jeudi 28 août 2014

Tradition : Nous assistons en direct à un monde qui s’achève !

À 2 doigts de la chute fatale, un redressement est il possible ?




La crise du monde moderne vue par les traditionalistes

À l'ère du matérialisme, de l'humanisme, de l'universalisme et de toutes ces idéologies qui finissent en "ismes", on a presque oublié que les civilisations, durant des millénaires, étaient attachées à ce qu'on appelle la Tradition ! C'est à dire la conscience selon laquelle "l'Esprit" (que l'on nomme au choix Dieu, la Nature, le grand Architecte) précède la Matière. Que l'être humain n'est pas une fin en soi mais un maillon d'un grand tout qui le contient et le dépasse.

René Guénon, ce grand métaphysicien français spécialiste des Traditions orientales fut en pointe de la critique du monde moderne et de son corollaire : l'individualisme !

Voici un article qui, à travers la pensée de la Tradition, met en lumière les fausses oppositions des "Modernes" entre eux et la supercherie des prophètes de cette dernière religion sans dieu qui s'appelle l'Humanisme !

Quelques définitions préalables

La Tradition : "C’est la conscience à partir de laquelle les civilisations ont bâti un certain nombre de principes fondamentaux, considérés comme "universels" et s’appliquant à toute l’humanité. Il y avait alors une "révélation" (ou une spiritualité) commune".

L’individualisme (au sens des traditionalistes en général et de René Guénon en particulier) : "C’est la négation de tout principe supérieur à l’individualité, et, par suite, la réduction de la civilisation, dans tous les domaines, aux seuls éléments purement humains ; c’est donc, au fond, la même chose que ce qui a été désigné à l’époque de la Renaissance sous le nom ’ d’humanisme’ et c’est aussi ce qui caractérise le ’point de vue profane’. " René Guénon La crise du monde moderne.

Cette définition de l’individualisme est très importante car elle se distingue de la définition dite contemporaine et anglo-saxonne (individualism) selon laquelle l’individualisme signifie "l’autonomie individuelle" par rapport à l’Etat ou par rapport à toute autre structure. Dans l’approche traditionaliste, qui rejoint aussi celle de Tocqueville, l’individualisme signifie tout simplement le fait de placer "l’individu" au centre de toute civilisation.

Le Kali Yuga : au sens de Frithjof Schuon, l’Histoire est cyclique et le Kali Yuga correspondrait donc à la fin d’un cycle plus étendu. Schuon le décrit ainsi :

"Nous nous trouvons à la fin d’un cycle, doublement si l’on peut dire puisque cet âge, qui est notre âge présent, le Kali Yuga, coïncide avec la fin d’un cycle plus étendu, qui correspond à la période complète de notre humanité. Nous sommes entrés et depuis plusieurs siècles dans une phase de décomposition qui s’accélère d’ailleurs - c’est le propre des fins de cycles – et qui annonce d’une part « la fin d’un monde », selon l’expression de René Guénon, et la promesse d’un nouveau cycle complet, d’une nouvelle humanité...Ce qui est indubitable, c’est que nous nous trouvons au terme d’un cycle – leKali Yuga – qui s’est caractérisé comme « un temps où la connaissance spirituelle est devenue cachée, et où quelques uns seulement peuvent encore l’atteindre, pourvu qu’ils se placent dans les conditions voulues pour l’obtenir. »

La metaphysique : "est une branche de la philosophie et de la théologie qui porte sur la recherche des causes, des premiers principes. Elle a aussi pour objet la connaissance de l’être absolu comme première cause, des causes de l’univers et de la nature de la matière. Elle s’attache aussi à étudier les problèmes de la connaissance, de la vérité et de la liberté".

Pour Aristote, il s’agit de la science la plus élevée : "La plus dominante des sciences et celle qui commande le plus à ce qui est subordonné est celle qui connait en vue de quoi chaque chose est accomplie ; cela c’est le bien de chacun, et d’une manière générale, c’est le meilleur dans la nature entière. La sagesse doit donc être une connaissance théorétique des premiers principes et des premières causes ; et en effet, le bien, le "ce en vue de quoi" est l’une des causes"

Les "faux-prophètes" de l’âge Moderne

Voici une excellente conférence consacrée à la critique des principaux penseurs dits modernes et de leur soi-disante opposition qui est en réalité totalement factice.

