mardi 5 août 2014

Qui veut le suicide de la civilisation occidentale ?

Encore une fois, l'actualité géopolitique semble donner raison aux prophéties...



Quand elles ne s'effondrent pas sur elles-mêmes, l'acte ultime du suicide des civilisations a toujours été la fuite meurtrière vers la guerre. La honte et la désolation en guise d'épitaphe. Ainsi en va-t-il aujourd'hui des « démocraties » occidentales, corrompues, gangrenées, devenues des monstruosités criminelles.

Paul Craig Roberts sait de quoi il parle. Économiste, journaliste conservateur américain (Wall Street Journal), sous-secrétaire au Trésor de Ronald Reagan (1981-1982), père fondateur des Reaganomics, il a suffisamment bourlingué dans les milieux de la finance et de la politique pour en bien connaître les rouages interlopes.

Pour lui, l'affaire est entendue. Asphyxiés par la décomposition de leur système financier de domination mondiale, les États-Unis et leurs alliés sont en train de précipiter la planète vers la guerre, via leur bras armé de l'Otan, au risque d'une apocalypse nucléaire [1].

Car dorénavant l'adversaire d'en face évolue dans une division bien supérieure à celle des fous de dieux d'Al-Quaida, du Hezbollah ou du Hamas : rien moins que la Russie historique qui, loin d'être isolée, peut compter sur de solides alliés : la Chine, l'Inde, les pays réfractaires d'Amérique du Sud... et tous les laissés pour compte de la mondialisation financière sauvage.

Un empire occidental devenu fou

« Les élites occidentales et les gouvernements ne sont pas seulement totalement corrompus, ils sont aussi devenus fous » (Paul Craig Roberts).

Les fiascos en Afghanistan et en Irak, les échecs en Libye et en Syrie, n'auront donc pas servi aux donneurs de leçons américains. Voilà leurs faucons de guerre initiant et soutenant financièrement, matériellement des régimes bombardant leur propre population (Ukraine) ou des populations civiles (Gaza). Les voici portés par la propagande grossière de leur « presstitute » (jeu de mots entre presse et prostituée inventé par Paul Craig Roberts). Mais critiqués et condamnés jusque dans leurs propres cercles (le memorandum d'anciennes sommités de la CIA, du FBI et du Département d'État [2]).

Pâles comparses d'un oncle Sam qui les méprise (rappelez-vous le « fuck EU ! » de la secrétaire d'État adjointe Nuland), partagés face à la Russie entre défense de leurs intérêts et sanctions, intégrant précipitamment en leur sein un pouvoir issu d'un putsch et en pleine guerre civile (Ukraine), morveux sur la tragédie de Gaza, les pays membres de l'Union européenne ont tout pour être les dindons de la prochaine sinistre farce (et leurs populations avec).


Bombardements sur Gaza

Tête de pont de l'empire occidental au Moyen-Orient, créé à cet effet en 1948, l'État d'Israël, dont l'existence dépend exclusivement du soutien de son mentor américain, n'en finit pas de perdre aux yeux de l'opinion publique mondiale les guerres qu'il gagne sur le terrain. Son agressivité absurde, comme à Gaza aujourd'hui, démontre si besoin est qu'en périodes de tensions exacerbées, le fossé est bien ténu entre raison (d'État) et folie meurtrière irrationnelle, entre calcul et pathologie.

Quoique encore un peu en retrait, quelques autres spécimens de pays repus - le Japon, le Canada, l'Australie... - participent vaille que vaille à cette désolante curée belliqueuse.

Une résistance soudée par l'adversité

En face, eh bien en face - comment pourrait-il en être autrement ? - la résistance s'organise. Des pays en apparence très divers, aux intérêts parfois antagonistes, se ressoudent face à l'adversité.

