mardi 12 août 2014

Le générateur électrique de Tesla offert au monde



Le générateur électrique Tesla breveté le 2 janvier 1894 (patent 511 916) a été remis au goût du jour par un inventeur James Robitaille. Ce chercheur a déposé une trentaine de brevets relatifs à l’électronique, aux moteurs électriques, etc. Vous pouvez voir l’ensemble de ses brevets déposés sur http://patent.ipexl.com/inventor/ja.... Il semble donc bien que nous ayons affaire à un ingénieur inventeur qui non seulement comprend la technologie de Tesla mais est également en capacité de la reproduire, de l’adapter et de fournir une documentation gracieusement à tous ceux qui souhaitent construire leur propre générateur.
La philosophie de la diffusion de cette technologie est particulière. Dans un premier temps, il s’agissait de construire un prototype à partir du brevet de Tesla et d’en vérifier les performances. Ensuite, considérant que la commercialisation et l’industrialisation d’une telle technologie seraient bloquées, une documentation de 35 pages avec photos, fournisseurs, schémas, plans, brevet de Tesla, choix des matériaux, etc a été diffusée via le site Fix The World. En 24 heures, 20 000 personnes ont téléchargé ce manuel gratuit, une trentaine de pays à ce jour dispose de cette documentation pour reproduire cette technologie.

C’est donc bien dans l’esprit de rendre hommage à Nicolas Tesla, d’offrir au monde sa technologie et de faire un pied de nez à ceux qui bloquent ces avancées depuis un siècle, que cette opération non commerciale a été menée. Chapeau bas à Monsieur Robitaille et au site Fix the World (réparer le monde).


Générateur Tesla

Ce système permet de pomper l’énergie du vide quantique à un certain seuil de résonance et de produire 10 KW à 15 KW aussi bien en 110 volt que 220 volt. Robitaille propose une technologie Tesla accompagnée de quelques touches modernes. Au vu de la documentation diffusée gratuitement et mondialement, il apparaît que le choix de la robustesse et de la longévité technique soient au rendez-vous. Un générateur ainsi conçu devrait avoir une durée de vie d’un demi siècle. Si cette initiative se propage et porte les fruits attendus, nous sommes alors bien en face d’une révolution technologique majeure mondiale qui aurait du voir le jour il y a 120 ans.


Comment fonctionne ce générateur ?

Il lui faut une source d’alimentation de départ, telle qu’une batterie ou une manivelle pour alimenter le moteur et faire monter le tout en résonance. Ce moteur fait tourner le rotor dans le cœur du générateur. La configuration du circuit oscillatoire dans le cœur du générateur provoque la résonance. Une fois la résonance obtenue, ce système peut produire entre 10 et 15 KW de puissance. 1 KW est réadmis en entrée. Il est alors possible de débrancher le moteur de la source d’alimentation de démarrage. Nous sommes donc bien selon le brevet de Tesla en présence d’un générateur surnuméraire de 1000 à 1500%.


La guerre du dogme entropique :

Le principe d’entropie est systématiquement évoqué contre toute technologie dite surnuméraire, à savoir, qui produit plus d’énergie qu’elle n’en consomme. Le second principe de la thermodynamique interdit doctement une telle possibilité, tout allant de l’ordre vers le désordre. Or, il faut se rendre à l’évidence que des cas particuliers échappent à cette conception très académique. Il faut envisager une révision de cette conception en émettant l’idée de poly-entropie, voire de neg-entropie déjà observable avec les vortex par exemple. Pour l’aviation, quand l’Académie des sciences affirmait qu’un plus lourd que l’air ne volerait jamais, apparaissaient déjà les premiers avions. Face à la réalité, ce dogme académique s’éteignit. Il en sera de même si cette technologie Tesla se propage hors commercialisation à travers le monde. Devant l’évidence matérielle, il faut jeter les dogmes limitatifs et revoir sa copie en ouvrant une nouvelle ère.

