lundi 23 juin 2014

Au secours ! Des savants veulent donner des ailes au virus de la grippe espagnole


Des chercheurs, dirigés par Yoshihiro Kawaoka de l’université du Wisconsin à Madison, ont génétiquement modifié un virus ressemblant à celui de la grippe espagnole, composé de segments de virus de la grippe aviaire et qu’ils prétendent être encore plus pathogène que l’original (qui a tué 50 millions de personnes).



Le Pr Kawaoka affirme que le travail de son équipe est essentiel, car il permet aux scientifiques d’avoir une longueur d’avance sur la compréhension des virus qui pourraient un jour poser un risque grave pour la population mondiale. Cette justification est bien loin de contenter la communauté scientifique.

La recette aviaire qui tue Les scientifiques de l’université du Wisconsin à Madison ont utilisé une technique appelée la génétique inverse pour construire le virus à partir de fragments de grippe d’oiseau sauvage. Ils ont alors fait muter le virus pour le rendre aéroporté afin qu’il se propage plus facilement d’un animal à un autre.

Les Influenzavirus circulent librement dans les populations d’oiseau sauvage. La plupart se trouvent dans les poulets, les canards et d’autres oiseaux, mais de temps à autre des souches mutent dans une forme qui peut infecter des humains. La grippe aviaire H5N1 a tué au moins 386 personnes depuis 2003. On pense que la grippe espagnole de 1918 vient aussi des oiseaux.
Microscopie électronique en transmission du Virus Influenza A, type H5N1 (en doré).

Yoshihiro Kawaoka décrit dans son étude (Circulating Avian Influenza Viruses Closely Related to the 1918 Virus Have Pandemic Potential) comment son équipe a analysé différents virus de la grippe aviaire pour trouver des gènes de plusieurs souches qui étaient très similaires à ceux qui composaient le virus de la grippe humaine de 1918. Ils ont combiné les gènes de la grippe aviaire dans un seul et nouveau virus, engendrant un nouvel agent pathogène qui n’a que 3 % de différence avec la grippe espagnole de 1918.

Leur première version, qu’ils ont testée sur des souris et des furets, ne fonctionnait pas très bien. Le virus n’était pas aussi dangereux que celui de la grippe espagnole et ne se propageait pas dans la population des furets. Les chercheurs l’ont alors modifié et 7 mutations plus tard, le virus était bien plus dangereux et se répandait bien plus vite entre les animaux par le biais de minuscules gouttelettes d’eau, comme dans les cas de transmission de grippe chez l’humain.

Cette recherche est la dernière d’une série d’études controversées qui ont divisé la communauté scientifique. D’un côté, il y a les chercheurs qui créent de dangereux virus dans des laboratoires sécurisés avec l’espoir d’apprendre comment les souches pourraient muter pour devenir une menace potentielle pour les humains. D’autre part, il y a les scientifiques qui soutiennent que ce type de recherche fait peu ou rien visant à protéger les personnes, mais met plutôt la population mondiale en danger.

Bien sûr, ce sont ces derniers qui ont le plus de partisans. De plus, la chance qu’un virus très similaire à celui qu’ils étudient apparaisse dans la nature est extrêmement peu probable. Kawaoka affirme que son équipe en a pleinement conscience et que les mécanismes sous-jacents, qui rendent le virus si dangereux, sont plus importants pour la prévention des pandémies futures.

Parmi les nombreux virologistes, microbiologiste et autre spécialiste des maladies infectieuses à travers le monde, qui ont critiqué cette recherche, il y a, par exemple, Simon Wain-Hobson, virologiste à l’Institut Pasteur à Paris, qui a déclaré qu’il craignait que les gouvernements et les organismes de financement ne prennent les risques au sérieux qu’une fois l’accident arrivé.

C’est de la folie, de la folie. Il montre un profond manque de respect pour le processus de décision collective, dont nous avons toujours fait preuve dans la lutte contre les infections. Si la société, le profane intelligent, comprend ce qui se passe, ils diraient “What the F are you doing?” (P mais qu’est-ce que tu fais ??)

Et pour conclure, Il est à noter qu’une récente étude de l’université d’Harvard et de Yale a démontré que, si 10 laboratoires à travers les États-Unis conduisaient des recherches similaires, sur des souches hautement pathogènes (danger biologique de niveau 5), pendant 10 ans, il y aurait 20 % de chance d’une “fuite” dans la population.

http://www.gurumed.org/2014/06/16/science-sans-conscience-et-si-on-donnait-des-ailes-au-virus-qui-a-tu-50-millions-de-personne-en-1918/

4 commentaires:

Amaury Massalis a dit…

Une guerre d'élimination contre la population mondiale a donc commencé. Les humains devenus inutiles ne sont pas éliminés dans des camps de concentration, mais en leur supprimant progressivement l'accès à l'espace vital, à la nourriture, à la santé, à l'éducation, à l'information, et à l'énergie. L'envolée des prix alimentaires, la suppression ou la réduction des allocations-chômage, la baisse des retraites, le démantèlement des systèmes d'éducation et de santé publique, et la privatisation du marché de l'électricité sont autant de mesures récentes qui vont dans ce sens.

Les pauvres, les précaires et les exclus sont condamnés à une mort lente et discrète, par la misère, la malnutrition, la maladie, ou le suicide.

La population en excès pourra aussi être éliminée par des épidémies (dissémination délibérée de virus dans l'air, l'eau ou l'alimentation industrielle) et par des guerres.
Source ; http://www.syti.net/GuerreSociale.html

Guillaume Boursier a dit…

Si un labo annonce publiquement l'avoir fait, on peut être sure que ça fait longtemps que les militaires l'ont déjà fait en secret.

Phil deFer a dit…

Je l'ai déjà dit: ce type d'info est exactement ce qui sera diffusé lorsque les grands troubles sociaux vont devenir incontrôlables par l'élite... Quel meilleur moyen pour faire rester la grande majorité des gens terrés chez eux qu'en les effrayant avec un virus hyper mortel... avéré ou imaginaire comme le H1N1....car les médias sauront montrer les images et diffuser les rumeurs qui font peur... fussent elles fictives comme c'est si souvent le cas désormais.

Utopia a dit…

Quel serait l intérêt pour les oligarchies de faire se terrer les gens chez eux ? Y aurait-il quelque chose que j ai mal compris?...

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.