dimanche 13 avril 2014

Escalade militaire dans l'est de l'Ukraine



Le gouvernement ukrainien, confronté à des insurrections armées prorusses faisant craindre l’éclatement du pays, a lancé dimanche une opération de reconquête. «Une opération antiterroriste a débuté à Slaviansk», une des villes de l’Est de l’Ukraine visées samedi par les attaques de groupes armés prorusses, a annoncé sur sa page Facebook Arsen Avakov, ministre de l’Intérieur du gouvernement intérimaire.



L’opération a fait «des morts et des blessés des deux côtés», a annoncé le ministre de l’Intérieur. «De notre côté, un officier du SBU (services de sécurité, a été tué)», écrit Arsen Avakov sur sa page Facebook, évoquant également cinq blessés chez les loyalistes. «Chez les séparatistes, un nombre non déterminé» de victimes, poursuit le ministre.

Ces forces, bien équipées et organisées mais ne portant aucun insigne et présentées comme des milices locales, y avaient pris le contrôle des bâtiments de la police et des services de sécurité. «Des unités de toutes les forces du pays participent. Que Dieu soit avec nous», a écrit le ministre sur sa page Facebook, avant de recommander un peu plus tard aux habitants de «ne pas sortir et se tenir éloignés des fenêtres».

Des hélicoptères survolaient la ville à basse altitude, a constaté un photographe de l’AFP sur place. Une épaisse colonne de fumée noire s’élevait mais le photographe n’a entendu ni tirs ni explosions.

Samedi soir, Avakov avait dénoncé une «agression» russe, après une série d’attaques visiblement cordonnées lancées tout au long de la journée contre des bâtiments publics dans l’Est russophone, frontalier de la Russie. Il avait évoqué des combats dans plusieurs localités, sans faire état de victimes.

A l’issue d’une première série de soulèvements le 6 avril, des insurgés prorusses avaient proclamé à Donetsk, grande ville de l’Est, une «république souveraine», tout en ne contrôlant alors que deux bâtiments. Ils réclament le rattachement à la Russie, ou au minimum une «fédéralisation» de la Constitution ukrainienne pour donner de grands pouvoirs aux régions. Le gouvernement de Kiev refuse, y voyant la porte ouverte à un éclatement du pays, et accepte seulement une «décentralisation».

Des assailants équipés d'armes russes

Ces assauts, menées par des hommes en uniformes non marqués, armés et visiblement bien organisés, rappellent le scénario qui s’est déroulé en mars en Crimée, et ont fait craindre que la Russie, qui a massé jusqu’à 40.000 hommes à la frontière selon l’Otan, ne se saisisse du prétexte de ces troubles pour intervenir sur le territoire de son voisin.

Les assaillants sont «équipés d’armes russes et des mêmes uniformes que ceux portés par les forces russes qui ont envahi la Crimée», a ainsi tweeté l’ambassadeur des Etats-Unis à Kiev, Geoffrey Pyatt.

Moscou n’a jamais reconnu le gouvernement provisoire pro-européen arrivé au pouvoir après le renversement fin février du président pro-russe Viktor Ianoukovitch suite à des manifestations sanglantes à Kiev. Et la Russie avait mis en garde samedi l’Ukraine contre tout recours à la force contre les insurgés.

Le gouvernement ukrainien était par ailleurs pressé par les militants pro-européens ou nationalistes, dont ceux du Pravy Sektor (secteur droit) qualifiés de «fascistes» par Moscou, de réagir.

Washington a lancé samedi soir un avertissement aux Russes. Dénonçant des attaques «orchestrées et synchronisées», le secrétaire d’État John Kerry a averti son homologue Sergueï Lavrov que Moscou devra faire face à des «conséquences supplémentaires» si la tension ne retombe pas et si les troupes russes ne se retirent pas de la frontière. Moscou dément toute responsabilité dans les troubles et Lavrov a de nouveau affirmé samedi que Moscou n’avait aucune intention de rattacher à la Russie les régions orientales de l’Ukraine.

http://www.liberation.fr/monde/2014/04/13/offensives-prorusses-en-ukraine-kiev-contre-attaque_996503

4 commentaires:

Teslambala Tesla a dit…

On y va,ou on y va pas? perso j ai quarante pige et j aurais aimé vivre ma vie sur terre sans connaitre la guerre....

Alain Dourak a dit…

TemzeTV : Il s'avère, que hier, Ban Ki-moon à l'ONU a fait une déclaration intéressante, passée sous silence dans les médias ukrainiens (Paul : et autres !)

Le Conseil de sécurité de l'ONU a de nouveau examiné la question de l'Ukraine, et les experts sont arrivés à la conclusion suivante dans le cadre du droit international: Depuis l'effondrement de l'Union soviétique, l'Ukraine n'a pas correctement enregistré la délimitation de ses frontières, comme état ​​reconnu par les Nations Unies ... Ces frontières restent sur ​​les limites des frontières administratives de l'URSS, conformément au cadre contractuel habituel de la CEI, et que l'ONU n'a pas de recours juridique.

Depuis que le pays n'a plus de frontières officielles, en vertu du droit international, on ne peut plus parler de violation de son territoire. Vous ne pouvez pas changer quelque chose qui n'existe pas ! "

http://osherovmikhail.livejournal.com/1057911.html

Biggy a dit…

Moi je dis vive la Russie! Que Poutine fermer une bonne fois pour toute leurs clapets à ces bouffons d'occidentaux poltrons se cachant derrière les USA.
Par exemple, les français se veulent donneur de leçons alors qu'ils font (et ont fait) pire ailleurs. Pffff!!!!

raffi henry a dit…

Propagande, propagande

Les US provoquent Poutine jusqu'à tuer un "terroriste" pro-russe dans l'espoir que l'armée russe intervienne sur le sol ukrainien.
Parce que pour l'instant, le monde entier s'aperçoit que le peuple ukrainien décide lui-même de son avenir en s'emparant des institutions nationales. Le peuple qui décide ! C'est nouveau ça.
Nan nan nan, Poutine doit faire entrer son armée en Ukraine pour mettre en place la bonne vieille méthode américaine.
http://www.dailymotion.com/video/xeayym_les-guignols-de-l-info-vendre-la-gu_news

Sauf que cette fois-ci, ils sont en face d'un dirigeant ex-KGB, qui a des pions partout en Ukraine, même au nouveau gouvernement *. Poutine anticipera chaque attaque pour la réduire à néant et évitera ainsi un assaut armé.

* (Membres anciens et actuels du Conseil d'Administration de GAZPROM)

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.