vendredi 6 juin 2014

L'éveil selon Stephen Jourdain


Présentation :

Stephen Jourdain commence sa production littéraire à partir d'une expérience d'éveil spirituel qu'il dit avoir eue à l'âge de 16 ans.
Le thème principal de ses ouvrages gravite autour de ce qu'il appelle un geste intérieur qu'il nomme également « l'éveil » :

« Je suis resté une heure ou deux éveillé, dans l’obscurité, œuvrant « l’éveil », grattant l’allumette et provoquant la flamme - qui était une même chose que le geste par lequel je la faisais brûler - et jouant un peu avec cela, je crois, avec émerveillement. Le lendemain matin, ma première pensée a été « l’éveil », et savais-je toujours faire le geste ? J’ai découvert que oui, je savais, que cette chose miraculeuse était toujours là, et qu’elle serait présente jusqu’à ma mort, car je n’oublierai jamais le geste. »[6]

Ce témoignage se présente donc également comme un enseignement, selon l'écrivain Roger Quesnoy qui le qualifiait d'« Indiana Jones de la traque métaphysique » :

(Wikipédia)

Charles Antoni : Un éveil brusque peut-il survenir sans suivre un enseignement ?

Stephen Jourdain : En théorie tout le monde peut, à tout instant, s’éveiller. Si on retient cette terminologie, il semblerait que l’éveil spontané soit rare. Mais il est vrai que l’Eveil recherché et trouvé est rare également. C’est extraordinairement facile quand on sait faire le geste, (très, très facile, lumineux !), mais très difficile à mettre en place ; il y a un truc !

C’est vrai qu’il y a un truc ! Quand on est petit et qu’on apprend à monter à bicyclette, on se dit que c’est impossible, qu’on ne tiendra jamais sur ce truc-là, impossible ! Et puis on essaie, on se casse la gueule un certain nombre de fois, et tout d’un coup on part sur son vélo. On a appris, on a compris. On ne sait pas expliquer ce que l’on a compris, c’est très difficile mais, tout à coup, on sait monter à vélo.

Là, on sait monter à Dieu, on sait monter à l’Eveil ; c’est pareil ; il y a un truc. Le tout est de donner le truc, ce n’est pas vraiment évident.

Comment le donner et surtout comment le recevoir ?

La réponse, tout à fait classique, c’est de vous suggérer de retourner votre question, de vous en servir comme d’un instrument pour prendre appui en vous et reculer dans ce que vous êtes. La réponse à une question n’est jamais au bout du doigt de la question, elle est exactement de l’autre côté. Il n’y a pas de réponse de type intellectuel, il n’y a que des réponses existentielles. Et l’existence, cette existence qu’on veut atteindre est l’origine de la question ; il faut donc s’intéresser à l’origine de la question plutôt qu’aux supputations qui se trouvent en aval.

Tu as dit par ailleurs qu’il est important d’être un bon rêveur. Est-ce quelque chose qui procède d’une imagination fertile ? D’une faculté à rêver ? Ou est-ce au-delà du rêve ?

C’est vrai qu’il est important, selon l’expression que j’emploie, de dormir « droitement ». Dormir « droitement », cela impliquerait de n’avoir aucun souci d’Eveil. Il faut y aller… mais il ne faut pas en faire un objet de recherche. La plupart de ces personnes qu’on appelle « chercheurs spirituels » – il n’y a plus que des chercheurs, tout le monde cherche – cela serait un acte de sagesse de leur part, d’abord de ne pas dramatiser, de ne pas aller vers quelque chose. Parce que si on va vers quelque chose, on va forcément aller vers un appât, un gros objet, un monument. Il faudrait procéder très simplement. Il y a toutes sortes de choses qu’on peut essayer de faire, des choses très simples, qui relèvent plus de l’hygiène que de l’étude spirituelle, des choses que nous devrions tous pratiquer, toutes ces choses qui tendent à faire de nous un être vivant. C’est ça : au moins être vivant !

Il s’agit de trucs très simples, de recettes très simples. Ne pas se mentir à soi-même, toujours être parfaitement clair. Mentir aux autres, faire toutes les « saloperies » qu’on a envie de faire dans l’existence, mais ne jamais se les cacher à soi-même. C’est une mesure d’hygiène élémentaire mais il semblerait qu’elle ne soit pas toujours appliquée. Après ça, essayer de se dégager des préjugés d’ordre social. Et puis des préjugés plus importants, métaphysiques. Nous sommes des colliers de préjugés. Moi je n’ai rien contre les préjugés, ni contre quoi que ce soit, je ne fais le procès d’absolument rien, mais encore faut-il que ces préjugés ne nous réduisent pas à leur malheureuse teneur intellectuelle. Or, en général, nous ne sommes qu’un paquet de préjugés : il faut s’en décoller, prendre un peu de recul. Je fais cette suggestion, très simple, que chacun devrait tous les jours, 5 minutes pas plus, avoir un cahier où noter ses préjugés. Il n’est jamais trop tard pour bien faire, même un moribond a intérêt à entreprendre ce type de travail. Je pense que si on arrive à faire cela, ne pas se mentir à soi-même et constamment faire l’inventaire de ses propres préjugés, (par exemple qu’il faut absolument atteindre l’Eveil), on prendra de la distance.