La Russie est parvenue à sortir du naufrage soviétique et reprend des forces manifestes au niveau économique avec une arme redoutable à sa disposition : ses ressources énergétiques. Poutine n'est certes pas un ange de la démocratie, ni un chevalier blanc des droits de l'homme. Mais il démontre à l'occasion des qualités hors pairs de joueur d'échec, aussi rompu à l'attaque qu'à la défense. En matière de géopolitique, on lui compte plus de victoires que de défaites (Syrie, Crimée, alliance financière des BRICS...).

La Chine, en passe de devenir la première économie mondiale, montre elle aussi un stoïcisme et une froideur à toute épreuve devant l'adversité. Ses dépenses militaires vont encore augmenter de 12,2 % en 2014 (11,2 % en 2012, 10,7 % en 2013). Son soutien à la Russie ne s'est pas démenti une seule fois depuis le début de la crise aiguë déclenchée par l'Otan en Ukraine.

Les États réfractaires d'Amérique latine s'émancipent peu à peu - démocratiquement - de l'influence de Washington. Ils participent activement à la création de la banque de développement des BRICS. Le Chili, le Salvador, le Pérou, le Brésil, l'Équateur, l'Argentine, l'Uruguay, le Paraguay viennent de rappeler leurs ambassadeurs en Israël, après le Venezuela et la Bolivie en 2009, Cuba depuis 1973. Evo Morales, président bolivien, a déclaré Israël « État terroriste » et impose des visas à ses ressortissants.

En décembre dernier, 95 pays membres de l'Onu votèrent la résolution A/RES/68/80 ouvrant une enquête « sur les pratiques israéliennes affectant les droits de l'homme du peuple palestinien et des autres Arabes des territoires occupés ». Parmi eux, l'Inde, le Pakistan, l'Iran, l'Afrique du Sud... Le camp occidental vota contre ou s'abstint en regardant ailleurs. L'Occident gagnerait à mesurer le degré de répulsion qu'il suscite.

« Notre problème, c'est l'obéissance »

Assommé, humilié, éreinté par une propagande hystérique, le citoyen occidental à l'esprit encore un peu sain, et qui n'a pas cédé à la fanatisation ambiante, doit se sentir bien désarmé devant la broyeuse infernale en train de se mettre en branle.

S'abandonner au désespoir de l'apocalypse menaçante, comme la prédit Paul Craig Roberts au fil de ses chroniques, n'est pourtant pas envisageable. L'apocalypse ne s'envisage pas. Au mieux, elle s'évite. Au pire, elle se subit (demandez donc aux Gazaouis).

En attendant, il faut vivre, avec cette plaie à l'âme de savoir que même à son corps défendant, on appartient au camp des agresseurs devenus fous. La honte, l'écœurement, l'impuissance vous submergent.

Ne reste plus qu'à se tenir à distance de cet ignoble fracas, tout en se rappelant, comme le soulignait le grand historien engagé américain Howard Zinn [3], que le grand problème des êtres humains civilisés n'a jamais été la désobéissance, mais l'obéissance.

http://www.politis.fr/La-guerre-qui-vient-l-ecrasante,27921.html

Vu sur :
http://fr.sott.net/article/22526-Le-suicide-de-l-Occident-irons-nous-jusqu-au-bout

11 commentaires:

Earvin SuppaBeat a dit…

La célèbre Prophétie d'Albert Pike...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Pike#La_lettre_de_Pike_.C3.A0_Mazzini.2C_William_Carr_et_L.C3.A9o_Taxil

backup.rim a dit…

Il n'y a rien de plus dangereux qu'un militaire qui s'ennuie écrivait Pierre Desproges. Lisait JFK et l'indicible, on y apprend avec ou sans surprise que le nerf de toutes les guerres est le complexe militaro-industriel. La bête à faim, elle est insatiable.

Nova LEAG a dit…

De qui la guerre est elle la moisson ?

Amaury Massalis a dit…

Si la guerre c'est trop sérieux pour la laisser aux mains des militaires, on peut dire aussi que la politique c'est trop sérieux pour la laisser aux mains des politiciens.

