mardi 20 mai 2014

Médias : "Welcome to New York" est un film antisémite qui véhicule les idées de Dieudonné




Comme prévu, comme voulu, le film d'Abel Ferrara, produit par Vincent Maraval, joué par Gérard Depardieu et Jacqueline Bisset, génère l'effet escompté. Scandale et polémique, le tout avec débat sur les scènes de sexe et surtout d'éventuels relents antisémites relevés, ici et là, dans le film.

DSK va porter plainte contre le film "Welcome to New York", s'estimant diffamé. Anne Sinclair s'y refuse, proclamant "Je n'attaque pas la saleté, je la vomis".

Il ne manque plus désormais qu'une émission de "Ce soir ou jamais", subtilement orchestrée par Frédéric Taddeï, sur France 2, ou les commentaires d'Aymeric Caron et Natacha Polony, dans "On n'est pas couché", toujours sur France 2 (décidément, France 2...) - soit tous les vecteurs de l'antisémitisme du bavardage -, pour compléter la séquence "Ce film, objet du scandale".

L'avocat de DSK, Jean Veil, n'a pas mâché ses mots au micro de Jean-Pierre Elkabbach, ce lundi matin, sur Europe 1 :

"C’est un film antisémite et il faut bien voir que manifestement les acteurs et même le réalisateur ont déjà tenté de s’excuser (...) Je pense que ceux qui ont exprimé d’une part les dialogues, ceux qui les ont filmé et d'autre part ceux qui ont accepté de les produire et de les diffuser emportent une part d’antisémitisme et n’ont pas peur de le proclamer."

L'argument de la fiction ne tient pas 

"C'est une fiction" disent les responsables, auteurs, producteur et acteurs de "Welcome to New York". Mais, hélas pour eux, la présence dans le film d'images d'archives de l'affaire de New York annihile l'argument.

C'est bel et bien, à travers le personnage de Simone, Anne Sinclair qui est instrumentalisée et sert, par touches successives, de vecteur au message politique du film.

Rien n'est dit, mais tout est suggéré. Rien n'est explicite, mais tout est implicite.

Pour qui veut l'entendre, le message est clair : une dévote et amoureuse de l’État d’Israël (pas Israël, mais l’État d’Israël, notons la nuance) jouissant d'une fortune illimitée acquise par sa famille à la fin de la guerre de 39-45, avait pour projet d'installer à la tête de la France une marionnette infantile et manipulable qu'elle tenait par l'argent et comptait diriger le pays à travers lui.

Contrariée par l'affaire de New York, elle a finalement utilisé cette immense fortune, aux origines douteuses, pour sortir son mari du pire, alors même qu'il était bel et bien coupable d'un crime abominable.

De vieilles théories hostiles à Anne Sinclair reprises

Dès lors, on peut comprendre l'indignation d'Anne Sinclair, surtout lorsque l'on sait l'histoire de sa famille. Son grand-père spolié par les Nazis, l'immeuble abritant sa galerie transformée en Institut d'étude des questions juives par Vichy... Et son père Résistant incontesté et incontestable...

Ce que raconte le film est un mensonge absolu, mais, comme par hasard, il reprend bien des théories hostiles à Anne Sinclair très répandues dans l'extrême droite française depuis des décennies.

Dès lors, on peut comprendre ceux qui détectent dans ce film des relents antisémites. La représentation du personnage de Simone, incarnation d'une ambition juive portée par un argent roi, acquis de manière suspecte et malhonnête, est celle que propagent les antisémites de tous bords et de tous temps depuis que celui-ci a fait son apparition historique dans le sillage du christianisme institutionnel, il y a deux mille ans.

Comme l'a dit Jean Veil..."une merde"

Quoi que peuvent en dire les critiques esthétisantes, voire hypocrites, "Welcome to New York" n'est pas un film de cinéma. C'est un spectacle de Dieudonné, sans Dieudonné, mais avec des dialogues de Dieudonné, des procédés de Dieudonné, des sous-titres de Dieudonné et des idées de Dieudonné.

Ce produit devrait ravir les admirateurs de l'humoriste et ses amis politique. Bref, comme l'a dit Jean Veil, Welcome to New York est bel et bien "une merde".

Lire l'article complet sur :

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1203220-dsk-anne-sinclair-et-welcome-to-new-york-ce-film-est-ecrit-pour-les-fans-de-dieudonne.html

11 commentaires:

Laurent a dit…

Bon, la critique vient du nouvel obs...

Mais pour l'avoir survolé (le film, hein), car c'était trop pénible vu la qualité du jeu d'acteur, des prises de vues, des "dialogues" de le regarder, je ne peux qu'abonder, je ne dirais pas que c'est une merde, je dirais que c'est pathétique.

