vendredi 28 mars 2014

Apocalypse Économique en Ukraine : Recettes Fiscales -60% ; PIB -10% Monnaie -30%





La première victime d'une révolution (provoquée par l' étranger ou non) c'est l'économie!
L’Ukraine est en faillite, gérée par des nationalistes minoritaires incompétents, juste capables de faire un coup d’Etat. La monnaie ukrainienne, le hryvnia a perdu déjà près de 30% depuis le début de la crise.

La création de "richesses réelles" est un combat de chaque jour qui au final donne le PIB annuel et les rentrées fiscales. Une situation anarchique provoque immanquablement un effondrement économique et...la banqueroute finale ou faillite !



http://zebuzzeo.blogspot.com/2014/03/lapocalypse-economique-ukrainienne.html

1 commentaires:

Chercheur du Temps a dit…

Vladimir Poutine n’a pas trop à se préoccuper des « sanctions » occidentales et encore moins d’éventuelles mesures de rétorsion : l’Ukraine s’en chargera à sa place. 78 milliards de dollars de la dette ukrainienne sont exigibles cette année. En clair : soit les occidentaux avancent des fonds (en se payant sur la bête, c’est-à-dire sur le peuple ukrainien qui ne va probablement pas accepter longtemps ce pillage et le gouvernement de vendus responsable de ce chaos économique) et/ou ils font une croix sur une partie de leurs créances (avec tous les risques que cela entraînent pour leurs propres économies chancelantes et les risques de dérapage incontrôlable avec d’autres pays européens largement endettés), soit on laisse l’Ukraine aller à la banqueroute… et l’on aura de toute façon les contrecoups économiques et financiers de cet effondrement annoncé !
Le jeu de dominos n’est donc pas que militaire (je prends la Crimée, le sud et l’est de l’Ukraine m’appellent au secours ; Polonais, Hongrois et Roumains veulent leur part de territoires qu’ils estiment à eux…), il pourrait bien aussi être économique… Déjà que les apprentis sorciers de Kiev menacent de couper les gazoducs sous prétexte que le gaz - qu’ils ne payent déjà plus depuis de longs mois - va devenir beaucoup trop cher. On en est à se tronçonner la jambe après s’être tiré une balle dans le pied ! L’Ukraine ne peut pas se passer de ce gaz… et une bonne partie de l’Europe non plus ! Dans ce monde globalisé, interconnecté, les plus vulnérables sont ceux qui dépendent le plus de l’extérieur et ne peuvent compter sur un marché intérieur ou des accords solides basés sur autre chose que la spéculation et les « coups ».

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.