mercredi 18 juin 2014

L’Irak est mort, le califat est de retour


Près de trois ans après le départ des troupes américaines, l’Irak est plus que jamais menacé d’implosion. L’Etat islamique en Irak et au Levant a déjà, du moins symboliquement, effacé la ­frontière avec la Syrie.



L’histoire ne se répète pas. Elle se venge dans l’ancienne Mésopotamie. L’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), un mouvement sunnite dérivé d’Al Qaida qui s’est emparé le 10 juin dernier de Mossoul, une ville de 2 millions d’habitants au nord de l’Irak, puis d’une série de villes en se rapprochant de Bagdad, s’est fixé comme objectif de rétablir un califat, à cheval entre l’Irak et la Syrie et d’instaurer la charia sur un territoire allant de la Méditerranée à la frontière iranienne.

Du moins dans un premier temps. Car, comme le fait remarquer Myriam Benraad, responsable du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord du think tank ECFR (European Council on Foreign Relations), un califat calqué sur celui des Omeyyades (661-750) a vocation à établir son contrôle politique sur l’ensemble du monde musulman. « Ce qui, en d’autres termes, signifie se débarrasser des chiites » (l’autre branche de l’islam majoritaire en Irak et rivale des sunnites).

La première conséquence de cette avancée foudroyante est – symboliquement du moins – d’effacer les frontières tracées par les puissances coloniales, française et britannique, après la Première Guerre mondiale. Deux puissances qui se partageaient les « dépouilles » de l’Empire ottoman en obtenant un mandat pour le Royaume-Uni sur l’Irak et la Palestine, et un autre pour la France sur la Syrie et le Liban.

L’EIIL, « daech » selon l’acronyme en arabe, est en fait né en 2006 en Irak, en pleine occupation américaine, en fédérant différents groupes djihadistes et des tribus sunnites. L’organisation s’est lancée ensuite en Syrie où elle se heurte actuellement à de fortes résistances, notamment de groupes sunnites rivaux comme le Front Al Nosra, mais aussi aux forces de Bachar Al Assad soutenues par le Hezbollah libanais.

A ce jour l’EILL qui a ajouté à son nom initial « Levant » (pour Grande Syrie), regroupe quelques milliers de combattants (environ 6.000 en Irak et de 3.000 à 5.000 en Syrie, dont plusieurs milliers d’étrangers, notamment des Français). Il exerce son contrôle – ou du moins s’est implanté – sur des zones allant de Falloujah à Mossoul, en s’enfonçant jusqu’à Alep en Syrie.

Et cette présence pourrait ne pas être qu’éphémère, en dépit de vraisemblables réactions de la population aux terribles exactions commises par le groupe dirigé depuis 2010 par le très discret Abu Bakr Al Bagdadi. Pour Myriam Benraad, leur présence n’a d’ailleurs pas commencé cette année mais remonte à 2006, dans la province sunnite d’Al Anbar.

Certes, l’Etat islamique est considéré comme un mouvement terroriste par Bagdad, Washington et presque toutes les capitales du globe. Mais il parvient à monopoliser la contrebande pétrolière et à prélever des impôts sur les populations locales. Il a aussi largement bénéficié de la réaction des populations sunnites, excédées par la politique d’exclusion menée à leur égard par le gouvernement du Premier ministre chiite Nouri Al Maliki.

Près de trois ans après le retrait des dernières troupes américaines d’Irak, il s’agit là d’une autre vengeance de l’histoire. Contre les ambitions américaines, celles-là. Après la chute en 2003 de Saddam Hussein qui s’appuyait sur la minorité sunnite dont il était issu, les autorités d’occupation américaines ont misé sur les chiites, majoritaires, et les Kurdes au nord, avec comme idée que ces deux communautés avaient été victimes de la minorité sunnite et du régime dictatorial.

Ces deux communautés, selon Myriam Benraad, devaient être les garants de la démocratie aux yeux des Américains. En lançant ses troupes à l’assaut de l’Irak, sous le faux prétexte de la présence d’armes de destruction massive, George W. Bush proclamait vouloir y établir une démocratie exemplaire pour le reste du Moyen-Orient.

