dimanche 24 août 2014

Parole d'expert : le réchauffement climatique est capable de couler des bateaux et de faire tomber des avions du ciel

On aura tout entendu !



Les avions vont-ils tomber plus souvent du ciel et les bateaux sombrer plus facilement? Les épisodes polaires et caniculaires vont-ils se multiplier et s’intensifier? Réunis à Montréal jusqu’à ce jeudi, des experts ont en tout cas très sérieusement esquissé ce scénario digne de la science-fiction lors de la toute première Conférence scientifique publique mondiale sur la météorologie. Serge Planton, responsable de l’Unité de recherche climatique au Centre de recherche de Météo-France, se montre toutefois plus réservé.

Le réchauffement va avoir «un effet d’amplification sur le climat tel qu’on le connaît actuellement», selon les experts réunis à Montréal. A quoi faut-il s’attendre concrètement?

Ce qui est sûr, c’est qu’on peut s’attendre à un réchauffement, qui est la conséquence des émissions de gaz à effet de serre. De quelle amplitude? Cela dépend de nos activités futures, mais surtout de l’accumulation depuis le début de la révolution industrielle. D’ici à 2050, on estime le réchauffement de 0,5 degré au minimum, de 2,5 degrés au pire. A Montréal, les experts ont effectivement évoqué une intensification des épisodes de grand froid, à l’image du vortex polaire qui s’est abattu cet hiver sur une grande partie de l’Amérique du Nord, mais ce n’est qu’une hypothèse à confirmer. On a encore du mal à observer ce genre de phénomènes sur la durée et à les projeter dans le futur avec nos moyens actuels. En revanche, on a plus de certitudes sur les vagues de sécheresse et de chaleur qui seront, elles, plus intenses et plus longues. La France est concernée. Les résultats sont contradictoires pour ce qui est du nord du pays, mais la moitié sud, et en particulier le quart sud-est, devraient très probablement connaître des épisodes de sécheresse très sévères.

Il faut également s’attendre à davantage de catastrophes aériennes et maritimes, assurent les experts…

Il est difficile de prévoir ce genre de catastrophes. Ce type d’événements n’est pas accessible aux calculs climatologiques actuels. Il faudrait faire un ensemble de simulations sur plusieurs années pour y arriver. Quelles réactions pourraient produire les changements de masses d’air? On ne le sait pas encore. Idem pour les catastrophes en mer. Le Giec s’est montré prudent sur ce sujet. Nos moyens technologiques sont en permanence en retard par rapport aux phénomènes climatologiques. Aujourd’hui, on ne peut pas, par exemple, imputer un événement à des conséquences anthropiques. On peut simplement dire, a posteriori, que tel événement avait plus ou moins de chances de se produire. A la canicule de 2003 est ainsi attribué un facteur 2. En d’autres termes, elle avait deux fois plus de probabilité de se produire en raison des émissions d’origine humaine. A la vitesse à laquelle on avance, il faudra attendre 2020 pour avoir un modèle permettant d’analyser à l’échelle de la planète ce qu’on peut déjà faire à l’échelle de la France. Sans compter le temps qu’il faudra pour maîtriser la technologie et mener les recherches. Mais la puissance de calcul progresse. En dix ans, elle a par exemple été multipliée par 1.000 chez Météo France.

Que peut faire l’humanité pour anticiper d’éventuelles catastrophes environnementales?

Il n’est jamais trop tard pour changer nos modes de vie. Il est toujours bénéfique de limiter les émissions de gaz à effet de serre. L’amplitude des conséquences du réchauffement climatique en dépend un peu. Mais il faut aussi s’adapter au changement. A Montréal, les experts ont notamment évoqué la modification de l’urbanisme des villes. Cela peut consister notamment à augmenter la hauteur des digues aux Pays-Bas. Mais cela va au-delà de cela. En France, les autorités ont commencé à travailler sur l’impact d’éventuelles catastrophes et sur les mesures à prendre dans divers secteurs économiques. Par ailleurs, il faut améliorer la chaîne d’alerte, par exemple au moment des vagues de chaleur. On estime qu’après 2070, une canicule telle qu’on l’a connue en 2003 pourrait se produire environ une année sur deux. C’est pour cela que la carte de vigilance tient compte de la chaleur, et non plus seulement des tempêtes, depuis 2003.
http://www.20minutes.fr/planete/1431039-20140821-apocalypse-climatique-vagues-chaleur-secheresse-plus-longues-plus-intenses

4 commentaires:

Zangao a dit…

Il n'y a plus de prévention possible, ce qui est enclenché est irréversible, que ce soit du aux conséquences de l'activité humaine, ou pas. En cessant toute activité, nous verrions quand même ces phénomènes catastrophiques se multiplier, car il ne suffit pas de dire stop pour voir un miraculeux retour au calme. Il y a une force, la force d'inertie qui agit, et dans le meilleur des cas il faudra longtemps pour que ses effets s'estompent, mais il est possible que ce qui nourrit ce désordre soit toujours en activité et s'amplifie,quel intérêt alors que ces discours de "savants" ? quelle valeur accorder aux paroles de ces "experts" quand on voit ou nous en sommes ? Ce sont tout au plus des commentateurs, diseurs de "bonne aventure" avant, et simples observateurs après, ils n'ont que l'intérêt de distraire les foules lobotomisées. Ne sommes nous pas suffisamment clairvoyants, doutons nous tellement de nous, de nos facultés, pour se mettre sous la coupe de cette engeance ? Nous devrions les monter au bûcher pour nous avoir si longtemps trompés, pour continuer à le faire. Ils sont tous coupable de Non Assistance à populations en danger, coupables de parjure, de vol, de mensonges éhontés, et il y en a encore pour les écouter ? Il faut apprendre de toute urgence à les démasquer, car bientôt ils nous marcherons sur la tête pour respirer quelques instants encore après que nous soyons étouffés.

Empecheurdetounerenrond a dit…

no comment
http://www.youtube.com/watch?v=RNWhEa2jJAY&list=UUI8QAqi_0wDxHiHFcbLyqJQ&index#t=112
http://www.youtube.com/watch?v=T7EJtjVgPRg#t=152

Zangao a dit…

Content de voir que je ne suis pas seul ! je commençais à voir des hommes en blanc partout........... :(

naya kwa lala a dit…

le problème n'est pas de savoir ou on vas car on le sais trés bien
tout le monde a l'heure actuelle avec un minimum de sentiment a accès a sa
mais d'aller au plus loin du spectacle en sachant justement vers la ou on vas
profiter et synchroniser votre présent avec ou sans flux or,pensez dimensionnelle les problèmes paraissent plus petit aprés ^^
navré de la tournure des mots et ceux qui ne voient rien sauf le mur trop tard

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.