur le conte de milliers voir de millions de personne pour certaine société. En rendent le travaille rare ont pousse les gens a mentir et a se vendre pour de moins en moins. Le travaille devient de plus en plus un endroit ou le stress sévi et ou est tout fait pour que tu donne tout ton énergie pour des personnes qui te considère comme une quantité négligeable. Les interim ont été pleblicité par les médias et les gens disaient s' est important d' avoir les interim, non les intérims n' ont pas été faite pour le peuple mais contre le peuple aux profit des patront.vous pouvez remarqué a part quelque rare exception que une fois que ont est a font dans le travaille ils nous reste peut d' énergie ou d' envie pour nous occupé de tout ce qui sort hors du contexte de ce que prône nos démocratique. La plupart des personne qui ont ou vers les yeux sur nos société malodorante l' ont fait quand elle était en repos ou aux chômage. j' ai déjà fais un boulot ou je travaillait tous les jours et ou je fesai plus de 80 heures par semaine et la j' était devenus une machine temps occupé et temps fatigué pour la vrais vie, je ne voyait plus les besoins et le mal être de mes proches, j' était devenus un monstre une saloperie sans âme. Maintenant je suis devenus un antisocial salarial un gros pourris en face au standard économique, mais j' écoute et je suis plus proche des miens, je sais que je davrais de nouveau être compétitif pour retrouvé une place, mais je ne veux plus redevenir un robot car maintenant le boulot je le fais a la cool, je ne me casse plus la tête pour absolument être indispensable et me bouffé toute mon énergie pour un patront qui ne vois que la valeur de la rentabilité et se fout de mes vrais problème de la vie. Je travaille pour vivre et je ne vit pas pour travaillé.

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.