jeudi 9 octobre 2014

Des scientifiques ont démontré que la conscience persiste aprés la mort




Être conscient après la mort, c’est désormais du domaine du possible selon une équipe de scientifiques de l’Université de Southampton, au Royaume-Uni. Durant quatre ans, ils ont mené une étude sur 2.060 patients ayant subi un arrêt cardiaqueUne étude dont les résultats surprenants révèlent que près de 40% des survivants ont décrit une sensation étrange de conscience alors qu’ils étaient en état de mort clinique, avant que leur cœur se remette à battre.
Selon les experts, même quand le cerveau a cessé de fonctionner et que le corps est cliniquement mort, la conscience peut se poursuivre. 40% de ceux qui ont survécu à leur arrêt cardiaque évoquent d’ailleurs une sensation étrange de conscience.

Conscient même en état de mort clinique «Les preuves suggèrent que, dans les premières minutes après la mort, la conscience n'est pas annihilée. Nous ne savons pas si elle s'estompe ensuite mais directement après la mort, la conscience n’est pas perdue», explique au Daily Mail le Dr Sam Parnia, qui a mené cette étude. Les scientifiques ont notamment recueilli le témoignage d’un Britannique, un travailleur social âgé de 57 ans qui, alors qu’il était en arrêt cardiaque, explique avoir quitté son corps et assisté à sa résurrection depuis le coin de la pièce. L’homme, en état de mort clinique pendant trois minutes, a ensuite été capable de raconter de manière assez détaillée les soins qu’il a reçus et le bruit des machines autour de lui.

Des souvenirs réels Pourtant, «nous savons que le cerveau ne peut pas fonctionner quand le cœur a cessé de battre», rappelle le Dr Parnia. «Mais dans ce cas, l’état de conscience semble s’être poursuivi durant les trois minutes où le cœur du patient avait cessé de battre, alors que le cerveau «s’éteint» généralement dans les 20 à 30 secondes après que le cœur a cessé de battre», explique-t-il.

Les résultats de l’étude sont donc «importants», sachant que jusqu’à présent, les médecins «supposaient que les expériences relatées de vie après la mort étaient en réalité des hallucinations survenant soit avant que le cœur se soit arrêté, soit après que le cœur a été redémarré avec succès», poursuit-il, mais pas une expérience correspondant à des «événements réels lorsque le cœur du patient ne battait plus». D’autant que dans le cas présent, «les souvenirs racontés étaient compatibles avec les faits», déclare le scientifique.

39% des patients interrogés dans le cadre de l'étude se rappellent avoir eu conscience de ce qui leur arrivait, sans pour autant se souvenir des moindres détails. «La mort n'est pas un moment précis mais un processus potentiellement réversible, qui survient après une maladie grave ou un accident et qui fait que le cœur, les poumons et le cerveau cessent de fonctionner. Lorsque l'on tente d'inverser ce processus, on parle d'«arrêt cardiaque. Mais si on n'y parvient pas, on parle de mort», conclut le Dr Parnia, qui rappelle qu’avec cette étude, les scientifiques ont voulu analyser «objectivement» ce qui se passe après la mort.


http://www.20minutes.fr/insolite/1456719-20141008-bien-vie-apres-mort

17 commentaires:

pantin a dit…

Site relatant expériences N.D. E,  O.B.E.

http://www.nderf.org/French/

Très bons liens aussi : Docteur Jean-Jacques Charbonier, docteur Olivier Chambon, Docteur Raymond Moody , etc...
A lire ou écouter sur YouTube

Ou se situe la conscience ???

Extrait : http://www.futura-sciences.com/magazines/matiere/infos/actu/d/physique-calculateurs-quantiques-cerveau-51709/

'' Des calculateurs quantiques dans le cerveau ?
Le mathématicien Roger Penrose et l'anesthésiologiste Stuart Hameroff ont proposé il y a une vingtaine d'années un début d'explication sur le fonctionnement du cerveau humain doué d'expérience consciente. L'un des éléments de leur théorie impliquait l'existence d'états quantiques résistants à la décohérence dans des structures à l'intérieur des neurones. Dans un article récent faisant le point sur l'état de leur théorie, les deux chercheurs affirment qu'il y aurait maintenant des indications fortes en faveur de cette hypothèse. Bien que les deux hommes soient respectés, la communauté scientifique reste sceptique.''

Sommes nous prêts de comprendre  le fonctionnement et la localisation de la conscience ???

