dimanche 29 juin 2014

La blague du jour : La Shoah est un traumatisme héréditaire qui laisse une trace dans l'ADN

La bonne nouvelle, c'est que la repentance éternelle des non-juifs permet d'atténuer les symptômes.



Un article du Monde paru le 23 juin et repris un peu partout sur la toile nous explique sans trembler que le traumatisme de la Shoah se perpétuerait chez les descendants de rescapés. Et ceci non pas seulement via les « récits des parents », c’est-à-dire par le vécu, mais bien par l’inné, via une « empreinte biologique ».



L’affirmation se base sur une étude du Dr Rachel Yehuda, professeur en neurosciences à l’école de médecine du Mont Sinaï, parue dans l’American Journal of Psychatry. Voici l’idée générale : suite au traumatisme, les rescapés verraient leur niveau d’hormone du stress (cortisol) amoindri. Cette carence se transmettrait à leur progéniture, qui présenterait à son tour les mêmes prédispositions à la dépression et au syndrome de stress post-traumatique (SSPT) que les aïeux.

L’article, pour donner une ampleur moins spécifique aux rescapés de la Shoah (et pour donner le change ?), précise que ces recherches ont « prouvé » le même phénomène chez des femmes enceintes ayant vécu de près le 11 Septembre. Le Monde évoque aussi les populations palestiniennes et les Cambodgiens rescapés du génocide des Khmers rouges…

Cette étude n’est cependant en rien unique ; elle s’inscrit dans un domaine large de recherche, la transmission intergénérationnelle des traumatismes. Ces études s’appuient sur l’ « épigénétique », sans manquer de provoquer des débats au sein de la communauté scientifique.

Nous nous contenterons pour notre part d’interroger le désintéressement de certaines d’entre elles. L’une des scientifiques notables du milieu, Yael Danieli, avait elle aussi mené des études relatives à la transmission du traumatisme de la Shoah aux descendants, en s’aidant d’une bourse de 50 000 dollars débloquée grâce au soutien de la Conference on Jewish Material Claims Against Germany et de l’ADL (Anti-Defamation League).

Reste à savoir si nos organisations communautaires nationales auront l’audace de se servir des travaux de Rachel Yehuda pour réclamer des compensations de toutes sortes. Après tout, pourquoi pas : quand on a usé jusqu’à l’absurde la ficelle d’une prétendue transmissibilité de la culpabilité, on n’est plus à ça près.

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Vers-une-justification-scientifique-de-la-dette-eternelle-26340.html

6 commentaires:

Zangao a dit…

Mais qu'ils aillent se faire foutre ! Des peuples massacrés il y en a aussi loin que remonte l'histoire .

stjorre a dit…

lisez le talmud vos yeux s'ouvriront.

Teslambala Tesla a dit…

@ zangao
je te suis!

awas a dit…

Ils se font de moins en moins d'amis et augmentent le nombres de leurs ennemis jour apres jour. Ce sont des imposteurs a tous les niveaus. Heureusement l'etau se resserre sur eux de plus en plus et ils ne font qu'ajouter a leur malheur final quand le monde se rendra compte de cette supercherie historique. Cancer de la societe.

Zangao a dit…

Combien de tribus indienne déportées, affamées, trahies, massacrées ? Pour autant commémorent on cela ? Non, on attribue leurs noms à des machines de guerre !!!!

leon alastray a dit…

amies internautes @ awas ps... le seul énnemi de ces laches est la lumiere car toujours dans l hombre leurs sbires agissent pour eux .. donc voila leurs devise .... si tes énnemies sont plus nombreux que toi et bien sache diviser leurs rangs pour diminué la menace

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.