lundi 15 septembre 2014

Le lobby pédophile se sert de la stratégie du scandale pour promouvoir la pornographie infantile






Comme beaucoup s'en sont rendus compte, beaucoup de vedettes mises en cause dans un scandale ont néanmoins vu leur carrière atteindre les sommets. Le fait est qu'un scandale est synonyme de couverture médiatique et en fin de compte, il ne s'agit que d'une forme de publicité gratuite.
Et aujourd'hui certaine vedettes telles que Madonna ont bien compris que pour continuer à exister sur le plan médiatique, il fallait choquer et faire parler d'elles à n'importe quel prix.

Le lobby pédophile semble bien avoir compris l'intérêt qu'il y a avait à tirer de ce moyen en vue de l'avancement de leur principal objectif qu'est la démocratisation de l'érotisation des enfants, en prélude à la pornographie infantile. Un projet de longue haleine dont le couronnement serait la légalisation de la pédophilie.

Pour le moment, à cause du cadre législatif contraignant, le lobby pédophile préfère agir dans l'ombre, on donc bel et bien affaire à ce qu'il est convenu d'appeler un complot, mais cela ne l'empêche pas d'organiser d'incessantes  attaques en vue de modifier la perception du public.

Et cela fait des années que ça dure ! Dans les années 70, il infestait les rangs de la gauche. Ce fut la belle époque des pétitions d'intellectuels en faveur de la libération de pédophiles,  des articles pro-pédo du journal libération (Apprenons l'amour à nos enfants) et des déclarations tonitruantes de Daniel Cohn Bendit et de tant d'autres...

Aujourd'hui, le lobby pédophile a ses entrées à l'ONU où il préconise l’apprentissage de la masturbation aux enfants de 5 ans mais c'est à partir du le milieu de la mode et des médias que chaque année, sont coordonnées de multiples attaques en vue de pervertir l'opinion publique. La méthode est simple, il s'agit de monter un scandale de toutes pièces afin de lancer un débat sur la question et suggérer à demi mots la levée du tabou transgressif.

De manière pernicieuse, les médias qui crient au scandale servent donc à faire la promotion de la pédophilie. À cela s'ajoute la pollution visuelle car on remarquera qu'ils n'hésitent pas à publier des clichés de jeunes filles érotisées.

En cette période de rentrée scolaire, l'offensive médiatique de lobby pédophile démarre très fort avec 2 gros scandales montés de toutes pièces qui vont servir de prétexte pour diffuser des photos pédophiles et accessoirement lancer le débat sur la question.

C'est tout d'abord la société American Apparel qui ouvre le feu avec des clichés de jupes plissées d'écolières qui laissent apparaitre leur petites culottes. L'autorité de régulation de la publicité a jugé que a ces images étaient «sexistes, susceptibles de causer une grave infraction, pouvaient potentiellement normaliser un comportement sexuel prédateur et devraient être interdites à la publication". Néanmoins, la stratégie du scandale fonctionna comme prévu et toutes les parties, la firme comme le lobby pédophile, y trouvèrent leur compte.

Et jeudi dernier, ce fut l'édition brésilienne du magazine Vogue Kids qui fit scandale en publiant plusieurs clichés d'enfants dans des poses et des tenues suggestives. Là encore, certains médias relayèrent ces clichés tout en tenant un discours apparemment scandalisé.


Malgré l'opposition croissante d'une partie du public, le lobby pédophile ne désarme pas. Ces campagnes médiatiques ne représentent que la partie émergée de l'iceberg et c'est tout un arsenal de moyens qui est employé pour pervertir peu à peu les enfants comme les adultes. Une guerre est en cours et à brève échéance, on risque bel et bien d'assister à une réelle confrontation entre les 2 camps.

1 commentaires:

BlueMan a dit…

La vidéo de cette scandaleuse affaire est ici :
http://www.blueman.name/Des_Videos_Remarquables.php?NumVideo=7615

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.