Fabriquer des unités en France

Pour l’instant tout est à faire en France pour fabriquer hors commerce de tels générateurs. Il est nécessaire de regrouper un pôle qui comprend des traducteurs pour toute la documentation et communication en anglais, quelques ingénieurs qui comprennent le brevet de 1894 de Tesla, des professionnels maîtrisant un tour de micro mécanique, des ingénieurs en électromécanique. Il faudrait avoir une intendance qui permette de trouver des fournisseurs en Europe pour disposer des matériaux nécessaires à une telle réalisation, il faudrait une véritable solidarité de toute la presse alternative de notre pays pour suivre pas à pas ces développements et rendre public le plus largement possible une telle initiative.

Morphéus demeure structurellement trop modeste pour coordonner une telle démarche, mais déjà ce numéro est un appel en direction de la presse alternative pour qu’elle joue solidairement son rôle. Si des ingénieurs, tourneurs, fraiseurs, électromécaniciens, traducteurs, ou autres compétences veulent se rassembler bénévolement autour du projet que nous nommerons « Hommage à Tesla », écrivez à la rédaction de Morphéus. Nous ferons le bilan de toutes les compétences et moyens disponibles réunis d’ici septembre 2014.

Frédéric Morin

Morphéus n°64 juillet 2014

brevet Tesla 2 janvier 1894 et manuel technique de Robitaille

brevet_ Tesla_511 916

 manuel technique

http://www.morpheus.fr/spip.php?article295

18 commentaires:

Phil deFer a dit…

J'aimerai déjà voir un prototype qui fonctionne...

le pèlerin a dit…

Attandez quoi que... ? Est-ce qu'on serait enfin sur le point d'approcher de l'admission de l'énergie libre ? Au mon dieu mon coeur palpite !

Colibri RICpouruneAC a dit…

http://peswiki.com/index.php/Directory:Fix_the_World_Organization%27s_Quantum_Energy_Generator
Ce morphéus occulte de poster le coté commercial de l'histoire, le mec demandait de l'argent pour recevoir les plans et encore ces plans ne permettent pas de le construire.
Et il demande de l'argent pour le construire.
Pour résumé c'est une arnaque que morphéus entretient toujours 1an après.

Jean-Luc Assec a dit…

Mouais, vu les fameux plans, sommaires, à dessein aucun doute la -dessus car sur le site "fix the world" il est clairement notifié qu'il faut payer pour tout complément d'information... Situation bien paradoxale que la notre : Tesla s'en serait donné cœur-joie avec un outil de propagation du savoir puissant comme internet ! malheureusement l’appât du gain a, entre-temps, réussi à s'insinuer jusqu'aux plus profonds tréfonds de l'être humain...

Apprenti Sage a dit…

Salut
Les plans pour d'autres machine sont disponibles gratuitement, je ne sais pas s'il s'agit du même modèle toujours est-il que des plans de moteurs à énergie libre circulent sur la toile et sont très simples à mettre en pratique:
générateur sans carburant < le site et 1 recherche google vous amènera sur les plans.
Il y a l'effet Dumas aussi.

thorgari a dit…

Quelqu'un est près à mettre des fonds et monter un club pour faire un proto ? Je dis ça car j'ai toutes les machines d'usinage qu'il faut au taf, et même un service électrique avec oscillo et tout.

Teslambala Tesla a dit…

onfo ou intox,ror?perso j'y crois (d'ou mon surnom)mais je voudrais savoir si cela fonctionne reellement dans notre realité...

