samedi 3 mai 2014

Vendredi sanglant à Odessa



Des échauffourées entre les militants « pro-fédéralisation » et les manifestants pour l’unité de l’Ukraine, suivies d’un incendie, ont fait 42 morts et 214 blessés. La Voix de la Russie revient sur les évènements de vendredi.



Les affrontements les plus sanglants de toute la crise politique en Ukraine se sont produits vendredi soir au centre d’Odessa, sur la mer Noire. Le feu mis au Conseil régional des syndicats par des supporters de football et des partisans de l’unité de l’Ukraine a fait 42 morts, selon le dernier communiqué du ministère de l’Intérieur. Et les victimes qui ont pu échapper à l’incendie, étaient violemment frappées à l'extérieur par les manifestants en colère.

Une manifestation pour l’unité de l’Ukraine qui a dégénéré

A 15h00 (heure de Kiev), les membres de l’Euromaidan et les supporters de deux clubs de football, Tchernomorets (Odessa) et Metallist (Kharkov), se sont réunis sur la place Sobornaïa au centre d’Odessa pour organiser une marche « pour l’unité de l’Ukraine ». En tout, entre 1000 et 1500 manifestants se sont réunis, principalement des jeunes gens, selon les médias locaux.

Ce n’est pas la première fois qu’une manifestation pour l'unité de l'Ukraine est organisée dans la ville. Mais cette fois-ci, les militants d’Euromaidan étaient armés et défilaient avec des slogans antirusses. Comme l'ont affirmé les membres du mouvement aux médias locaux, ils ont reçu par le biais des réseaux sociaux l’information qu’une provocation se prépare de la part des groupes de jeunes opposés à Euromaidan, mécontents des « slogans indécents » des partisans de l'unité d'Ukraine.

En effet, en même temps une colonne des manifestants « anti-Maidan » défilait sur une rue parallèle, et les premiers affrontements entre les deux groupes de manifestants ont commencé en début d’après-midi, lorsqu'ils se sont rencontrés non loin de la rue Deribassovskaïa, en plein centre d’Odessa.

Les militants d’Euromaidan cagoulés, et armés de chaînes, de bâtons et de pierres, ont percé le cordon de la police, qui a essayé d'intervenir, et s’en sont pris aux manifestants « anti-Maidan », également armés de bâtons. Les deux groupes de manifestants ont jeté en direction opposée des bombes artisanales et des cocktails Molotov. Les échauffourées se sont produits non loin de la place Gretcheskaïa, faisant les premières victimes.

Vers 16h30, ayant utilisé tout leur arsenal explosif, les manifestants ont arrêté les affrontements. Des informations sur les premiers morts commencent à parvenir. Un appel a été lancé aux membres d’Euromaïdan de détruire le camp des membres « pro-fédéralisation » sur Koulikovo pole.



Appel à prendre d’assaut le camp pro-fédéralisation et incendie du Conseil des syndicats

Les affrontements sur Koulikovo pole ont commencé vers 19h30. Armés de nouveau avec des cocktails Molotov, des bombes artisanales et des pierres, les deux groupes de manifestants ont continué à s’affronter. La police est arrivée sur la place, mais elle ne s’est pas immiscée pas dans les affrontements.

Les militants d’Euromaidan ont mis le feu à l’une des tentes du camp « pro-fédéralisation » qui se trouve près du Conseil régional des syndicats. Selon les témoins présents sur place, certains membres d’Euromaidan avaient des armes à feu dans leurs mains. Les militants « pro-fédéralisation » étaient obligés de se réfugier dans le bâtiment du Conseil des syndicats.



Vers 20h00, quelqu’un a mis le feu au bâtiment. Les personnes qui se trouvaient à l’intérieur ont essayé de quitter le bâtiment, notamment en sautant par les fenêtres. Certains sont morts brûlés vifs, d’autres ont été intoxiqués par la fumée. Les blessés qui sont arrivés à se sauver du bâtiment en feu ont été frappés à la sortie par les manifestants. C’est le cas notamment d’Alexeï Alba, le député du conseil régional et défenseur de la fédéralisation d’Ukraine. Face à l’agressivité des militants de l’Euromaidan, les médecins avaient peur de s’approcher du bâtiment. Quant aux militants, ils scandaient pendant ce temps : « Ukraine ! ».