"Que chacun écoute attentivement s’il a des oreilles pour entendre"

4 grandes figures marquantes du XIXè siècle sont citées :

- Charles Darwin : Pour ce naturaliste anglais, théoricien de la "sélection naturelle" et de l’évolution humaine, tout part de la "matière" pour évoluer par la suite. La vie émergerait, en quelque sorte, de la matière inerte, cette même matière qui se transformerait continuellement. La Tradition réfute le fait "qu’une espèce puisse se transformer en une autre". Par la suite, les théories racialistes et eugénistes qui ont émergé dans la foulée, puis les évènements liés à la seconde guerre mondiale ont, quelque peu, remis en question le darwinisme. Il n’en est pas de même pour ce qui concerne le 2è "prophète" cité dans cette conférence, qui est en réalité le premier dans l’ordre d’importance de la Modernité

- Karl Marx : Qu’ils fassent partie de ce qu’on appelle "le système" comme Jacques Attali ou qu’ils fassent partie de la "dissidence" comme Etienne Chouard ou Alain Soral, ils ont un point commun majeur : ils se revendiquent tous de la pensée du "théoricien de la lutte des classes" : humanistes, universalistes et matérialistes, ils n’entevoient la religion qu’en tant que facteur social et non en tant que transcendance ou véritable spiritualité (Soral, il est vrai, se revendique comme étant attaché à la Tradition mais, tout comme les autres, il n’est pas véritablement croyant). Karl Marx est en réalité le grand vainqueur de notre époque : il est le prophète le plus abouti de notre époque moderne.

Je passe rapidement sur Freud et sa psychanalyse prétendant "guérir les adultes de leurs religions considérées comme des névroses de type infantile" ainsi que sur Nietzsche, bien que celui-ci ait développé une pensée très profonde et très cohérente, eu égard à la modernité.

L’Humanisme : une religion sans révélation

Donc ce qui est au centre de la Modernité, c’est à dire ce qui mit fin définitivement à la Tradition Occidentale, c’est l’avènement de l’Homme avec un grand ’H’ au coeur de la Civilisation. L’Homme à qui on a consacré des "Droits", oubliant au passage ses "devoirs", c’est à dire que l’on a ainsi officialisé le "culte que l’Homme se rend à lui-même".

Sous l’ère moderne, l’Homme est devenu Dieu ! D’habitude, je n’emploie jamais ce genre d’expression, car trop connotée irrationnelle et moraliste, mais si on reste dans le domaine de la symbolique traditionnelle, on peut dire que ce sacre de l’Homme est véritablement "satanique". Par exemple, dans le livre de la genèse, après qu’Adam et Eve furent chassés du Paradis, Dieu se dit en lui-même : "Voilà que l’homme est devenu comme un dieu pour la connaissance du bien et du mal. Maintenant, empêchons-le de tendre la main, de prendre aussi du fruit de l’arbre de vie, d’en manger et de vivre éternellement." (Genèse 3-22).

L’homme moderne est en quête d’immortalité, de vie éternelle. Après l’humanisme, le transhumanisme, via les technologies et la toute-puissance de la science ! Voilà la suite de ce scénario.

Cela dit, si on voulait poursuivre l’analyse, il ne faudrait pas s’arrêter à l’Humanisme et à la Renaissance, qui ne sont que la dernière étape d’un long processus "d’individualisation" mais il faudrait remonter plus loin et se pencher sur le rôle des religions elles-mêmes.

Pour un lecteur attentif des textes sacrés, et tout particulièrement de la Bible, on constate que les "religions", considérées non pas en tant que transcendances (religare) mais en tant qu’institutions humaines et collectives furent en réalité une trahison complète de l’esprit traditionnel d’origine ! Ainsi il y a bon nombre de textes bibliques qui reprochent aux juifs d’avoir imposé de nouveaux rites et de nouvelles traditions mais avec le "coeur éloigné de Dieu". C’est à dire de se situer non plus dans un processus vertical d’obéissance spirituelle à Dieu mais dans un processus horizontal d’obéissance à des rituels d’origine humaine.

Tels les Pharisiens qui ont ainsi rompu avec le judaïsme des origines imposant progressivement ’leurs’ rites. Puis ensuite, l’église chrétienne qui, notamment avec Constantin au 4è siècle, fut une trahison complète des évangiles car devenue ainsi une institution de pouvoir. Quant à l’islam, il en fut de même, notamment avec la condamnation de l’islam soufi (= la mystique de l’islam) en tant qu’hérésie, l’islam s’appuyant encore plus que le christianisme sur le nombre et la masse des individus.

En résumé, les 3 monothéismes ont remplacé "l’Universel vertical" de la Tradition par "l’Universalisme horizontal" des individus. Ensuite le mouvement humaniste de la Renaissance, afin de consacrer pleinement "l’individu-roi", n’eut plus qu’une seule chose à faire : en finir officiellement avec Dieu !

