vendredi 2 août 2013

L’agent XKeyscore is watching you : il est juste derrière l’écran

La derniére trouvaille de la bande à Snowden a un goût de déja vu. Pour les révélations qui pourraient faire basculer les USA en 1 minute, il faudra encore patienter.


Edward Snowden l’affirme : il n’y a aucune limite technique à l’espionnage électronique. Et en produisant au journal anglais The Guardian un nouveau document secret de la NSA, l’ancien consultant de l’agence de renseignements américaine donne une nouvelle illustration à ses propos.

Ce document, daté de 2008 et révélé en quasi-intégralité, est la présentation d’un logiciel capable, peu ou prou, de passer outre la plupart des protections – bien dérisoires – des utilisateurs de l’Internet à travers le monde.

Son nom sonne comme un mauvais film de science-fiction dans lequel le tout-technologique nous a plongés : XKeyscore. En se basant sur la somme colossale de données recueillies clandestinement chaque jour par la NSA, ce logiciel d’analyse permettrait entre autres de fouiner dans la correspondance électronique de n’importe quel utilisateur, mais aussi de contrôler les sites qu’il fréquente, l’objet de ses recherches, sans oublier ses conversations privées sur Facebook et autres réseaux sociaux.

Et le « scoop » du Guardian n’est peut-être que là, finalement : la NSA aurait donc trouvé des reliquats de vie privée sur Facebook ? Car pour le reste, rien de bien stupéfiant. Les atteintes à la vie privée comme aux secrets d’État sont entrées dans les mœurs. Ces pratiques paraissent en tout cas parfaitement normales à notre Président normal, qui témoignait récemment sa gratitude à l’égard de son allié-espion américain en refusant et l’asile politique, et le survol de notre territoire à Edward Snowden, en quête d’un pays d’accueil depuis son exil forcé des États-Unis en mai dernier.

La NSA s’honore pour sa part d’avoir capturé 300 terroristes grâce à son logiciel. Noble usage, donc, que l’agence jure – croix de bois croix de fer – ne jamais, au grand jamais, détourner à des fins plus perverses. C’est là un manque d’ambition et des scrupules que n’auraient peut-être pas les plus fins démocrates français, implacables défenseurs de la liberté d’expression « dans le cadre strict de la loi », si ce genre d’outil venait à tomber dans leurs mains.

Aux procès pour propos non autorisés tenus en public succéderont peut-être un jour les condamnations pour conversations privées hors la loi. Et après le délit d’expression, le délit de pensée ?

Merveilles de la technologie…

http://www.bvoltaire.fr/francoisdelaitrebvoltaire-fr/lagent-xkeyscore-is-watching-you-il-est-juste-derriere-lecran,32419

5 commentaires:

dup a dit…

c'est bien la seule chose que savent faire les usa: tuer, espionner ,dominer et voler . le 1/3 du pays vit avec des food stamps, les lampadaires doivent être loués ,il y a plus de boulot ,mais leur connerie dort jamais.
Que peuvent ils espionner ? des messages qui sont pas en leur faveur et qui renvoient comme un miroir .les terroristes ce sont EUX . un type qui se fait sauter dans une foule a pas besoin d'internet . plus cons qu'eux tu moeurs

ORTHODHARMA a dit…

la petite camera de même pas un cm carré, derriere l écran ?

ORTHO

ORTHODHARMA a dit…

Tiens je pensais que personne ne savait ?

ORTHO

crash2012 a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
ORTHODHARMA a dit…

crash2012 a dit…
ET OUI.

UN SYSTÈME LOGIQUE NE PRÉSENTE JAMAIS AUCUNE SÉCURITÉ. LA BONNE CLEF OUVRE LA BONNE SERRURE.
LA MAUVAISE CLEF, EN FORÇANT, PEUT AUSSI OUVRIR LA BONNE SERRURE.

Les gens de la NSA n ont besoin de RIEN. Ni de notre permission, ni de nos mots de passe, ni de RIEN....

LE NET EST UNE CULTURE VIRTUELLE SOVIÉTIQUE .
CERTAIN RÊVENT D EFFACER "VIRTUEL" et CONTRE BALANCER SOVIÉTIQUE, PAR FASCISTE. PAS SUPPRIMER, IL Y AURAIT DEUX FOIS LA MÊME CHOSE SOUS DEUX NOMS DIFFÉRENTS. CELA FAIT MARCHÉ.
Ce qui dans le menu des dictatures n'est pas trop différent.

ORTHO

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.