Dans leur aveuglement, les Américains ont lancé une politique de « débaasification » pour chasser de l’administration les membres du parti Baas de Saddam Hussein. Cette erreur, qui a plongé le pays dans le chaos, n’a pas été la seule. L’administrateur américain Paul Bremer a par ailleurs dissous en mai 2003 l’armée, dont on retrouve des soldats dans les rangs de l’EIIL. La formation d’une nouvelle armée irakienne a été un autre échec. Elle est aujourd’hui incapable de maintenir ses positions devant l’avancée des combattants islamistes, abandonnant des armements dans sa fuite, comme à Mossoul.

Aujourd’hui, l’Irak est plus que jamais menacé d’implosion. Au Nord, les Kurdes (environ 7 millions sur 36 millions d’Irakiens) ont poursuivi leur marche vers plus d’autonomie. A peine Mossoul tombé, les peshmergas, les milices kurdes, se sont emparés de Kirkouk sans coup férir, marquant leur territoire dans cette ville que se disputent la Région autonome kurde et Bagdad.

Et l’histoire n’est pas terminée. Comme ce fut le cas sous l’occupation américaine, l’Irak est aujourd’hui menacé d’une guerre civile. Le grand ayatollah chiite Ali Sistani a appelé les Irakiens à prendre les armes pour résister à l’offensive des milices sunnites. L’ultime vengeance de l’histoire est de faire de l’Iran chiite un allié désormais objectif des Etats-Unis face à la montée des périls sunnites. Certes il ne peut – encore – s’agir que d’un rapprochement de façade. Mais les Etats-Unis ont déjà, grâce à George W. Bush et à sa guerre en Irak, supprimé le pire ennemi de l’Iran – Saddam Hussein. L’offensive de l’Etat islamique marque en tout cas la fin d’une forme de nationalisme arabe et le grand retour de la Fitna, la guerre au sein de l’islam…

Jacques Hubert-Rodier

http://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/0203570844398-lirak-et-la-vengeance-de-lhistoire-le-retour-du-califat-1013860.php

14 commentaires:

hunter a dit…

@Ror

Salut Rorschach, sur l'un de tes articles, si je me souviens bien, tu avais dit que le Mehdi doit sortir vers 2018, je suis d'accord avec cette date, et je crois que c'est cette armée (daech) dont le prophète de l'islam avait parlé : disant qu'elle sera engloutie dans les terre lorsqu'elle viendra du levant pour combattre le Mehdi. j'ajouterai aussi que je suis convaincu que la fin d’Israël c'est 2022 (plusieurs preuves et qui concordent toutes vers la même date ;)

bonne journée à tous :D

hunter a dit…

par ailleurs, il est clair que ces terroristes travaillent pour le compte des USA, même s'ils ne s'en rendent pas compte, ou du moins par le passé. je reste tout de même perplexe à l'idée que les ricains veulent s'engager à nouveau en irak. la seule explication que je trouve c'est que les terroristes ne sont plus sous contrôle et que les USA veulent que le désordre continue. ni bagdad gagne ni les terroristes !!!

Rorschach a dit…

@ hunter

J'ai indiqué 3 ans et demi avant 2018/2019 et si tu est un lecteur attentif du blog, j'ai même indiqué l'endroit où cette armée va se faire engloutir.

carthago75018 a dit…

Salut Ror,

peux tu poster le lien de ton analyse concernant l endroit ou l armee va etre englouti.