Mais pour ceux qui sont attachés à la Tradition, l’histoire ne s’arrête pas là : cette période moderne est, certes, une étape de dégénerescence mais elle ne constitue qu’une période transitoire. Avant le retour à une spiritualité authentique. Nous assistons en direct à un monde qui s’achève !



http://www.agoravox.tv/actualites/societe/article/la-crise-du-monde-moderne-vue-par-45933

17 commentaires:

Supr4 a dit…

bravo l'image subliminale a 0:43...

Thibault Erikson a dit…

Déjà Ror relaie juste l'info , de plus faut vivre dans une grotte pour ne pas voir la réalité à venir

Rorschach a dit…

@ Supr4

Merci pour le coup d'œil, je supprime.

Hikadey a dit…

On a tellement subverti que finalement la vraie subversion c'est de revenir aux origines.
Enfin perso, c'est ce que je suis dit en terminant "la crise du monde moderne" j'ai mis du temps à le digérer... normal quand on te dit que l'antiquité grecque était en fait déchéance et l'"obscurantisme" moyen-ageux lumière.
Mais au final on apprend à accepter la réalité... même si ça me fait mal pour les arts en général (qui semblent être inversement proportionnels au degré de tradition d'une civilisation)

J'approuve pour les monothéismes... Il suffit de connaitre un peu de métaphysique et pleins de passages obscurs des textes religieux deviennent clair. Comme la signification de "Christ (du poignard sacrificiel indo-aryen Kriss utilisé pour les sacrifices)
On comprend alors que la phrase de Jesus CHRIST "Nul ne vient au père que par moi" ne signifie nullement des prières et une "foi" en lui... mais un sacrifice personnel de l'égo, de la matière... ou une imitation de ses comportements et enseignements pour la plèbe comme nous :D

PS : Désolé si je paraît étaler ma "science" mais beaucoup de coms m'ont aidé quand je fouillais le blog, c'est ma façon de rendre service aux futurs explorateurs.

Laurent a dit…

Thibault, n'avez vous pas l'impression que tout le monde vit dans une grotte ?

Zangao a dit…

Avant de critiquer, regardons ce que nous sommes, ce que nous faisons, comment nous vivons, quelles sont nos aspirations, comment nous nous comportons face au pouvoir, et quand j'entends pouvoir, il ne s'agit pas du gouvernement, il s'agit du patron, du flic, du chef de service, etc..... que sommes nous, qui sommes nous, que faisons nous ?!
Ce que je vois, c'est que pour la plupart, le mieux qu'ils aient à faire à faire est de fermer leur grande gueule !
Quand on dit souffrir pour Gaza, pour le Donbass, pour l'Afrique, pour le SDF, pour la femme battue, pour l'enfant martyrisé, pour les animaux exploités, pour les forets, les baleines et les dauphins, les abeilles, les marmottes, les bouquetins et les lombrics, on commence par se respecter, par dire haut et fort ce qu'on trouve injuste, qui que se soit qui se dresse face à nous ! Quitte à tout perdre.
Qu'est ce que tout perdre en regard de perdre ce qui nous reste d'humain, qu'est ce que perdre quand on renie ce qu'on est, quand on privilégie son avatar, celui qui rêve de la Laguna, de la piscine, de vacances chez les pauvres, la ou on se fait servir et ou la différenciation est telle que l'on se sent un prince ???
Il n'y a donc rien à critiquer, car ceux qui nous exploitent sont ce que nos sommes au fond de nous quand nous perdons la clairvoyance et que nous sombrons. Ils nous font subir ce que nous faisons subir au veau qui nous fait saliver en rêvant de blanquette. Ils nous font ce que nous faisons subir à l'africain quand nous nous régalons de chocolat. Ils nous font ce que nous faisons au gorille quand nous craquons pour le nouveau smart phone.
Il n'y a rien de smart ici, il n'y a qu'une infime couche de vernis sur un océan de crasse. Et tous ensemble nous pataugeons heureux dans la merde et nous offusquons de ce que nous voyons faire par les autres.... et moi avec.
Heureux celui qui s'élève. Car d'en haut, ou de l'extérieur il pourra voir le feu consumer les illusions.

Naya MY a dit…

"

Naya MY a dit…

"Dieu est mort! Dieu reste mort! Et c'est nous qui l'avons tué! [...] Ne sommes-nous pas forcés de devenir nous-même des Dieux pour du-moins paraître dignes des Dieux?"

Zac Mermarian a dit…

Rorschach

Grâce à toi je suis prêt et paré pour n'importe qu'elle situation d'effondrement. Je te suis depuis août 2011,

Merci encore Hermann Rorschach

Peux-être à bientôt sur la route ...

Lovesoldier a dit…

@Zangao

"Ce que je vois, c'est que pour la plupart, le mieux qu'ils aient à faire à faire est de fermer leur grande gueule !"

