mardi 10 juin 2014

Coupe du monde : Netanyahou écarte un chanteur palestinien de la cérémonie d’ouverture

Les sionistes ne font pas de trêve même pour la coupe du monde.


Invité à se produire, jeudi prochain, lors de la soirée d’inauguration de la Coupe de monde de football, la star palestinienne Mohammed Assaf, critiquée par Benyamin Netanyahou, ne pourra finalement pas chanter devant le monde entier. Décryptage.

À moins de vivre dans une ferme des Cévennes ou dans une grotte de Tora Bora, nul ne peut ignorer que la Coupe du monde de football démarre cette semaine. Jeudi 12 juin, la cérémonie d’ouverture se tiendra à Sao Paulo. Aujourd’hui, un autre événement connexe mais plus confidentiel doit se produire : l’ouverture du 64e Congrès de la FIFA (Fédération internationale de football association).

À cette occasion, un spectacle retransmis uniquement sur le site de la FIFA se déroulera. Parmi les artistes présents, l’un d’entre eux a récemment manifesté une joie mitigée : Mohammed Assaf. Né en Libye et originaire du camp Khan Younès de Gaza, ce Palestinien âgé de 24 ans a été consacré l’an dernier en devenant le vainqueur du concours de chant panarabe organisé à Beyrouth et dénommé « Arab Idol ».
Aujourd’hui, mardi 10 juin, la nouvelle star interprétera, en direct et le cœur lourd, sa chanson intitulée « 360″ et dont le clip a été enregistré la semaine dernière à Dubaï en présence d’un producteur américain, Rodney Jerkins.

Pourquoi ce vague à l’âme de la part de l’artiste à succès ? Dans un récent entretien accordé à un média d’Abu Dhabi, Assaf rappelle et confirme ce qu’il avait déjà évoqué l’été dernier : l’annulation par la FIFA de son invitation à se produire lors de la cérémonie d’ouverture. Plus précisément, le chanteur, alors à peine consacré par Arab Idol, avait été dans un premier temps personnellement convié par Joseph Sepp Blatter, président de la FIFA, à réaliser un duo avec sa consœur colombienne Shakira lors de la soirée d’inauguration qui sera vue par des centaines de millions de téléspectateurs.


Quelques semaines plus tard, coup de théâtre : sa compagnie de disques reçoit une lettre de la FIFA indiquant que cette invitation ne pourra être maintenue. Assaf s’en plaint publiquement. Conséquence : un rétropédalage de la FIFA qui affirme désormais que le chanteur est bien invité dans le cadre de la Coupe du monde. Avec une fâcheuse variante : le jeune homme peut venir chanter, non pas lors de la cérémonie d’ouverture mais deux jours plus tôt, durant le spectacle prévu pour démarrer le Congrès de la FIFA.

Quelle est l’origine d’un tel micmac ? Prudent, le chanteur ne veut accuser personne mais suggère un motif « politique ».
Pour cause : contrairement à bon nombre de stars contemporaines de la chanson arabe, Mohammed Assaf transcende son image de séducteur charismatique pour entonner, à l’occasion, des textes engagés et patriotiques. Dans un entretien accordé au New York Times, le Palestinien demandait ainsi « la fin de l’occupation et des implantations israéliennes illégales ».

L’attitude du jeune homme, qui déclare également « ne pas faire confiance à Israël actuellement », a déjà provoqué l’irritation du Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou : dans un courrier adressé à John Kerry, secrétaire d’État américain, le dirigeant ultra-nationaliste a ainsi formulé sa thèse d’un endoctrinement antisémite de la jeunesse palestinienne en l’illustrant par une chanson d’Assaf intitulée « Brandis le keffieh » et dont la prestation dans l’émission libanaise (en juin 2013) a été visionnée par plus de 19 millions d’internautes.

Lire la suite sur Panamza

2 commentaires:

ZZuène Syène a dit…

Après le marathonien palestinien interdit de course, c'est au tour d'un chanteur..plus grande démocratie du Moyen Orient vous avez dit...? Bien sûr, aucun retentissement de cette affaire dans les merdias classiques, aucune " personnalité" pourvoyeuse de leçons de moral sur les droits de l'homme entendue ( genre le pseudo philosophe enthoven dans son émission sur arte qui pleurait sur la séparation des pauvres allemands à l'époque du mur de Berlin mais qui ne parle du mur que ses coreligionnaire ont construit en Palestine, enfin...si ça n'était que ça)

hotchiwawa a dit…

C'est du racisme!

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.