AsapAlhs a dit…

Franchement depuis le temps qu'on gaspille les ressources fossiles il serait temps de penser a une autre alternative et celle la est la bienvenue..
@thorgari moi ca pourrait m'interesser
ASAP

Anatole Patachon a dit…

Vu les plans, ça tient debout.
Mais il y a des détails à approfondir, et certainement des difficultés de réalisation "en France", où il y a longtemps qu'on ne fait plus rien, et où l'on pense que la technique, c'est sale...
Du côté des détails, je pense au refroidissement des bobinages, pour une machine qui va sortir une vingtaine d'ampères en continu: il lui faudra un ventilateur en bout d'arbre et des flasques ajourés pour la circulation d'air.
Il faut utiliser de la tôle d'acier au silicium ("à grains orientés") comme dans les transfos, pour découper les tranches du stator et du rotor et pour le découpage, il faut la précision d'une découpe au laser ou au jet d'eau.
Pour le bobinage, pas simple: il faut une bobineuse toroïdale, et ça ne se trouve pas sous le pas d'un cheval.(on peut oublier le bobinage à la main, trop de spires..)
Le reste n'est pas compliqué.
Qu'il y ait des gens qui propose la réalisation de cette machine tournante contre des dividendes ne me choque pas: il faut bien payer la main d'oeuvre et la matière, non ?
Vous ne voudriez tout de même pas que tout soit donné sans rien faire ?
Je vais peut-être en construire une, de ces machines, pour voir si ça marche.

Teslambala Tesla a dit…

merci pour ta reponse anatole,j'aimerais suivre l'evolution d'une construction,donc si tu veux bien me tenir au courant,merci.

Laurent a dit…

ça fait des années que l'on en parle sur le net, et jamais personne ne l'a fabriqué....

Phil deFer a dit…

Depuis le temps que les américains ont les plans de Tesla, si ça fonctionnait, ils auraient arrêté de s'emmm.... avec la technologie nucléaire, au moins pour leurs sous-marins et leurs porte-avions...
et puis, si ils pouvaient voir cette énergie gratuite quasi illimitée, pourquoi ils s'emm.... (encore une fois...) à dépenser des fortunes pour semer le bordel et essayer de contrôler tut le Moyen orient depuis plus de 70ans?
Car le jour où l'on saura se apsser du pétrole, le MO redeviendra ce qu'il a été pendant 3000ans: un désert pour les chameaux et ceux qui les montent.. (dans tous les sens du terme...)

Laurent a dit…

Phil, je ne crois pas non plus que ça fonctionne, mais pas avec les arguments que tu avance.

Un générateur tesla qui produit 15 ou 20 ampères, ça risque d'être un peu limite pour un porte avion ou un sous marin.

D'autre part, le pétrole est un excellent moyen d'asservissement, t'imagine si les rockfellers avaient été déposséder de toute perspectives de richesse, chaque personne se faisant son petit générateur et devenant totalement indépendant énergétiquement ???

C'est pour ça que ceux appelés les complotistes ont également accusé ces oligarque d'avoir saboté le travail de tesla

thorgari a dit…

@AsapAlhs : contacte moi sur cette adresse : ggiraud@stimatic.com

Yann Gompel a dit…

A ceux qui seraient tentez ,

Pensez bien à assurer vos arrières en cas de réussite...

C'est pas du complot , c'est juste une réalité Economique , sur 1 reportage que j'avais déjà donné en lien , on y apprenais que beaucoup d'inventeur travaillant sur ce genre de technologie ont eu quelques "Pépins" aprés leur découvertes qui donnaient "apparement" des résultats prometteurs.

Dans le reportage il parlait juste d'une somme comme 200 000 Milliard de Dollars de perte , si "subitement" ce genre de trouvaille commençait à faire mouche chez le particulier .

Je pense que çà vaut le coup d'essayer , qui ne tente rien , n'a rien . Et ce ne sont pas les Multinationales qui vont le faire à notre place^^ !

Anatole Patachon a dit…

@ Teslambala: Tesla était un visionnaire et certainement doué d'un esprit d'observation exceptionnel, et il avait mis en évidence le phénomène de résonance.