Extrait :

'' Les innovations peuvent et vont transformer l'homme, augmenter ses capacités. Toute la question, d'ordre éthique, est celle de l'usage de ces technologies. par Didier Schmitt, conseiller scientifique à la Commission européenne*.

Les convergences entre le monde biologique et technologique vont rendre possible un nouvel âge, celui de l'hybride homo technicus. Après le débat sur la mort médicalement assistée, se profile celui de la vie "médicalement" augmentée.
Jusque-là, la recherche biomédicale a été aisément justifiée par une finalité de traitement, dans le sens d'une amélioration ou d'une normalisation. En neurologie par exemple, la technologie permet d'améliorer les symptômes de la maladie de Parkinson par des impulsions électriques intracérébrales, de retrouver l'audition au travers d'implants cochléaires - une neuro-prothèse - reliés au cerveau, ou de traiter des dépressions graves par des ondes magnétiques trans-crâniennes.
 
Les prouesses de la recherche fondamentale
Dans les laboratoires, la recherche fondamentale fait encore plus de prouesses. La mémoire d'un événement vécu a ainsi pu être transférée d'un rat à un autre, et des images d'une pensée ont été visualisées sur un écran. D'autres progrès laissent entrevoir l'amélioration de notre cognition par adjonction de neurones issus de cellules souches, ou par le contrôle de certains gènes, voire leur substitution, sans compter les nano-implants pour doper nos sens ou dévoiler des facultés mentales cachées. La neuro-ingénierie est à portée de main.''
Suite : http://www.latribune.fr/opinions/20141006tribffa94fd4f/homo-technicus-un-futur-hallucinant.html


"Science sans conscience n'est que ruine de l'âme" citation de Rabelais

Teslambala Tesla a dit…

je reste du coté de l'etique...et vous?

pantin a dit…

@ Teslambala Tesla

'' je reste du coté de l'etique...et vous ''

Euh !!! bioéthique sans BIOS :-)

Bah !! Plutôt sans étiqu'ette :-)

La conscience donne du méninge'ment à l un-con-chiant :-)

Rorschach a dit…

Le dernier commentaire a été malencontreusement supprimé

Patrice Sanchez a dit…

Bonjour Rorschach j'ai sauvegardé mon post, cordialement !
Science sans conscience telle est l'état d'esprit de nos docteurs fousdelamour,
qui se détournent de toute spiritualité, l'âme, le surmoi grace auquel on peut communiquer pendant notre sommeil avec ces particules élémentaires créatrices de notre réalité et ainsi être maitre de notre destinée, au lieu de quoi c'est un monde zombifié que nous imposent ces savants de pacotille !
Les travaux du génial C G Jung m'auront été d'un grand recours pour prendre conscience de ce processus, avec notamment les synchronnicités à mettre en relation avec la physique quantique ...

tono tony a dit…

Pas besoin d'expérience à deux balles pour me convaincre...L'Islam est la seule religion qui explique tout en détails à partir du moment ou le corps physique s'arrête de fonctionner , de la tombe en passant par le monde de l'Isthme jusqu'au jour de la résurrection pour finir sur une éternité heureuse ou malheureuse...

Kevin Gunsberg a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Amaury Massalis a dit…

Les arcanes élémentaires de la mort :
Le dernier soupir que l'être rend avant de mourir n'est en fait, qu'un simple épisode dans le déroulement d'une succession de phénomènes.
Si la plupart des hommes croient qu'il s'agit d'une fin, les spiritualistes savent qu'une aventure extraordinaire commence pour l'entité vivante qui se dégage du corps.
Depuis la plus haute antiquité, les sages savent qu'il existe deux aspects de la mort :
- la mort réelle.
- la mort apparente (appelée aujourd'hui mort clinique)
Seule la première interdit tout espoir de retour à la vie. Les deux autres ont des points communs entre elles bien que leurs aboutissements soient différents.

La mort réelle
Le monde actuel comprend les phases de la mort réelle, du moins comme spectateur. Au terme d'une existence, tous les organes de l'être s'arrêtent de vivre et, peu à peu, apparaît la désagrégation des forces qui composèrent son individualité extérieure. Cette désagrégation se fait en plusieurs étapes, qu'il est aisé de constater et dont les successions précises combattent la théorie qui voudrait faire de notre fin, le dernier acte de notre existence.
La tradition nous dit que si le mourant gît inerte sur sa couche, cela ne veux pas dire que tout espoir de le ramener à la vie soit perdu, si toutefois le lien qui relie le corps à l'âme n'est pas rompu. Si ce lien, appelé en occident corde d'argent, est tranché, la force vitale quitte alors le corps pour retourner à son point de départ : le Soleil.
Ainsi tous les éléments subtils ou denses composant le corps physique sont restitués (au Soleil ou à la Terre) : "Tu es poussière et tu retourneras poussière".