Dsk se ridiculise en portant plainte, c'est donner de l'importance, Anne Sinclair, même si j'ai beaucoup de mal à l'encadrer, reste toujours aussi digne que quand elle a soutenu celui qui l'avait ridiculisé devant le monde entier.

Teslambala Tesla a dit…

je le telecharge....;-)

Bra Bro a dit…

Ce film est une tentative maladroite de faire de l'argent sur un fait divers sans intérêt,Mr Ferrara nous avait habitués a mieux,ce que je trouve répugnant c'est d'associer cette bouse à Dieudonné,si ça continue,ils le rendront responsables de la crise finacière de 2008!

Est ce si dur pour eux de critiquer Abel Ferrara en face,pourquoi diable se sentent-ils obligés de parler de Dieudonné? Ils passent leur temps a dire qu'il est mauvais et qu'on doit pas l’écouter et en même temps,ils ne cessent de nous rappeler son existence,ça me semble un peu contradictoire...

Denis a dit…

N empêche que c est un drôle d effet papillon, que d une quéquette agitée dans un Sofitel a NY, on a ramassé Hollande au pouvoir en France.

raffi henry a dit…

Quand le rassemblement de la Palme ridiculise la mafia trop envahissante, c'est que ça bouge quelque part à notre insu...

Zaki Kojak a dit…

Dieudonné le bouc émissaire de l'antisémitisme par excellence !!!!! Un dvd ou vod du film acheté, un menu quenelle sauce aigre douce et ananas en dessert offert !!!!!

tono tony a dit…


@ Laurent,

Tu dis ;

" Anne Sinclair reste toujours aussi digne que quand elle a soutenu celui qui l'avait ridiculisé devant le monde entier. "

Lol...mais ça ne la dérange pas de partouzer avec son gros lard de mari dans des clubs échangistes ?

Ou alors n'a pas la même définition du mot dignité...

Laurent a dit…

@ tony: j’ignore si elle partouze, et si c'est le cas, j'imagine que c'est son choix. Elle peut bien faire ce qu'elle veut de son corps, j'en ai rien à faire, et ça n'a rien à voir avec la dignité

Fred a dit…

@ Laurent :

"si elle (Anne Sinclair) partouze ... ça n'a rien à voir avec la dignité"

Alors ça, il faut vraiment oser l'écrire (ça m'étonnerait d'ailleurs beaucoup qu'elle aie partouzé).

Bon, après, je vois bien que les "valeurs" actuelles n'ont vraiment plus rien à voir avec ce que le "bon peuple" appelait les "vraies valeurs".

La dignité avait une définition non écrite qui pouvait avoir des frontières mouvantes selon chacun, mais les "partouzes" n'étaient certainement pas voisines de ces frontières, mais bien à l'extrême opposé de cette définition de la DIGNITE.

Maintenant, Laurent, si vous-même vous partouzez, avez partouzé ou bien envisagez de le faire, libre à vous et sachez bien que maintenant comme avant, je suis loin de porter un jugement sur les "partouzards".

Je dis juste que c'est pas mon truc et que je ne me vois pas en parler avec des amis ou avec mes enfants, et encore moins leur dire que cela relève d'un comportement digne, même de nos jours.

Mes enfants sont pourtant adultes, mariés et ne sont certainement pas naïfs, mais eux comme ma femme et moi, loin de la pudibonderie, avons une certaine pudeur, qui nous fait préférer des sujets drôles, communs ou sérieux à ceux graveleux des déviances de toutes sortes.

Allez Laurent, bonnes partouzes et bonne "dignité" !

Fredvb

tono tony a dit…


@ Laurent,

Heureusement que chacun est libre de faire ce qu'il veut...et c'est ce que je pensais on n'a pas la même définition du mot dignité.

Laurent a dit…

J'hallucine.

On met ce que l'on veut a la définition du mot dignité désormais. Fred & tony, je vous invite à ouvrir un dictionnaire, vous m'avez tellement mis dans le doute que je l'ai fait moi même. Je peux donc persister, et vous, vous acheter un dico.

Que vous n'aimiez pas cette femme, comme je l'ai moi même précisé dans le premier com, est une chose, que vous soyez troublé par elle ou ses pratiques, ou encore sa fortune en est une autre.

Parler de "valeurs qui ont bien changé" ou de "vraies valeurs", là, il va falloir ouvrir quelques bouquins d'histoire pour vous apprendre les lupanars perpétuels que les classes dirigeantes de tout siècles ont transmis de père - mere en fils et filles.

Pour ma par je ne me retranche pas derrière une, je cite "certaine pudeur" pour ne pas m’adonner à des partouzes ou autres bizarreries, c'est juste que ça ne m'attire pas. Moi.

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.