mardi 10 décembre 2013

Attaque chimique de la Ghouta : Seymour Hersh accuse Obama d'avoir manipulé l'information

Encore une fois, les médias dits "sérieux" feignent de découvrir ce que l'on savait depuis longtemps.


Nouvel accès de « conspirationnisme » ou scoop retentissant ? L'article de Seymour Hersh, vétéran du journalisme d'investigation américain, publié dimanche 8 décembre par la London Review of Books tend à réécrire l'histoire, déjà passablement énigmatique, de l'intervention américaine avortée en Syrie. Le journaliste qui, en 2004, avait contribué à révéler le scandale de la prison irakienne d'Abou Ghraib, accuse l'administration Obama d'avoir manipulé les informations concernant l'attaque chimique perpétrée le 21 août dans la Ghouta, près de Damas, pour justifier des frappes militaires contre le régime Assad.



Même si Barack Obama a finalement renoncé à intervenir militairement, il a auparavant justifié sa volonté de le faire en attribuant à l'armée syrienne la responsabilité de l'attaque qui, de source américaine, a causé la mort de 1 400 personnes, dont des centaines d'enfants. Le régime aurait ainsi franchi la « ligne rouge » que le président américain avait fixée.

« Obama n'a pas raconté la totalité de l'histoire », car son administration a « délibérément manipulé les renseignements » en sa possession, assure Hersh. « Le mécanisme de sélection a été analogue à celui utilisé pour justifier la guerre en Irak. » A la question qu'il a choisie pour titre de son article – « A qui appartient le sarin ? » –, le journaliste répond qu'il pourrait bien s'agir des rebelles. Il accuse Washington d'avoir « sélectionné les renseignements afin de justifier une frappe contre [le président syrien, Bachar] Al-Assad », reconstruisant a posteriori la conviction de la culpabilité du régime.

« ILS ONT RECONSTITUÉ DES ÉLÉMENTS D'UNE HISTOIRE PASSÉE »

Selon lui, les rebelles, contrairement aux déclarations officielles américaines, ont la capacité de se procurer des gaz mortels. Citant un haut consultant des services de renseignements, il écrit :


« L'administration Obama a transformé les informations en sa possession en termes de chronologie et d'enchaînement des faits, afin de permettre au président et à ses conseillers de faire croire que des renseignements recueillis plusieurs jours après l'attaque avaient été récoltés et analysés en temps réel, au moment même où l'attaque était perpétrée ».

Après l'attaque de la Ghouta, l'administration américaine a en effet affirmé avoir intercepté des communications entre des officiels du régime syrien attestant de sa responsabilité. Ces affirmations ont été recoupées par l'ONG Human Rights Watch (HRW).

Mais selon Hersh, les services américains ne disposaient, avant le 21 août, d'aucune information sur l'attaque de la Ghouta, ni sur les intentions du régime syrien. Il en veut pour preuve un document révélé par Edward Snowden et publié le 29 août par le Washington Post indiquant que la NSA avait perdu son accès aux conversations du commandement de l'armée syrienne, notamment à propos d'une attaque chimique. Le journaliste assure également qu'en décembre 2012, à la différence d'août 2013, les « capteurs » américains en Syrie avaient détecté préventivement la production de gaz sarin dans un dépôt militaire syrien, déclenchant une mise en garde de Barack Obama.

Le président Obama se serait basé non sur des communications interceptées au moment de l'attaque, mais sur des interceptions réalisées en décembre et analysés a posteriori. « Ils ont reconstitué des éléments d'une histoire passée », affirme l'un des anciens hauts fonctionnaires cités.

L'article affirme aussi qu'un rapport secret de la CIA atteste de la capacité des djihadistes du Front Al-Nosra à se procurer et à utiliser le gaz sarin, en particulier grâce à Ziyaad Tarik Ahmed, un ancien militaire irakien spécialiste des armes chimiques. Parole d'« expert » à l'appui, il conteste les constatations balistiques qui ont conduit à accuser le régime syrien, et suggère que les lanceurs utilisés, loin de provenir de l'arsenal de l'armée syrienne, sont de fabrication artisanale.


WASHINGTON SE DÉFEND

La thèse iconoclaste de Seymour Hersh a immédiatement fait l'objet d'un vigoureux démenti officiel : « Il n'y a pas d'indice à l'appui des allégations de M. Hersh et la suggestion qu'il y a eu une manœuvre pour supprimer des renseignements est simplement fausse, a affirmé Shawn Turner, porte-parole de la direction du renseignement national (DNI), lundi. Les renseignements indiquaient clairement que le régime Assad et seulement lui pouvait être responsable de l'attaque à l'arme chimique du 21 août ».

Célébrité du monde journalistique, Seymour Hersh s'est vu décerner le prix Pulitzer en 1970 pour sa couverture de la guerre du Vietnam, en particulier la révélation du massacre de My Lai perpétré en 1968 par l'armée américaine contre des centaines de civils. Cette fois, son article sur la Syrie a été refusé par le Washington Post, le quotidien estimant que les sources utilisées « ne correspondent pas à [ses] normes ». Il n'a pas non plus été publié dans le New Yorker, magazine dont M. Hersh est un contributeur habituel.