Le fameux brevet de Tesla mis en ligne ci-dessus décrit un générateur d'électricité utilisant ce phénomène, pour un mouvement linéaire: il utilise le même principe qu'un ressort assez souple muni nombreuses spires, auquel on suspend un poids et dont on monte et abaisse l'autre extrémité, comme un yoyo: Si la fréquence du mouvement est la bonne, l'amplitude du mouvement pour le poids est maximum;
On se retrouve ainsi avec un mouvement de la main d'une faible amplitude/énergie, transformé en mouvement de beaucoup plus grande amplitude/énergie sur le poids, du fait de la "résonance" du ressort: on dit qu'on a atteint la "fréquence de résonance du ressort".
Même principe qu'une troupe marchant au pas sur un pont: si elle marche à la bonne fréquence, (celle du pont) celui-ci part en vrille et s'écroule: On obtient un effet très grand avec un effort moteur très faible.

Le principe de Tesla est donc d'exploiter le phénomène de résonance pour faire marcher un générateur avec un rendement très supérieur à 1, comme pour les exemples ci-dessus: Une faible énergie est transformée en une autre plusieurs dizaines ou centaines de fois plus forte, au contraire de toutes les machines actuellement construites par l'Homme, qui s'approche du fameux rendement de "1" sans jamais pouvoir l'atteindre.

La machine construite et décrite sur les plans est une tentative de construction assez astucieuse d'un générateur rotatif cette fois, qui tente de mettre en résonance un circuit constitué des deux bobines rebouclées par la série de condensateurs, ce qui devrait se produire quand le rotor tournera à la bonne vitesse;
Le champ magnétique créé est utilisé pour induire un courant dans les deux autres bobines du stator, qui traverse également un second résonateur constitué d'une self à air et d'une capa en parallèle.
Nul doute qu'on doit en sortir à la fréquence dite une bonne dose d'énergie, qu'on doit pouvoir réutiliser partiellement pour faire tourner le moteur qui entraine le rotor sans plus utiliser l'alimentation électrique du secteur.

Maintenant il y a plusieurs points délicats à creuser:

Le "Miracle" doit se produire à une fréquence particulière, ni en-dessous, ni au-dessus. Je me demande comment ne pas faire "décrocher" au moment où l'on bascule le commutateur, qui nécessairement va provoquer un "hic" de la fréquence.

Par ailleurs, l'architecture de la machine me fait penser qu'il doit être possible d'utiliser une carcasse de moteur à cage, rebobinée correctement, et qui serait beaucoup plus précise au niveau des entrefers et de l'équilibrage que ce truc monté à la perceuse. Et puis honnêtement, il est plus facile d'acheter de la tôle d'acier au silicium par bobines de 10 tonnes que par feuilles de 1 m2...
Un moteur à cage moderne serait une bien meilleure base, et facile à rebobiner avec des machines très répandues.

C'est dans cette direction que je creuserais, si je devais m'y jeter.

Jean-Christophe Grillot a dit…

Réponse a Anatole Patachon sur:

"Le "Miracle" doit se produire à une fréquence particulière, ni en-dessous, ni au-dessus. Je me demande comment ne pas faire "décrocher" au moment où l'on bascule le commutateur, qui nécessairement va provoquer un "hic" de la fréquence."

Désolé je ne fais pas partie de la branche scientifique, donc désolé si je me trompe.

Au lieu d'un commutateur, pour quoi ne pas utiliser 2 variateurs électroniques de puissance et/ou de tension (comme sur les lampes, en plus perfectionner)
un sur l'énergie secteur, l'autre sur l'énergie Tesla
énergie secteur-->variateur-->générateur
énergie Tesla-->variateur-->générateur
utiliser de manière synchrone les 2 variateurs

Donc, le"hic" devrait être tellement minimiser que peut-être, pourrait ce stabiliser seul, ou justement ajouter un 3ème variateurs juste avant le générateur qui régulera le reste

01Deltafox182 a dit…

c'est intéressant ,il me semble que le moteur Minato au japon reponds aux mêmes critères non ??
en tout cas si en Europe ce générateur se développe il y a fort à parié que le risque de mort est grand. beaucoup de chercheurs sont mort après avoir mis au point des moteur révolutionnaire, merci et salutations

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.