Alexandre Keller a dit…

Qui veut le suicide de la civilisation occidentale ?

Le diable.....

Qui peut nous sauver ?
Devinez.

eric g a dit…

@Amaury Massalis

Je rajouterai aussi que l'argent est trop sérieux pour le laisser entre les mains des banquiers... lol

Perso, le peu d'argent que je peut avoir en excès , je " l'investis " dans des onces ( pièces de 31,1gr ) d'argent. Pour ceux qui ont plus d'argent, ils peuvent aussi acquérir des pièces d'or ou des lingotins... etc

Sinon, qui voudrais suicider la civilisation...? Je pense avoir trouvé, dans un article une bonne explication ... ^^
Cela peut être un peu déstabilisant mais surtout très éclairant.

http://stopmensonges.com/il-est-temps-de-resumer-brievement-lhistoire-recente-de-la-bataille-en-cours-pour-la-planete-terre/

Sur le site, il y'a aussi une video de Benjamin Fullford et David Willcock... le problème, c'est que c'est une émission Russe et les sous-titres ne sont pas disponibles. :(

Je vous met la dernière mise à jour de Cobra, qui si out est vrai, est très actif dans le processus de libération de l'humanité de cette cabale nazionistes.

http://stopmensonges.com/courte-mise-a-jour-de-la-situation-planetaire/

dieu sauve a dit…

Tes onces d or risquent de ne pas être d' une grande utilité , il n y a qu' une seule et vrai protection mais ça on va pas te le dire sur Topmensonges.com

eric g a dit…

@dieu sauve

Tu ne le dis pas dans ton com, mais je suis d'accord avec toi... :)

Si c'était dans un but purement égoiste , effectivement cela ne servirait pas à grand chose. Il est aussi très important de travailler sur soi et d'élever son côté spirituel, d'oeuvrer dans un sens altruiste pour ses soeurs et frères d'âmes. ( Et topmensonges n'est pas ma bible, ce n'est qu'un outil informatif au même titre qu'ici )
Je ne suis pas un spécialiste des textes sacrés, mais il me semble que chacun des textes, dans leur partie eschatologiques, nous donnent les signes à prendre en compte et nous demandent de nous préparer... ^^
Sur ce, je te souhaite une bonne journée.

eric g a dit…

Je rajouterais que c'est bien de parler de dieu, mais c'est encore mieux de l'écouter...

Tu sais cette petite voix que l'on a tous en nous et qui sait instantanément si une chose est bonne ou mauvaise...

Y'a plus qu'a être dans l'action...!! ;)

Amaury Massalis a dit…

eric g, Benjamin Fulford et David Wilcock ne m’inspirent pas confiance, comment faire confiance à un cobra ? Je les suis depuis un petit moment, ils mélangent habilement le vrai et le faux. Ils préparent le terrain, je les caserais dans la 5ème colonne.

eric g a dit…

@Amaury Massalis

Oui, c'est vrai que l'on doit toujours être sur ses gardes... toujours être prêt à remettre en cause ce que l'on " sait " si des éléments contradictoire apparaissent...

Il est vrai que l'on peut se poser des questions sur ces trois personnages, ils ont pour les deux premiers, plus ou moins à des médias grand public, Les vrais dissident ont rarement accès aux grandes audiences...!! ce qui pourrait mettre la puce à l'oreille...
Ils bénéficient tout les trois d'un " pouvoir " organisationnel et une capacité à voyager au quatre coin du globe... cela suppose un financement derrière... deuxième puce à l'oreille.... ^^

Après , on peut aussi se dire que le coté négatif a largement les moyens de générer cela et de manipuler les gens afin de les canaliser....
Mais peut-être que le côté positif est aussi capable de faire la même chose...??

Il y'a tellement de manipulations dans notre monde et ce dans tout les pans de notre vie. On ne peut qu'accumuler les infos, les faits... etc et les classer par niveau de crédibilité.

Qui vivra verra... :)

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.