L’incendie dans le bâtiment dans le Conseil des Syndicats a été éteint à 20h50 par les pompiers qui sont arrivés une demi-heure plus tôt. Ensuite les manifestants ont commencé à quitter la place.

Le bilan de la nuit dernière à Odessa est lourd, selon les ministère de l’Intérieur d’Ukraine : 42 morts et 214 blessés. Le département régional de l’Intérieur a déjà arrêté 160 personnes, qui seront accusés notamment « d’avoir organisé des crimes de masse » et « porté atteinte à la vie des membres de la police ».

Le conseil régional accuse la police municipale de ne pas être intervenue dans les affrontements, ce qui aurait pu faire éviter un grand nombre de victimes.

Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_05_03/Un-vendredi-sanglant-a-Odessa-2885/

9 commentaires:

Zaki Kojak a dit…

C'est le sayanim BHL qui doit être content tout ce passe comme prévu ?... l'Ukraine se dirige tout droit vers une guerre civile tout cela grâce à l'Europe démocratique .

Zangao a dit…

Aujourd'hui, été de guerre !........... ça avance

lala a dit…

C'est donc difficile de s'aimer les uns les autres. Pauvre de nous.

Kam Ks a dit…

Y'en a vraiment marre de ces comploteurs americano-sionniste

La guerre a deux pas de chez nous, et qui risque grandement de s'étendre..

Jo a dit…

vendredi Odessa et samedi c'est au tour de Kramatorsk avec un Poutine , qui comme je le dis depuis le premier article sur ces événements, ne fait rien car seul la Crimée et son port l'intéressait
Il n'y aura pas de guerre juste une petite insurrection qui va être tres vite matée et Poutine lui même non seulement ne bougera pas mais il vient officielement de lacher les soient disant pro-russe
La meilleure preuve de tout ceci est sa propre déclaration : " il a affirmé que la Russie avait perdu toute influence sur les groupes "d'autodéfense" prorusses du sud-est de l'Ukraine et ne pouvait pas résoudre seule la situation."

Joy a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
hotchiwawa a dit…

http://fr.sott.net/article/21050-Le-coup-de-sang-de-Poutine

Alain Dourak a dit…

Une Journaliste de CBS étonnée que les gens de Slaviansk n’aiment pas les Américains
Une équipe de cameramen de CBS Nouvelles a été arrêtée par des miliciens à un barrage Slaviansk. La journaliste Clarissa Ward de la Télévision affirme que leur attitude anti-américaine a surpris les personnes détenues. Selon elle, l'attitude de la milice locale envers les États-Unis - le résultat d'une guerre de l'information en Ukraine.
Nous avons eu en communication Clarissa Ward de Donetsk. L'image que vous avez décrite explique l'anarchie qu’il y a. Des barrages routiers partout illégaux organisés par des séparatistes pro-russes. L'un d’eux vous a arrêtées vous et votre équipage de quatre personnes. Qu'est-il arrivé ?
Clarissa Ward, journaliste de CBS Nouvelles : Oui, c'est vrai, Scott. Sur le chemin de Slaviansk nous avons été arrêtés par une milice prorusse. Ces personnes avaient l'air très nerveux et excité. Ils nous ont trimbalés à droite et à gauche. Puis ils ont bandés nos yeux avant de nous emmener à une troisième place. Là, ils ont séparés les femmes et les hommes. Nous avons été interrogés. Un membre de notre équipe a été battu.
Et comme ces gens se parlaient entre amis les uns aux autres ou à nous, ce qui m’a frappé le plus est le plus haut niveau de la rhétorique et de la désinformation anti-américaine. C’est une guerre de propagande. Beaucoup de ces personnes ont dit à plusieurs reprises, " Pourquoi le président Obama envoie les nazis de Kiev nous tuer ? "
Merci. C'était Clarissa Ward, en directe de l'Ukraine à l'est, où la situation est la plus grave.
Pour diffusion le 2 mai 2014.

http://russian.rt.com/inotv/2014-05-03/Amerikanskuyu-zhurnalistku-porazil-antiamerikanizm-opolchencev

traduction non garantie

Jo a dit…

ça y est il se dégonfle comme prévu

https://fr.news.yahoo.com/ukraine-poutine-retire-troupes-russes-fronti%C3%A8re-151753180.html

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.