samedi 26 juillet 2014

La presse française censure 95 % des commentaires sur l'offensive contre Gaza.

La preuve indéniable que ce sont les sionistes qui alimentent le climat de haine.
 

 (Article tiré d'un média sioniste)

Depuis le début de l'opération israélienne à Gaza, les modérateurs de sites Internet ont étés contraints de censurer 95% des commentaires formulés par les utilisateurs français.

Alors que la guerre fait rage en Israël, avec l'opération "bordure protectrice" qui rentre dans sa troisième semaine, la guerre en ligne continue de s'intensifier.

La France, en particulier, a vu quelques unes des pires manifestations et de la violence pour condamner l'offensive israélienne sur Gaza. Les manifestants anti-Israéliens ont passé la semaine dernière à protester tentant de de pénétrer dans deux synagogues parisiennes et de vandaliser une boucherie cashére.

Alors que l'antisémitisme en France a été un problème croissant pour ses citoyens juifs, cette année a vu la plus grande émigration de juifs français vers Israël.

Si les bulletins d'information ne suffisent pas à confirmer ce qui se passe là-bas, les forums en ligne et les discours de haine le sont certainement avec des commentateurs qui attaquent sans relâche d'Israël dans ce qui semble être une très forte polarisation contre l'Etat juif.

Selon un nouveau rapport de l'AFP, depuis que l'opération bordure protectrice a débuté il y a deux semaines et demi causant la mort de plus de 600 Palestiniens et des dizaines de soldats de Tsahal, cette vague de haine en ligne a augmenté de façon significative dans un pays qui se vante d'abriter à la fois les plus importantes communautés juives et musulmanes d' Europe de l'Ouest.

« Dès que vous parlez d’Israël, cela cristallise toutes les passions, avec jusqu’à 20 ou 30,000 commentaires sous un même article. Et souvent vous êtes obligé de supprimer 90 ou 95% des commentaires » explique David Corchia, le directeur d’une société de modération de commentaires en charge du Figaro et de Libération

Selon Corchia, hors temps de guerre, entre 25% et 40% des commentaires publiés sous les articles parlant d’Israël sont effacés pour antisémitisme, racisme ou parce qu’ils sont discriminatoires.
 «Actuellement, il y a trois fois plus de commentaires que d’habitude, tous liés au conflit israélo-palestinien », a ajouté Jeremie Mani, directeur de Netino, une autre société de modération.

«Nous voyons des messages racistes ou antisémites, très violents, qui ont également pour but de viser des politiciens et les médias, parfois en donnant les coordonnées de journalistes, » a t-il ajouté. « Ce contenu nauséabond est propre à ce conflit. La guerre en Syrie ne déclenche pas ce genre de commentaires. »

En ce qui concerne la guerre entre les Israéliens et le Hamas, cependant, Corchia note que 95% des commentaires en ligne effectués par les utilisateurs français sont enlevés.

Jeremie Mani fait observer que "sans modération, ces messages de haine envahiraient tout, en particulier à cause du fait  qu'ils se reproduisent rapidement."

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4549369,00.html

Traduction :
http://leschroniquesderorschach.blogspot.com/

2 commentaires:

valerie dewonck a dit…

Il n'y a pas qu'elle. LOL

L'anthroposophe Rosicrucien a dit…

Quand le commun des mortels saura que que une puissante entité du nom de "Ahasverus" contrôle Israël, je pense que l'on pourra avancer dans la compréhension de ce conflit ! De nombreux ésotériste ont mis en exergue cette réalité depuis le début siècle, je pense notamment à Joël Labruyère qui grâce à un procédé que Rudolf Steiner appelle la clairvoyance imaginative ou consciente à pu comprendre cette réalité.
Pour ceux qui souhaitent lire cette article de Joël Labruyère :
http://anthroposophie-steiner.blogspot.com/2014/07/2012et-puis-apres.html
Pour ceux qui souhaitent approfondir :
http://anthroposophie-steiner.blogspot.com/2014/07/dialogue-avec-les-immortels-les-plus_2066.html

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.