dimanche 17 août 2014

80 usines israéliennes sont menacées de fermeture suite au boycott européen

L'étau se resserre, même l'union européenne boycotte Israël !

Le journal hébreu Maariv, dans son numéro du vendredi, a déclaré que 80 usines israéliennes spécialisées dans la fabrication de produits laitiers sont menacées de fermer définitivement le mois prochain suite à la décision européenne qui interdit l’importation de produits laitiers qui proviennent des colonies israéliennes.


Cette décision intervient suite à une précédente qui a été prise en début d’année : marquer tous les produits en direction de l’Europe qui proviennent des colonies israéliennes qui ont été construites sur les territoires occupés de Cisjordanie.

Selon le journal, le directeur des produits animaliers dans le ministère de l’agriculture israélien a rappelé à toutes les usines concernées par cette décision l’importance du mois prochain car leurs exportations vers l’Union Européenne seront totalement suspendues. La décision ne concerne pas les produits laitiers israéliens fabriqués à l’intérieur de la zone verte.

L’Union Européenne avait annoncé en début d’année le boycott en marquant les produits provenant des colonies construites sur les territoires de Cisjordanie afin que la population européenne sache d’où proviennent les produits. Selon le journal, cette décision est une vraie claque pour le secteur des produits laitiers.

Même si les pertes n’excèdent pas 30 millions de dollars par an selon le journal israélien, la décision reste tout de même un bon début pour les décisions futures qui interdiront de façon durable l’importation d’un quelconque produit qui provient d’une colonie israélienne.

Le chercheur en économie israélienne, Mouhanad Aaql, considère que cette dernière décision européenne est « la plus courageuse décision depuis l’annonce du boycott de tout produit, service ou activité qui proviennent des colonies israéliennes »

Lors d’une communication avec l’agence Anadol, Aaql ajoute que « en plus de la possibilité de fermeture des 80 usines de produits laitiers, des dizaines de lignes de production différentes qui fonctionnent dans les colonies attendent l’avenir de leurs exportations vers l’Europe »

Selon Aaql, cette décision poussera les hommes d’affaires et les investisseurs concernés à faire pression sur leur gouvernement pour trouver des solutions rapides avec les palestiniens afin que l’Union Européenne revienne sur ses dernières décisions.

Yair Lapid, le ministre des finances dans le gouvernement israélien a déclaré plus tôt cette année que la perte annuelle globale de l’économie israélienne s’élève à 20 milliards de dollars et que le marché perd près de 9980 emplois chaque année.

En décidant de boycotter les colonies israéliennes commercialement, économiquement, culturellement et académiquement, l’Union européenne s’est basée sur des lois internationales de la Haye qui datent de 2004. On avait alors jugé que les colonies israéliennes construites sur les terres de Cisjordanie ne sont pas légitimes et transgressent l’article 49 de la Convention de Genève qui interdit au pays occupant de peupler les zones occupées.

http://www.palestine-info.cc

3 commentaires:

tono tony a dit…


Très bonne nouvelle !

A ta liste précédente, Rorschach, je rajoute les 3 leaders du marché Halal en France

Isla Délice ……. Zaphir Herzog
Wassila ……….. Casino Naouri
Réghalal ………. LCD Lévy-Lambert

Et wé...en plus de nous vendre de la merde ( viande séparée mécaniquement) ils apposent des étiquettes "halal" à leur guise...Sans parler des multiples scandales de porc retrouvé dans ces charcuteries industrielles...

Une belle bande de raclures...

Perforator a dit…

République de bananes et de quenelles:
Michèle Alliot-Marie a, en 2010, par une simple circulaire, commis un attentat juridique d’une rare violence contre l’un des moyens les plus anciens et les plus efficaces de la contestation des Etats par les sociétés civiles, à savoir le boycott. Le 12 février, la Chancellerie a eu cette idée extraordinaire selon laquelle tout appel au boycott des produits d’un pays n’était qu’une «provocation publique à la discrimination envers une nation», punie d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende. Le ministère demande aux procureurs de la République d’assurer une répression «ferme et cohérente» de ces agissements.

Alexandre Keller a dit…

Si les croyants ne sont pas en mesure d'élever leur bétail, il vaut mieux qu'ils passent au végétarisme.
Plus de porc ni de viandes sacrifiées aux idoles.

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.