Merci

Rorschach a dit…

Il ne s'agissait pas d'une analyse, c'était juste un indice que j'avais laissé en entête d'un article,
D'ailleurs tout le blog est un jeu de piste qui incite à un travail de réflexion personnel.

hunter a dit…

@ror
avant même que je ne connaisse ton blogue, je savais depuis mon enfance, d’après les Hadiths de Mohamed (PSL) qu'elle sera engloutie dans le désert de la Médine (en Arabie saoudite), et depuis 6 ans je suis persuadé jour après jour que la fin d’Israël est vers 2022 ( juste 6 ans car je suis un peu jeune :p mais dévoué à trouver quelques vérités). alors quel est l'endroit selon toi ??

hunter a dit…

@Ror
tout de même je salut tes efforts pour éveiller les gens. je suis d'accord avec ce que tu avance très souvent, c'est pourquoi je passe de temps à autre voir ce que tu fais ;) paix sur toi

Rorschach a dit…

Arabie séoudite

Phil deFer a dit…

En sommes, tu es une sorte de d'Alencourt laïque...:-)))

jalil nael a dit…

salam, salut a tous, l'armée qui combattra le mahdi, sera engloutis dans le désert entre Medine et Mecca une region qui s'appelle Bidâ. on sait aussi qu'avant la sortie du mahdi, un roi mourra et 3 émirs se feront la guerre pour le trône, et c'est pendant cette périodes de troubles que la mahdi sortira, beaucoup pensent que le roi dont il s'agit est l'actuel souverain de l'arabie, dont la capitale Riadh se trouve dans la région du najd, que l'envoyé de Dieu, mohammed sala alih wa salam n'a pas voulu bénir, en disant "c'est de cette région que sortira QARNE echatayne" le mot QARN ne fait pas l'unanimité certain pensent a qarne qui veut dire siécle, donc le siècle de satan, d'autres ulemas pensent a qarne la corne, d'ou al corne du diable.

ps : en utilisant le correcteur google, en cliqiant sur le mot satan en minuscule, google vous propose la correction en majuscule :))
c'est peut etre rien, mais ça m'a fais sourire :)
salam a tous, salutations

Rorschach a dit…

Les révoltes arabes constituent à elles seules un signe eschatologique, celui de la fin de l'ère des tyrans (ce sujet mériterait un article).

Quand au Mahdi, il apparaitra au moment où la lune sera divisée mais il ne sera reconnu comme tel qu'à la Mecque après la mort d'un calife (ou d'un roi ).

En conclusion, après les révoltes arabes, il ne manque plus que l'instauration d'un pseudo califat au tableau final de la fin des temps et c'est ce à quoi on est en train d'assister.

Rorschach a dit…

@ Phil deFer

Je trouve que ta comparaison est offensante. Les types qui suivent ce Dalencourt me font penser aux amateurs de jeux de rôles ou de Cosplay. À partir de rien, ils s'inventent une réalité où leur idole Jésus est censé revenir à la fin de la semaine prochaine.

Cette idée doit leur procurer une certaine jouissance puisque après chaque échéance, ils repartent joyeusement dans un nouveau délire.

Pour eux, le concept de fin des temps est juste un jeu destiné à justifier une forme de masturbation mentale.

Sur ce blog, je me base sur des faits (les divers cataclysmes de notre époque), les mythes, la culture et les données religieuses et je les recoupe pour dresser un tableau d'ensemble.

Et jusqu'à présent, mis à part quelques minuscules ajustements, l'hypothèse de la planète X s'est vérifiée à de nombreuses reprises. À la différence des autres, moi je ne joue pas et j'attends la même chose de mes lecteurs.

mouhamet fall a dit…

Salam a tous
L’apparition de l’imam Al mahdi sera un miracle et événement mondial.
Il sortira sous terre après une éclipse solaire de 3 jours le soleil ce lèvera a l’ouest et ce couchera a l’est.
L’imam Al mahdi est le Daba Ardi dans la sourate 27 v82.
Les gens parlent du Mahdi sans savoir sa puissance et la grandeur de sa mission.
Quand L’Imam Al mahdi fera sont apparition il réglera et jugera les musulmanes avant la descente de Issa sur terre.
L’imam al mahdi ne fera pas de guerre il réglera tout les conflits du monde.
Il sera la 5 eme personne a gouverné le monde entier.
Wa Salam

eveil femto a dit…

L heure approche

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.