Amaury Massalis a dit…

La mort apparente
Les symptômes de la mort apparente sont identiques à ceux de la mort réelle. L'intervention d'un autre être humain réussit souvent à faire revenir à la vie un homme présentant toutes les apparences d'un cadavre, par exemple un noyé en arrêt cardio-ventilatoire qui retrouve toutes ses fonctions rapidement après l'intervention d'un sauveteur expérimenté.
Dans ce cas, la tradition est formelle : le corps et l'âme sont restés liés par la corde d'argent.

Les phénomènes communs aux morts réelle et apparente
Dans les deux cas, une série de phénomènes communs marque le moment où la rigidité cadavérique commence. Sept impressions semblables pour l'entité au seuil de la lumière. Je n'aborde pas ici les forces qui retiennent certaines entités de longues années sur les lieux de leurs vie, ce qui est rare mais pas impossible.
Voici les sept impressions semblables qui caractérisent l'extériorisation de l'entité.

1°) Sensation de pouvoir entendre ceux qui entourent leur corps.
2°) Sifflement ou tintement étrange (dû au ralentissement de la circulation sanguine avant son arrêt total).
3°) Attirance vers un tunnel étroit et long, puis parcours de ce tunnel à grande vitesse.
4°) Sortie du corps physique et vision de ceux qui sont réunis autour du corps. Le sens de l'ouïe ne semble pas être détruit non plus.
5°) Dépaysement, puis rencontre avec d'autres entités.
6°) Acheminement vers une entité lumineuse qui exerce une influence bienfaisante sur l'âme du défunt. Puis déroulement extrêmement rapide du "film" de la vie qui vient d'être vécue, avec un luxe de détails inouïs.
7°) L'entité lumineuse semble garder un seuil invisible: elle renvoie l'âme à nouveau sur terre si la corde d'argent n'est pas rompue (dans le cas de la réanimation, le praticien est l'auxiliaire inconscient de l'entité lumineuse), ou bien elle montre à l'âme ce qu'elle a fait, ce qu'elle aurait dû faire, ce qu'il lui reste à faire. Puis l'âme franchit le seuil de lumière. Là commencent les multiples hypothèses qu'avancent les courants spiritualistes.

Amaury Massalis a dit…

Ce qu'en dit Cyrus l'ancien
L'Égypte et la Grèce ont été fascinées par la mort et l'immortalité. Cet attrait du Grand Mystère qu'est la mort n'a cessé de dominer la civilisation de l'ancienne Égypte et de bien d'autres. Cyrus l'Ancien, au moment de sa mort avait réuni ses fils pour leur parler :

"Gardez vous bien, leur dit-il, de penser que lorsque je vous aurai quittés, je ne serai nulle part ou que je n'existerai plus. Sachez une fois pour toutes que mon âme existera encore, bien qu'elle demeure pour vous invisible. Les âmes dégagées de tout lien avec le corps recouvrent la pureté originelle de leur nature, et s'élèvent vers la suprême sagesse. Alors que les éléments du corps retournent à la terre, l'âme unie ou non au corps demeure invisible.

Certes rien ne ressemble plus à la mort que le sommeil. Or, l'action des âmes pendant le sommeil, nous révèle déjà leur caractère céleste. Plus libres et plus indépendantes, elles peuvent découvrir l'avenir, par une vision de celui-ci. L'on peut en augurer quel sera leur destin lorsqu'elles seront entièrement délivrées des chaînes du corps".

Ce discours transmis par Xénophon dans sa "Cyropédie" fait en peu de mot une étonnante synthèse de certains phénomènes liés à la mort.

Amaury Massalis a dit…

Ce qu'en dit Kerneïs (le yoga occidental)
Ce serait une grosse erreur de considérer le phénomène de la mort comme simple et toujours identique à lui-même. Alors que nous sommes habitués à considérer la vie sous des modalités multiples, nous unifions la mort à l'extrême et qu'il s'agisse d'un arbre, d'un animal ou d'un homme, nous considérons que c'est exactement le même phénomène. De même qu'il n'y a pas deux hommes qui aient la même existence, il n'y a pas deux hommes pour qui la mort soit identique. A plus forte raison la mort n'est pas la même pour l'homme, l'animal, le végétal ni pour le minéral (car le minéral meurt aussi).