Mais une distance qui ne sera pas suspecte, qui ne sera pas celle de l’introspection. On ne s’examinera pas avec celle de l’introspection. On ne s’examinera pas avec une paire de jumelles, simplement on décodera. Dans l’état habituel on est collé ; on ne va pas parler d’adhésion mais d’adhérence, au sens chirurgical du terme, « collé ». Nous avons nos attributs, nos déterminations parmi lesquelles nos préjugés et nous y sommes collés. Nous sommes comme des légumes qui attachent au fond d’une casserole : il faut absolument libérer les malheureux légumes ou le malheureux fond de la casserole. Petite mesure d’hygiène ! Normalement si on fait cela, on doit être payé en gain de vie, on doit sentir rapidement qu’on est vivant. Mais on risque d’être atterré en se rendant compte qu’on était mort depuis trente ans !

Il y a une petite chance pour que l’enfance revienne, que la vie frémisse à nouveau en nous. A partir de là on est digne du nom d’être humain. C’est déjà très bien, c’est l’essentiel. Et si par la suite, on a envie de creuser cette intériorité qui a été remise en place, creuser ce mystère dont le sens a émergé à nouveau, eh bien, on ira joyeusement ! Pas parce que untel l’a dit mais parce que c’est l’appel de la vie. Parce que c’est passionnant et amusant. A partir de là on pourra éventuellement essayer d’accomplir certains actes spécifiques, on pourra essayer de s’éveiller, de se taper sur l’épaule pour tout d’un coup se redresser en soi-même, les yeux grands ouverts alors qu’on croyait être en train de veiller…

Ce qu’il est important de dire c’est que, dans le fond, l’Eveil c’est gai, ce n’est pas triste, c’est vivant. Et c’est désobéissant, ce n’est pas bien-pensant du tout.

C’est une bonne nouvelle !

Mais attention, il est des désobéissances convenues ; il faut beaucoup s’en méfier ! En fait, ce n’est ni bien ni mal pensant. Je ne veux pas dire que ce n’est pas pensant du tout, mais c’est un cri de vie qui fout en l’air, balance en l’air toutes sortes d’idoles lamentables. L’Eveil, d’une certaine façon, est une extraordinaire entreprise de déboulonnage des idoles qu’on a plantées en soi. Mais ceci se fait dans la liesse, la joie et non pas dans la tristesse et la componction.


Éditions Charles Antoni - L'Originel


















Voir également :


10 commentaires:

Amaury Massalis a dit…

Stephen Jourdain dit : "Mentir aux autres, faire toutes les « saloperies » qu’on a envie de faire dans l’existence, mais ne jamais se les cacher à soi-même. C’est une mesure d’hygiène élémentaire mais il semblerait qu’elle ne soit pas toujours appliquée."
.../...
"A partir de là on pourra éventuellement essayer d’accomplir certains actes spécifiques, on pourra essayer de s’éveiller, de se taper sur l’épaule pour tout d’un coup se redresser en soi-même, les yeux grands ouverts alors qu’on croyait être en train de veiller…"

Ce genre de propos me laisse pantois. Cette lucidité ne suffit pas, il faut tendre vers le Bien, le Bon et le Beau.
Comme je l'ai dit dans un post précédent, il faut vider sa coupe d’impuretés, transformer ses métaux vils en or, ses défauts en qualités, chercher à n’être rien, il faut s’abaisser, se rendre humble, pour être élevé, car on ne peut pas s’élever par soi même : on est élevé.
Lorsque votre « maison » sera prête, lorsque votre « coupe » sera débarrassée de toute impureté, alors seulement l’Esprit Saint descendra en vous y faire sa demeure et alors seulement vous serez élevé.
Le danger est de chercher à "s'éveiller" à se désincarner, à tenter de gagner ou "regagner" un paradis ou un monde éthéré, à chercher à se désincarner.