Non seulement çà , mais en plus ils sont pleins de chichi , de cinéma, et excel dans le léchage de cul ; a se plaindre qu il fait chaud , qu'il fait froid etc voilà pourquoi le monde du travail m insuporte tant .
Oui heureux celui qui s élève , oui il n a rien a critiquer , car au fond nous sommes tous semblables, constitué de bon et de mauvais , ce qui tant difficile a comprendre pour certain . Et même si cela m agace souvent je me retiens de critiquer , et parfois non , ceux qui sont accrochés au monde matériel tout simplement parcequ il n'ont pas les moyens pour le faire et sans doute pas l envie non plus .

Zangao a dit…

On nous apprends , depuis la tendre enfance à exister par ce que nous pouvons avoir et non par ce que nous sommes. Certains résistent, d'autres pas, mais pour avoir il faut se plier à certaines règles.
Alors, il faut apprendre à êtres forts pour ne pas s'y soumettre.

naya kwa lala a dit…

c'est ce qu'on ressent quand on sort de la matrice
la désillusion :)
mais vous inquiétez pas ,vous n'avez pas finis de franchir les portes et une fois la quintessence comprise vous verrez ces problèmes comme futile
peut etre suis je psychopathe pour m'enfouir sous l'iceberg^^ mais plus on avance, plus voyez que toutes les courbes se casse la geule et plus la mienne fais le contraire.
vivre le présent c'est pas vivre au jour le jour,
l'unicité environnementale vous devriez testez
méfiez vous de vos fesses et ne sombrer pas dans le néant
dans la logique dimensionnelle ,si vous voulez savoir si vous êtes vraiment éveillés ,vous n'êtes normalement plus assujetti a la dépression !:)
si c'est la déprime c'est que vous combattez toujours le monstre et que vous n'avez pas encore compris le fond

Amaury Massalis a dit…

Je dirais que la philosophie et la théologie sont des branches de la métaphysique,

La chevalerie fait partie de la Tradition, un début de solution se trouve peut-être dans les documents ce blog :
http://orden-chevalerie.eklablog.com/accueil-c25513186

Les documents qui y sont publiés semblent montrer que la chevalerie véritable (pas celle des paillettes, breloques et pacotilles) pourrait être LA solution.
Je ne sais pas encore comment, ni quand, mais cet idéal chevaleresque pourrait fournir les bases d'une société nouvelle.


Teslambala Tesla a dit…

@ supr4
elle est ou l'image subliminale?une image de quoi? je ne vois rien....:-(

tono tony a dit…

Cet article est une escroquerie...On balance certaines vérités et en définitif on accuse le monotheisme afin de dégouter les gens de la religion et de les préparer à recevoir la "lumière" antichristique à venir...la nouvelle religion du NWO...en introduction l'article nous dit ;

"C'est à dire la conscience selon laquelle "l'Esprit" (que l'on nomme au choix Dieu, la Nature, le grand Architecte) "...

Qu'est ce que c'est que ces conneries de dame nature ou d'architecte (sémantique maçonnique) ?! Il n'y a pas de dame nature ou de grand architecture , il n'y a qu'UN Seul Dieu Tout Puissant qui n'enfante pas et qui n'a pas été enfanté ! Il n'a pas de compagne et se suffit à Lui même !!! Gloire au Créateur éternel de toute chose !

Le mouvement traditionaliste est à la mode en ce moment sur le net et suffit pas d'employer le nous royal pour se prétendre guénonien...

Alors je pose une question à ceux qui ont pour maitre à penser RG , pourquoi a t il fini en Islam et a fini sa vie en Egypte sous le nom du cheikh AbdelWahid Yahya ???

Enfin je condamne aussi cette mode du soufisme qui est devenue une véritable hérésie n'en déplaise à ces orientalistes au même titre que je condamne le salafisme ou encore le takfirisme , que des mots en "isme" , le prophète (sws) et ses compagnons n'étaient pas soufies mais musulman soumis à Dieu !!!

Bref le traditionalisme est bien infiltré par les argentures du NOM...



Amaury Massalis a dit…

tono tony

La Tradition ne veut pas dire "traditionalistes" genre Mgr Lefebvre. La Tradition est HORS des Églises institutionnelles, mais certains de ses membres y sont présents. La Tradition ne se possède pas, elle se révèle aux personnes aptes à la recevoir (chrétiens ou musulmans notamment Soufis). La Tradition est ce qu'il y a de plus fermé, aussi fermé que l'Église de Jean.
La Tradition est le cœur de la résistance à l'Ennemi.

ansar a dit…

bonjour
@zangao,
Tu as mis en plein dedans.

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.