Seymour Hersh suggère que les raisons pour lesquelles Barack Obama a finalement renoncé in extremis à frapper le régime seraient à rechercher dans les informations contradictoires qui lui seraient parvenues sur la véritable origine de l'attaque chimique.
Philippe Bernard 
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2013/12/09/l-enquete-a-charge-contre-les-etats-unis-apres-l-attaque-chimique-en-syrie_3528166_3218.html

7 commentaires:

Phil deFer a dit…

Comment vous dites? un article de ... Seymour Hersh.... ah,ok... tout est dit non?

Anonyme a dit…

le guer mandchou

hey phill defer tu as le bonjour du justin boudefil de l aisne . t es un bon guerrier gaulois! t inqiete mon gars ,comme je l ai dit sur les enculuminés ,deux tigres ne peuvent regner sur le sommet d une meme montagne, soit la lberté ou les camps de la fema pour les dissidents.Le denouement approche .
fais ta reserve de riz gruaut et tes cachets de spirulines,dans tous les cas ce n est pas le telethon qui va nous sauver .(quand je pense que certains malgré les preuves sur certains blogs créditent le bien-fondé du merdiatique telethon. BORDEL arretez de vacciner vos momes,vous les empoisonnes ! le gardasil rend les jeunes filles de 15 ans menopauséés, informez-vous! les preuves sont là,ce n est pas une simple coincidence temporelle.

C EST INCROYABLE ! ETUDIEZ BECHAMP (l opposant a pasteur)

nos universités sont bourres d imbéciles nobelisés.le seul moyen de plomber l humanite au depart c est d injecter des saloperies dans les vaccins.(vous avez le droit de visiter un labo de fabrication? non ! bon alors!)

bon allez visionner les deux lascars de l elysée pour les funerails de mandela,ca va vous donner de l energie et vive la France des elites!
sur le sida :voir le site :l europe des curés.

allez je vais faire un tour de velo ca m'fera du bien !

Antares a dit…

Fais gaffe à la crevaison Le guer et ne vas pas nous écraser un mouton avec ton vélo!
Tu as l'air en forme ces derniers temps, j’entends par là, bien remonté.
Toujours un plaisir de lire tes commentaires, ici ou chez les moutons enculuminés!
Bye.

Phil deFer a dit…

@ le guer mandchou
Salut à toi ami gaulois! Oui mes réserves sont faites depuis déjà plusieurs mois... Ce qui m'inquiète le plus c'est de pouvoir continuer à écouter les cantates de Bach si il y a killshot...
Je sais que je perds un peu mon temps à poster des commentaires sur tous ces sites de "dissidences" qui ne sont tolérés qu'à la condition de ne pas soulever le vrai problème... d'ailleurs je suis régulièrement censuré, même ici, dès que je dépasse la limite imposée par les maîtres qui controlent tout y compris le web... et je n'en veux pas aux webmasters car je les comprends: ce serait la fermeture du site et de gros pépins judiciaires et pécuniers pour eux...
Tout ceci pour bien souligner que ce ne sera pas en recensant à longueur de blogs et durant des années tous les effets de cette p... de crise que l'on changera quoi que ce soit...
Si chaque jour, un voisin passe vous coller 2baffes, c'est pas en écrivant un article dans un blog où vous détaillerez, photos et vidéos à l'appui, les ecchymoses subies que vous ferez changer quoi que ce soit... si déjà vous osez dénoncer ce voisin sur le blog avec sa photo et son adresse... ça bougera peut être et encore, c'est pas sûr... mais si vous lui cassez les poignais, là je pense que le lendemain, il ne repassera pas... enfin, c'est qu'un avis personnel... ceux qui préfèrent mettre les photos de leurs bosses sur un blog peuvent continuer à le faire....
Je ne veux pas paraître défaitiste mais je pense que le combat est perdu et que seul Dieu nous délivrera de tout ce système.. Le dernier qui a essayé de faire quelque chose contre ce système, ce fut quoiqu'on en dise un certain A. H. (même dit comme ça, pas dit que ça ne soit pas censuré...) et encore, les dés étaient pipés dès le départ et il ne fut qu'un "idiot utile" qui permit au système qui l'avait mis en place pour soit disant le combattre de finalement se renforcer pour parvenir à sa forme actuelle...
La purge nécessaire pour nettoyer toutes les couches de nos institutions de toute cette gangrène judéo maçonnique est d'une telle ampleur que seul Dieu aura la puissance et le pouvoir de la réaliser... AMEN

Zangao a dit…

Bonjour Guerrier ! :)

Anonyme a dit…

le guer mandchou

en fait les gars ! j'ai le sourir aux levres de toute cette crapulerie planetaire! je suis sérieux! on donne le pouvoir aux illuminati qu on veut bien leur donner,a partir de là on peut inverser la vapeur.c est tres facile ! il suffit de se detacher de tout c est simple !! non? pas besoin de grande philo ou autre placebo!
j attend avec joie les grosses conneries(programmes d aservissement) de l elites ocultes dans les mois qui viendront. je m en rejouis !! on va se fendre la gueule.

Anonyme a dit…

le guer mandchou

salut mon vieux zangao! k'est' u deviens? a plus mon gars!

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.