Anju Thongsamay a dit…

@ Amaury...il y a beaucoup de " il faut " chez toi... cest dommage

Amaury Massalis a dit…

Anju Thongsamay a dit…
@ Amaury...il y a beaucoup de " il faut " chez toi... c'est dommage

Très juste, je devrais employer le conditionnel, car toute réussite est conditionnée par efforts que l'on est capable de produire.

francis colin a dit…

Ce que tu affirmes, Amaury, est parfaitement clair, cohérent, simple et facile à faire. Il suffit d'avoir la volonté de se perfectionner, de tendre vers le plus petit dénominateur commun de la beauté, de la bonté, de la sincérité, de la vérité, de l'humilité, de l'intégrité, dans la sobriété heureuse, et j'en oublie. C'est le but de chaque matin, au réveil, en commençant la journée qui ne nécessitera que quelques corrections. Bien que toujours imparfait, après plus de vingts ans de ce "yoga" de la perfection de sois, je vois tout de même le changement. Ne jamais se tromper sois même, être toujours prêt à l'autocritque ou à l'examen de conscience, transmettre cette attitude à ses enfants est, je crois, le seul acte "politique" qui ne soit, au jour d'aujourd'hui, pas vain. Encore faut-il avoir pris conscience de la necessité et de l'urgence. Mais lorsque nous serons plus nombreux que les repus auto-satisfaits nous serons la masse critique qui fera basculer notre monde vers la Beauté. Nous n'avons rien d'autre à faire que de prendre la bonne décision et de s'y tenir. Le Saint Esprit pour certains, la Conscience pour d'autres, ne tarde pas à accomplir grande partie du travail pour peu que l'on démontre un peu de courage et de sincérité.

4Graal7 a dit…

L'Éveil de l'esprit et la fin de la domination de l'intellect !

Bienvenu dans Le Règne de Milles Ans !

Amaury , c'est après " être lucide " qu'on commence à développer la bonté et la beauté , pas avant quand on est sous l'emprise de notre intellect qui est lui-même limité à la matière dense ............... Beauté et Bonté c'est des états que seule l'esprit ( notre noyaux ) peut développer et cela , comme par hasard , n'est pas de matière mais bien une état d’âme .............. avec la lucidité ça devient de plus en plus évident .

Tom Baro a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
hotchiwawa a dit…

Ce lien mériterait d'être un article à lui seul car il est plein de sagesse.
http://galaxie109.canalblog.com/archives/2014/06/07/30028549.html
Entrer dans le nouveau ciel avec Omraam Mikhaël Aïvanhov.

hotchiwawa a dit…

Le travail commence avec de petites choses.
Ne cherchez pas à soulever des montagnes.
Votre changement sera observé chez d'autres et ainsi de suite...
Restez vous mêmes, vous l'êtes déjà mais l'avez oublié.
Peace.

Déïyes a dit…

Je reprends la même phrase : "Mentir aux autres, faire toutes les « saloperies » qu’on a envie de faire dans l’existence, mais ne jamais se les cacher à soi-même."
Et c'est là que l'on a compris ! Quel type "d'éveil" obtient-il ce monsieur ?
On trouve, dans ce texte sur fond jaune 90% de bon et les fameux 10% mensongés. Oui, alors ? Me direz-vous. Il l'annonce tout de suite : mentir aux autres c'est permis ! ET BIEN NON !!! Ce n'est pas permis pour atteindre le véritable "éveil". Donc, je me demande alors, "quel type d'éveil atteint-il?" C'est vrai que la réponse, nous dit-il, est en aval de la question (manière bien élégante de s'esquiver n'est-ce pas ?)
En tous cas, cet article donne matière à réfléchir ...

Amaury Massalis a dit…

4Graal7 a dit… : L'Éveil de l'esprit et la fin de la domination de l'intellect !

Bienvenu dans Le Règne de Milles Ans !

Amaury , c'est après " être lucide " qu'on commence à développer la bonté et la beauté , pas avant quand on est sous l'emprise de notre intellect qui est lui-même limité à la matière dense
_____
Ce n'est pas si simple, il n'est pas nécessaire (et même contre productif) d'attendre d'être lucide. C'est une affaire de tous les instants tous les jours. Les actions sur la matière première sont : Rectification, purification et sublimation.
C'est aussi le fameux INRI, mais les sentences alchimiques doivent être complétées. INRI = Iesvs Nazarenvs Rex Ivdeorvm (Jesus Nazaréen Roi des Juifs) mais aussi Igne Natura Renovatur Integre (la Nature est renouvelé par le Feu) cette dernière sentence une fois complétée donne : La Nature Humaine est renouvelée par le feu de l'Esprit. Ici le feu est l'Amour, grand moteur de la création, qui agit en l'Humain et jusque dans la matière : attraction céleste mais aussi faible et forte, etc.

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.