vendredi 31 janvier 2014

L’Europe peut s'écrouler en 2014

 


Tel est le pronostic, fait dans l’interview à l’édition allemande Der Spiegel par Barry Eichengreen, professeur de l’économie et de la politologie à l'Université de Californie à Berkeley. Son ancienne fonction de consultant du patron du FMI donne du poids supplémentaire à son avis.


Qui plus est, le pronostic est établi à partir des données économiques comparatives objectives des Etats-Unis et de l’UE. Et ces données ne portent pas en effet trop à l’optimisme, considère notre observateur Piotr Iskenderov.

L’économie américaine s’est déjà remise des événements des années passées et entame sa croissance, alors que celle de l’UE – non. Telle est la principale conclusion de Barry Eichengreen. En outre, le risque persiste pour l’UE de gonflement de nouvelles bulles financières, qui avaient en fait provoqué la crise économique globale de 2008-2009.

En effet, l’instabilité financière et les spéculations à la bourse conséquentes déterminent toujours les tendances en Europe et autour d’elle. Il n’est pas fortuit que ces derniers jours les marchés européens aient reçu le principal coup d’envoi positif de la « décision de choc » de la Banque de Turquie de hausser tous les taux directeurs de plusieurs points.

Dans son interview à l’agence Reuters l’expert des marchés mondiaux du courtier interbancaire britannique ICAP, Chris Clark a déclaré espérer que les actions résolues de la Banque de Turquie soient capables de « stabiliser la situation », y compris sur les marchés européens. Seulement que les problèmes proprement dits de la zone euro n’en disparaîtront pas, a relevé dans l’entretien avec La Voix de la Russie Alexeï Kouznetsov, qui dirige le Centre des études européennes à l’Institut de l’économie mondiale et des relations internationales auprès de l’Académie russe des sciences :

Dans les pays de la zone euro des problèmes sérieux, il est vrai, demeurent. Naturellement, les spéculateurs vont jouer sur cela et « récupérer » sur les fluctuations des actions et d’autres titres. C’est somme toute assez logique.

L’UE et la zone euro tiendront, probablement, le coup cette année, comme elles l’ont fait durant toute leur existence, étant donné que l’Etat garde tout de même un rôle considérable dans le système bancaire, en prenant sur soi des engagements appropriés en matière de stabilisation de la situation, comme cela a été le cas en Espagne.

Sont importantes, certes, les actions du régulateur financier de Turquie, qui est, suivant différentes évaluations, la 16e ou déjà la 10e économie du monde. Toutefois, lorsqu’elles exercent une si forte influence sur les marchés européens (et la Turquie, rappelons-le, ne fait partie ni de la zone euro, ni de l’UE) – cela indique cette fameuse inclination de l’économie européenne plutôt pour des spéculations que pour un réel assainissement reposant sur des facteurs de production.

http://french.ruvr.ru/2014_01_31/L-Europe-va-t-elle-s-ecrouler-1136/

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Rien de nouveau jusque là.
Encore une prophétie facile qui, si elle réussit par chance à tomber sur la bonne date, rentrera dans l'histoire alors que tout le monde sait que ça va arriver. Tout ce qu'il faut c'est un peu de chance pour que la date tombe juste.

Bref, inintéressant (désolé Ror, ce n'est pas une critique de ton travail, mais de celui de ces pseudos-experts qui sont incapables de chanter d'une même voix).

Anonyme a dit…

Il manque le domino bleu blanc rouge. ..

S.O.L. a dit…

C'est marrant mais quand on demande à la plupart des gens s'ils sont pour l'UE ou pas, en tout cas dans mon cas, ce que j'ai remarqué c'est que les gens, même s'ils sont insatisfaits, n'imaginent pas en sortir. C'est au-delà de leur conception. L'UE doit continuer. Pour les politiciens, la tendance est à plus d'Europe.
Donc si elle s'écroule, forcément que l'on ne va pas revenir en arrière (au franc en France etc. ) et cela principalement parce que ça voudrait dire plus de pouvoir à l'Etat donc moins de pouvoir à la machine infernale... donc la question est: "si l'UE disparaît, par quoi va-t-on la remplacer et par quelles mesures restrictives va-t-on mettre en place pour rebooter cette vision qu'était l'UE?".
Mais la question économique à mon avis est un point de détail finalement. Ils arriveront à leur fin de toute manière, ils n'ont que faire de l'avis du peuple. La vraie question c'est la politique interne qui est la vraie question. Crise = chaos = mesures drastiques = police européenne, restructurations à différents niveaux. J'espère me tromper mais franchement, là.... !!

Anonyme a dit…

Coucou les Amours,
Ne demandons pas à un politicien de résoudre un problème qu'il a lui même créé.
Ce n'est pas sa mission. Sa mission est d'appliquer le PLAN. Le simple fait qu'il applique le PLAN des reptiliens, implique qu'il déploie aussi le PLAN DIVIN. Comme les poupées russes, LE PLAN DU PERE est la poupée la plus grosse, elle englobe toutes les autres poupées.
Ce pseudo expert serait mieux employé à ramasser les crottes de mes ânes.
Quel gâchis que les talents de cet Être ne soit pas mieux employés.
De Régis de Prunelle, dans le Cantal.
Bisousenmusiquedesétoiles Gys

Zangao a dit…

Relisez la caverne de Platon et vous comprendrez pourquoi ils veulent rester dans l'europe.

gevaudan a dit…

des années qu'on nous le promet,on dirait une promesse a hollande

Jp DCK a dit…

Comme en 2013 ?

Anonyme a dit…

Pour rappel, regardez les points qui servent de ligne sur vos chèques avec votre scanner ou une bonne loupe.
Quelque soit la banque, ils ont tous la même phrase du discours de robert Schuman du 9 mai 1950:"L'Europe ne se fera pas d'un coup, ni dans une construction d'ensemble: elle se fera par des réalisations concrètes créant d'abord une solidarité de fait."
D'ou le M.E.S (Mécanisme Européen de Stabilité) !
Ordo ab chaos !

Signé Furax

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.