On peut dire que la mort n'existe pas dans le règne végétal au sens où nous l'entendons, sauf dans le cas d'extinction d'une espèce. La conscience diffuse propre aux végétaux est spécifique. Il n'existent pas, en tant qu'individualité, un chêne, un hêtre etc..., mais le chêne, le hêtre, etc. Certains végétaux s'approchent il est vrai plus que d'autres de l'individualisation telle qu'on la trouve dans le règne animal, mais seulement sous une forme embryonnaire en quelque sorte à l'état d'aspiration. (Ndr. : la limite entre les règnes n'est jamais tranchée )
Dans le règne animal la mort, comme la vie, s'individualise. Chez les animaux supérieurs, la mort est analogue à celle de l'Homme. Analogue seulement. En raison de la simplification de leurs systèmes de représentation, les animaux ont entre leurs existences successives une continuité que nous n'avons pas. Pour un jeune chat, un jeune chien, la naissance est véritablement un réveil et ils reprennent tout naturellement la chaîne de leurs expériences vitales au point où ils l'avaient laissée.
Chez l'homme et particulièrement chez l'homme civilisé, la mort est un phénomène très complexe. Sur le plan invisible, ce qui nous paraît être un individu unique est en réalité, une symbiose de plusieurs personnalités : la personnalité principale correspondant au Moi et les autres personnalités secondes. Elles ne meurent pas toutes en même temps, il y en a qui partent avant les autres. Très fréquemment même, c'est une personnalité seconde qui accompagne et anime le corps jusqu'à ses derniers instants; la personnalité principale n'est plus là. Faîtes appel à vos souvenirs, vous en avez certainement connu des cas.

Amaury Massalis a dit…

Voici bien succinctement quelques sujets de réflexion sur l'épreuve de la mort. Cela permet une approche nouvelle du phénomène cyclique naissance/mort/naissance à un autre monde. Et quand les hommes sauront vivre, ils ne mourront plus ; ils se transformeront comme la chrysalide qui devient papillon brillant.

On pourrait aussi abordé le Bardo Thödol ou livre des morts tibétain,ou le livre des mort égyptien mais aussi la mort vue par les amérindiens, les Celtes, les Scandinaves, etc

pantin a dit…

@ Amaury Massalis

Merci pour tes commentaires très édifiants, concis et instructifs

Cependant, je ne suis pas d accord sur tout :-)
Surtout , je cite

'' Dans ce cas, la tradition est formelle : le corps et l'âme sont restés liés par la corde d'argent.''

Nenni, pas de corde d argent, cette histoire est cousue de fil blanc
Ni or, ni argent , trébuchant, ni sonnant, ni content :-)

Pour ma part, l explication est dans l intrication quantique

Extrait http://fr.m.wikipedia.org/wiki/Esprit_quantique ''

'' Le philosophe David Chalmers, plaisantant à peine, déclare que la volonté des théories sur l'Esprit Quantique est : « une Loi de Réduction du Mystère : la conscience est mystérieuse et la mécanique quantique l'est aussi, peut-être alors ces deux mystères ont-ils une source commune[2]. »

NDE et intrication quantique

http://www.youtube.com/watch?v=8q8kFnFLObs&feature=youtube_gdata_player

pantin a dit…

@ Ror,


Merci beaucoup pour ta diligence

Décidément, Einstein avait tort, la vitesse de la lumière est dépassée

Normal, tu as éclipsé celles de Willm :-) :-) :-)

Amaury Massalis a dit…

pantin a dit : la corde d'argent nénni.

Bien évidemment, c'est une allégorie, pour imager un lien.

pantin a dit…

@ Amaury Massalis


"" Bien évidemment, c'est une allégorie, pour imager un lien. ''

Allez gore i !! Bah !!!

Ouf !!
J ai eu peur !!!!

Je pensais écrire des pages et des pages !!

Merci !!!
Amor y. a !! Masse propre !!!

:-) :-) :-)

pantin a dit…

Ça me dit !? Est ce le jour ???
Cool  !!!

Voyager dans le futur

http://www.youtube.com/watch?v=V4DRnWCcwOc&feature=youtube_gdata_player

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.